En musique, par l'humour, dans le temps, dans les airs... La BD offre de multiple façon de voyager. Notre sélection parmi les nouveautés qui font le printemps.

Couverture des 10BD du printemps pour s'évader
Couverture des 10BD du printemps pour s'évader © Corbis / Dargaud, Casterman, Futuropolis, Denoël Graphic, Ca et là, Cornelius, Delcourt..

S'évader en musique 

L'histoire exceptionnelle de Michel Magne, l'homme derrière l'aventure des studios du château d'Hérouville 

Comment résumer la vie de Michel Magne ? Ce musicien quasiment autodidacte est à l'origine de plus de 200 musiques de film, dont celle des Tontons flingueurs

Il a aussi composé des musiques d'avant-garde et contemporaine dont se réclament les groupes électro d'aujourd'hui. Michel Magne a aussi été cet inventeur d'un studio d'enregistrement résidentiel en pleine campagne qui vit défiler David Bowie, Iggy Pop, les Bee Gees etc..

L'artiste à l'œuvre multiple a aussi vu toutes ses créations flamber. Il avait su surmonter cette perte, mais celle de son château et le vieillissement ont eu raison de cet homme iconoclaste qui se suicide en 1984. Un destin incroyable, superbement raconté par Yann Le Quellec et mis en lumière par le dessin coloré de Romain Ronzeau. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les amants d'herouville, une histoire vraie, par Yann le Quellec et Romain Ronzeau (Delcourt) 

D'autres BD sur la musique :  

Nowhere Girl de Magali Le Huche (Dargaud) La dessinatrice signe une bande dessinée autobiographique et revient sur un épisode de phobie scolaire sévère surmontée grâce à la musique des Beatles. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Une histoire du Velvet Underground par Prosperi Buri (Dargaud) : le destin, drôlement résumé,  du célébrissime groupe avec son charismatique chanteur Lou Reed . ECOUTER | Prosperi Buri dans Côté club 
  • Leonard Cohen sur le fil de Philippe Girard : l'histoire du chanteur canadien qui se vivait comme un poète. 

S'évader en peinture 

Détail d'une planche du "Peintre hors-la-loi" de Frantz Duchazeau
Détail d'une planche du "Peintre hors-la-loi" de Frantz Duchazeau / Casterman

Lazare Bruandet : la nature au pinceau ou à l'épée 

Quel personnage ce Lazare Bruandet ! Avec sa veste rouge, son bicorne, son épée, son pistolet, et son regard peu avenant, ce peintre a plutôt l'air d'un bandit de grand chemin. Bagarreur, jaloux, de tempérament sanguin, porté sur la bouteille il a tué sa compagne, sans intention de le faire. Malgré ce pédigrée brutal, cet artiste méconnu de la fin du XVIIIe siècle, s'est attaché toute sa vie à rendre en finesse la délicatesse et la beauté des paysages de la campagne proche de Fontainebleau. Ironiquement, c'est dans un monastère que cet anticlérical avait dû se réfugier après son crime. 

On a du mal à croire que ce peintre au talent pas vraiment exceptionnel a réellement existé, tant il a tout du punk avant l'heure.

Et pourtant... Comme on connait très peu de choses de Lazare Bruandet, Frantz Duchazeau (Pierre de cristal, Mozart à Paris…) a eu tout loisir de broder. Avec son dessin, qui sous la finesse laisse poindre la même énergie que son personnage, l'auteur livre le tableau d'un homme solitaire, entier, attachant qu'on n'est pas prêt d'oublier.  

Le peintre hors-la-loi de Frantz Duchazeau (Casterman) 

Détail d'une planche du "Peintre hors-la-loi" de Frantz Duchazeau
Détail d'une planche du "Peintre hors-la-loi" de Frantz Duchazeau / Casterman

S'évader grâce à un polar en noir et blanc

L'Entaille d'Antoine Maillard : le suspense jusqu'au bout

Une petite ville, probablement américaine, du début du XXe siècle est le décor d'un faits divers atroce : deux jeunes filles sont retrouvées mortes. Elles ont été assassinées à coups de batte de baseball. L'entaille est la première BD du dessinateur Antoine Maillard, connu jusque-là pour ses illustrations. Pour l'écrire, il s'est replongé dans les "slashers" des années 1990 (Scream, Souviens-toi l’été dernier…) et des séries fantastiques. Avec son dessin en noir et blanc charbonneux au crayon de papier, il rend subtilement l'atmosphère tendue de la ville après les meurtres et l'ambiance entre jeunes. Un polar parfaitement ficelé qui oscille entre chronique de l'adolescence et film d'horreur. Brillant. 

