L'Alpinisme est un sport qui échappe souvent à la création artistique. Solitude, méditation, dépassement de soi et nature, sont autant d'aspects difficilement saisissables en dehors des documentaires et témoignages. Une exception récente : "127 heures" de Danny Boyle, le récit de l'histoire incroyable d'Aron Ralston.

James Franco dans le film de Danny Boyle, "127 heures"
James Franco dans le film de Danny Boyle, "127 heures" © Pathé Distribution

D'abord il y a cette histoire…

Aron Ralston est un alpiniste et guide dans l'Utah. Un jour de mai 2003 il part faire une randonnée dans les gorges de l'Utah. 

Seul, il fait une chute dans un canyon et se retrouve le bras coincé sous un rocher. Il y restera six jours et cinq nuits, fatigué, pris d'hallucinations il pense à se filmer. 

Ne parvenant pas à se libérer du poids de la roche, Aron Ralston s'ampute lui-même d'un bras pour survivre. 

Le film de Danny Boyle

On connaissait le réalisateur pour Petits meurtres entre amis, Trainspotting, 28 jours plus tard, Slumdog Millionaire… Avec 127 heures, il propose un récit fidèle de l'histoire tirée de l'autobiographie d'Aron Ralston Plus fort qu'un roc, avec James Franco dans le rôle principal. 

Le long métrage a été récompensé par de nombreuses nominations et récompenses, tout comme sa bande-originale inattendue.

La BO du film 

Pour la musique, le réalisateur britannique fait le choix audacieux de rappeler Allah Rakha Rahman, compositeur de la bande-originale de Slumdog Millionaire récompensée par un Oscar en 2009. 

La musique est par moment expérimentale, par moment quasiment mystique. Elle évoque la solitude par des orchestrations très épurées. L'instrument principal utilisé est la guitare et l'on peut y voir un étonnant symbole : un instrument à cordes pour l'alpinisme et qui se joue à deux mains

La bande-originale contient aussi des titres de Chopin, Plastic Bertrand et Sigur Ros qui clôture le long métrage. La chanson phare If I Rise a été co-écrite par A.R. Rhaman, Rollo Armstrong et Dido. C'est cette dernière qui l'interprète. 

Au milieu de cette musique centrée sur l'individu plutôt que la nature, Aron Ralston a aussi été consulté afin d'intégrer son groupe préféré, Phish, à 127 heures. À la demande de Danny Boyle, il a choisi lui-même les paroles que chante son personnage dans une scène du film, celles de Sleeping Monkey

Aujourd'hui, Aron Ralston continue l'alpinisme mais il veille à bien communiquer son itinéraire à ses proches avant chaque excursion. 

Sur le même sujet

🎧 Monter, gravir, prendre de la hauteur et penser tout là-haut : Philippe Collin revient dans l'Oeil du tigre avec ses invités sur l'histoire de l'alpinisme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.