25 après, Simba, Nala, Pumbaa et les autres font leur grand retour au cinéma ! Un "Roi Lion" nouvelle génération, puisque le dessin animé de 1994 laisse place à un film conçu uniquement en images de synthèse. Les effets spéciaux sont d'un réalisme inédit, une vraie révolution technologique.

Jon Favreau, réalisateur de ce "Roi Lion" nouvelle version, le 14 juillet 2019 lors de l'avant-première à Londres
Jon Favreau, réalisateur de ce "Roi Lion" nouvelle version, le 14 juillet 2019 lors de l'avant-première à Londres © AFP / Tolga AKMEN

Des ordinateurs ultra-puissants qui engloutissent et digèrent des centaines de milliers de photos prises au Kenya, mais aussi dans des zoos aux États-Unis... Résultat : des paysages et des animaux littéralement "plus vrais que nature".

Cette superproduction Disney est réalisée par Jon Favreau, à qui l'on doit notamment Iron Man et la version la plus récente du Livre de la Jungle. Nous avons interrogé Pascal Pinteau, auteur du livre Effets Spéciaux, 2 siècles d'histoires.

C'est vraiment impossible ici de faire la différence entre un vrai et un faux lion

Avec un avantage non négligeable : il n'y a pas besoin de dompter des animaux sauvages, ce qui exclut les risques de maltraitance, mais aussi d'attaques de l'équipe technique.

À mi-chemin entre un conte et un documentaire animalier

Le tournage, à Los Angeles, a ressemblé à un jeu vidéo dans lequel le metteur en scène serait le héros. Pascal Pinteau a pu assister au tournage.

Jon Favreau avait un casque de réalité virtuelle sur la tête, et au lieu de prendre une mitraillette comme dans un jeu de guerre, il pouvait choisir une caméra légère, un travelling, ou un trépied

Le budget du Roi Lion, lui, n'a rien de virtuel, puisqu'il avoisine les 250 millions de dollars.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.