L'Entaille d'Antoine Maillard chez Cornélius

S'évader dans les airs 

Détail d'une planche des Oiseaux de Troubs
Détail d'une planche des Oiseaux de Troubs / Futuropolis

L'ode aux oiseaux de Troubs 

Corneilles, rouges-gorges, coucous, tourterelles, chardonnerets, fauvettes, roitelets, hirondelles, colibris, cigognes…sont les splendides héros de cette bande dessinée poétique. Entre la Dordogne où il vit près de la nature, et le Liban (Beyrouth, Byblos), Troubs offre ici une balade à hauteur d'ailes. Il en profite pour tirer la sonnette d'alarme sur la disparition des oiseaux. Il donne l'exemple des engoulevents, qui, privés d'insectes se font rares en Europe, tandis qu'au Liban, malgré la guerre, et les destructions, ils se sont adaptés à la ville. Le dessinateur poursuit en douceur son œuvre écologique (Mon voisin Raymond incitait déjà au respect du vivant). Il continue de nous inciter à mieux contempler et respecter cette nature qui disparait sous nos yeux.  

Les oiseaux de Troubs est paru chez Futuropolis 

S'évader sous terre

Loufoque et rocambolesque : Tunnels de Rutu Modan

Sur la piste de l'arche d'Alliance… Le coffre contenant les Tables de la Loi dictée à Moïse au mont Sinaï, disparu après la destruction du premier Temple, aurait été dissimulé sous terre près de Jérusalem pour le protéger des pillages. Nili, archéologue, vit à l'étranger. Elle revient en Israël pour aider son père devenu sénile. Les relations avec son frère sont compliquées… Elle part sur les traces du trésor qui est probablement situé sous le mur qui sépare Israël des territoires Palestiniens.  

Pour croquer son histoire, elle se sert d'un processus très particulier : elle a fait jouer les scènes à des acteurs, les a prises en photos qui lui ont servi de modèle pour ses dessins. Avec son dessin très ligne claire, la dessinatrice israélienne Rutu Modan nous entraîne dans une drôle d'aventure, une véritable chasse au trésor comique teintée de politique. Son aventure entre Tintin et Indiana Jones traite sur le mode humoristique d'un sujet très sérieux et compliqué : le conflit israélo-palestinien. C'est osé mais réussi.

Tunnels de Rutu Modan est paru chez Actes Sud

S'évader par l'humour 

Le ministère secret, la farce teintée de réel de Mathieu Sapin et Joann Sfar 

Les deux auteurs de BD publient un album loufoque qui mêle d'anciens vrais présidents de la République à des histoires improbables de géopolitique et d'espionnage. En jouant avec les codes du comics, ils livrent un récit plaisant, et très divertissant. 

Le Ministère secret de Joann Sfar et Mathieu Sapin est paru chez Dupuis 

S'évader à l'intérieur de la psyché humaine 

Eveils, La Grâce, Nelly Bly : introspection, dépression, et reportage

  • La Grâce d'Emmi Valve. Que se passe-t-il dans la tête d'une personne dépressive ? La Finlandaise Emmi Valve y répond sans fard. Avec un dessin grisâtre très adapté à l'angoisse, la tristesse, la douloureuse perte d'estime de soi et les pensées suicidaires. Des maux qui la conduisent à un séjour à l'hôpital psychiatrique pour un séjour salvateur. Un livre poignant, juste et fort.  
  • Et aussi… Moins dramatique, mais tout aussi habile, Eveils de Juliette Mancini raconte une construction mentale. Celle d'une femme dans une famille marquée par les récits de guerre d'un grand-père qui ne cesse de mettre en avant des valeurs dites masculines. Dans un dessin presque enfantin, l'autrice raconte comment elle a surmonté une sorte de honte d'être femme. Un propos courageux, et universel.  
  • Nellie Bly dans l'antre de la folie. A la fin des années 1880, la pionnière du journalisme d'investigation, l'Américaine Nellie Bly travaille au New-York World, journal de Joseph Pullitzer. Elle va réaliser un reportage en immersion sur les conditions de vie dans les asiles pour femme de New-York. Se faisant passer pour une folle, elle réussit à se faire interner à Blackwell, le plus grand hôpital psychiatrique de la ville. Elle s'y fait torturer, et rencontre des femmes envoyées là-bas car elles ne correspondent pas à ce que la société attend d'elles. Son reportage, devenu par la suite livre 10 jours dans un asile fera date. ECOUTER | Virginie Ollagnier et Carole Maurel invitées de Popopop 

