De Victor Hugo à Assassin's Creed en passant par la comédie musicale ou Disney... En plus de huit siècles d'existence, la cathédrale parisienne a inspiré des œuvres diverses de la culture occidentale. Petit tour d'horizon de ses apparitions les plus fameuses.

Assassin's Creed Unity vous permettait de vous balader dans et sur la cathédrale pendant la Révolution
Assassin's Creed Unity vous permettait de vous balader dans et sur la cathédrale pendant la Révolution © Capture d'écran

Notre-Dame dans la littérature : chez Victor Hugo

Est-il vraiment nécessaire d'évoquer à nouveau le roman de Victor Hugo, sorti en 1831 et qui raconte autant les pérégrinations de Gringoire, Quasimodo, Esmeralda et Claude Frollo que la grandeur du monument où ils se croisent ? D'autant que depuis l'incendie, l'ouvrage fait une remontée fulgurante dans les ventes de livres... L'auteur y dépeint le Paris de 1482, et militait à travers son récit pour la préservation de la cathédrale, menacée à l'époque par des projets de restauration qui risquaient de la défigurer.

Notre-Dame en peinture : chez Delacroix et David

Monument incontournable de Paris, la cathédrale était destinée à faire des apparitions dans des tableaux représentant des scènes de vie ou des événements historiques. Comme par exemple le sacre de Napoléon peint par Jacques-Louis David, qui représente le chœur de Notre-Dame.

"Le Sacre de Napoléon", tableau de Jacques-Louis David achevé en 1806
"Le Sacre de Napoléon", tableau de Jacques-Louis David achevé en 1806 © Getty / Photo Josse/Leemage

Mais saviez-vous que les tours de Notre-Dame faisaient aussi une apparition sur l'incontournable "Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix ?

"La Liberté guidant le peuple", de Delacroix, peint en 1830
"La Liberté guidant le peuple", de Delacroix, peint en 1830 © Getty / Imagno

Notre-Dame en dessin animé : "Le Bossu de Notre-Dame"

Adaptation (très) libre de l’œuvre de Victor Hugo par les studios Disney, le "Bossu" se focalisait sur le personnage de Quasimodo mais mettait aussi en scène le monument lui-même... Y compris en faisant prendre vie à ses mythiques gargouilles. Si l'adaptation est édulcorée (le prêtre Frollo devient juge, notamment), le film se termine, comme le roman de Hugo, dans un brasier qui met feu partiellement à la cathédrale.

Notre-Dame en comédie musicale

C'est le spectacle qui a remis au goût du jour, en France, les comédies musicales. En 1998, Luc Plamondon et Richard Cocciante signent leur propre adaptation du roman de Hugo. Sur un parvis de Notre-Dame stylisé et minimaliste, des interprètes depuis devenus célèbres (Garou, Hélène Ségara, Patrick Fiori) incarnent les personnages de Quasimodo, Frollo, Esmeralda et les autres. Certains titres du spectacle, comme "Belle" ou "Le Temps des Cathédrales", ont connu un succès colossal, et le spectacle est toujours joué aujourd'hui.

Notre-Dame en jeu vidéo : "Assassin's Creed Unity"

L'épisode parisien de la série de jeux vidéo d'Ubisoft permettait notamment de visiter presque de fond en comble la cathédrale, en plein cœur de la Révolution française. Aussi bien à l'extérieur (jusqu'au sommet de la flèche elle-même)...

... qu'à l'intérieur, grouillant de vie.

Si le jeu prenait quelques libertés scénaristiques avec l'Histoire, il tentait en revanche de reproduire le plus fidèlement du monde l'architecture de ses bâtiments (avec quelques modifications, notamment sur les vitraux, pour des questions juridiques). Ce n'est pas pour rien que de nombreux joueurs partout dans le monde s'y sont replongés après l'incendie du 15 avril.

Notre-Dame au ciné, des adaptations aux décors

Au cinéma, jusqu'en 1956, les adaptations de Notre-Dame de Paris sont légion : on en compte huit en une cinquantaine d'années, jusqu'à celle de Jean Delannoy en 1956 donc, sur un scénario co-écrit par Jacques Prévert, avec notamment Anthony Quinn dans le rôle de Quasimodo et Robert Hirsch en Gringoire - ainsi que Boris Vian pour incarner le cardinal de Paris. 

Depuis, Quasimodo et les autres personnages ont disparu du grand écran, à une (très, très, très libre) adaptation près : "Quasimodo d'El Paris", réalisée par Patrick Timsit, avec Mélanie Thierry, Vincent Elbaz et Richard Berry.

Mais la cathédrale a également pris corps en tant que décor de films dont elle n'était pas le sujet principal, de "Un Américain à Paris" de Vincente Minelli à "Minuit à Paris" de Woody Allen en passant par le film d'animation "Ratatouille" ou "Charade", avec Cary Grant et Audrey Hepburn.

Notre-Dame en comics : "Batman Europa"

Sortie en 2015, cette mini-série mettait en scène le Chevalier Noir et son ennemi juré le Joker dans un périple entre Berlin, Prague, Rome et Paris... Le dessinateur Diego Latorre y montre notamment un affrontement entre les deux protagonistes au sommet de la cathédrale.

Bruce Wayne y évoque plus largement son amour pour la capitale française : "S'il n'y avait pas Gotham, il y aurait Paris. Le jour où ma vocation me paralysera, le temps passé dans un fauteuil roulant sur les bords de la Seine sera à la hauteur de la vie qui l'a précédé."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.