Eveils de Juliette Mancini chez Atrabile, La Grâce d'Emmi Valve chez Ca et là, Nellie Bly dans l'antre de la folie de Virginie Ollagnier et Carole Maurel chez Glénat

S'évader dans des projets de construction 

Soleil mécanique, une originale balade architecturale et historique Le héros de cette BD est un architecte allemand imaginaire. Au départ antinazi, Bohumil Balda va basculer jusqu'à concevoir un bâtiment à la gloire du parti d'Hitler. Racontée à base de bribes de conversations insérées dans des cases géométriques, de croquis et de photos, cette histoire fourmille d'heureuses trouvailles graphiques. Un ouvrage très épuré, mais puissant. 

Soleil mécanique de Lukasz Wojciechowski (ca et là) 

S'évader dans le temps  

Le pas de la Manu, l'histoire d'une usine disparue et de ses ouvriers

C'est l'histoire d'un monde disparu. Celui de la "Manu" : la Manufacture nationale d'armes de Saint-Etienne, une usine fermée en 2002. Dans cette institution stéphanoise, on entrait à 15 ans, et on y faisait carrière jusqu'à la retraite. Baptiste Deyrail ressuscite l'entreprise et, surtout, un monde ouvrier aujourd'hui disparu. Un univers fait de gamelles, de contremaitres, de cadences, de sirènes… Où les femmes attendaient leurs maris à la sortie de l'usine les jours de paye pour veiller à ce qu'ils ne boivent pas leur salaire avant de rentrer à la maison…  

Les "manuchards" possédaient un savoir-faire précieux qui faisait des envieux dans une ville minière. Certains excellaient. Et même s'ils auraient préféré fabriquer des vélos, ces ouvriers étaient fiers de leur métier. Au point de le défendre quand on comparait en se moquant le "pas (terme technique) de la Manu" à celui de l'alcoolique titubant. Pour raconter cette époque et ce milieu l'auteur a pris le prisme de "la perruque" : ce moment pris sur le temps de travail pour réaliser des outils, ou des sculptures.  

Le dessin noir charbonneux exceptionnel et original de Baptiste Deyrail rappelle la poésie des premières photographies. Il sert avec justesse le propos du livre sur des métiers rudes. L'auteur a créé pour chacune des cases une plaque de zinc qu'il a passée ensuite à l'encre huileuse … Une prouesse technique qui rend un bel hommage aux métiers manuels dont il est question dans le livre. 

Planche de la Manu de Baptiste Derayl
Planche de la Manu de Baptiste Derayl / Actes Sud / L'An 2

Le Pas de la Manu, Saint-Etienne, où se fabriquent les armes de Baptiste Deyrail chez Actes Sud/L'An 2 

S'évader dans l'univers de la politique 

Plongée dans le cynisme politique avec l'homowashing et le choix délibéré du chômage.

Des têtes humaines placées dans des bonbonnes de verre… Adrian est conseiller en communication d'un parti politique espagnol. Il est chargé de donner une image gay-friendly à son parti plutôt homophobe. Pour exercer ses missions, il doit faire ce qu'il sait faire de mieux : mentir. Travestir la vérité à sa famille, à ses enfants, à ses collègues, à ses amis... Selon lui tout le monde ment : "pour séduire, par ambition ou par nécessité"... Cette BD réaliste nous plonge dans l'univers politique dans ce qu'il a de plus machiavélique et calculateur. Moi, menteur est aussi un polar sombre, dessiné dans un noir et blanc rehaussé de vert. Le duo Antonio Altarriba et Keko achève ici avec brio son cycle débuté avec Moi, Assassin (Grand prix de la critique 2015) et Moi, fou.

=> On en profite pour relire des deux mêmes auteurs les magnifiques L'art de voler, et L'Aile brisée regroupés dans une intégrale : L'épopée espagnole chez Denoël Graphic.

Plus proche de nous, le journaliste à la cellule investigation de Radio France Benoit Collombat livre dans une bande dessinée son enquête précise sur les racines politiques de la violence économique, de Pompidou à Macron. Les dessins sont signés Damien Cuvillier.

Moi menteur d'Antonio Altarriba et Kiko chez Denoël Graphic et Le choix du chomage de Benoît Collombat et Damien Cuvillier chez Futuropolis

=> Plus de bandes dessinées sur France Inter