Parmi les pépites de la rentrée, la parution en livre de "Coquelicots d'Irak", le strip de Brigitte Findakly et Lewis Trondheim paru sur l’application "La Matinale du Monde"...

Couverture de Coquelicots d'Irak
Couverture de Coquelicots d'Irak © de Brigitte Findakly et LewisTrondheim, publié à L'Association

Irak, année 1960. La jeune Brigitte Findakly, future coloriste de BD naît dans une famille franco-irakienne à Mossoul. Bien avant de rencontrer son compagnon, le dessinateur Lewis Trondheim, elle coule une enfance heureuse. Entre son frère, son père irakien issu d’une très ancienne famille chrétienne, et sa mère française, elle fréquente l’école publique, observe le cireur de chaussures, les démarcheurs, apprend le français…

Dans Coquelicots d’Irak, Brigitte Findakly raconte par petites touches, souvent avec humour, la vie dans sa terre natale avant l’arrivée de Saddam Hussein au pouvoir. Et avant la destruction de ce pays au patrimoine incroyable. Comme Riad Sattouf lorsqu'il évoque la Syrie dans L’Arabe du futur, elle pointe les différences culturelles entre l’Irak et la France. La politesse de refuser un gâteau, l’importance de l’apparence et des potins, le rôle différent de la famille, l’image des Juifs dans un pays musulman…

Alors que l'Irak est en proie à une suite de coups d'État dans les années 1960, c'est la France qui, pour la fillette de Mossoul apparait comme le pays le plus dangereux ! En effet, lors d’un séjour à Paris en mai 1968, Brigitte se retrouve prise dans une manifestation, et doit se réfugier dans une station de métro...

À la fin des années 1970, les conditions de vie en Irak devenant trop difficiles, sa famille décide de s’installer en France. S’ensuit la découverte d’un pays qu’elle ne connaît presque pas et, surtout, la culpabilité de ceux qui ont choisi l’exil face à ceux qui sont restés en Irak, dans un État qui se dégrade.

Les dessins de Lewis Trondheim, qui abandonne le dessin zoomorphique, servent l’acuité du propos d’une très simple et jolie manière. Le couple signe une fabuleuse autobiographie dessinée et un témoignage intelligent, précieux, sur l’Irak d’avant.

Quand Daesh est rentré dans Mossoul, ça m'a fait un tel choc, je me suis dit : là, il faut vraiment que je fasse quelque chose

Brigitte Findakly :

J'ai fait un dessin simple. La difficulté était de trouver de la documentation. Mais la narration, ça fait 25 ans que j'en fais, j'ai ça dans les gênes.

Lewis Trondheim et Brigitte Findakly sur le parti pris graphique :

Dans cette page, on montre le sport numéro un en Irak : parler les uns des autres. En revanche, ma mère se taisait, et on lui faisait confiance.

Brigitte Findakly commente la page 40 des Coquelicots d'Irak :

En Irak, à l'époque, quand un couple était stérile, un frère ou une sœur lui donnait un enfant. Il était impensable qu'un couple n'ait pas d'enfant.

Brigitte Findakly et Lewis Trondheim commentent la page 58 :

Feuilletez quelques pages 

►►► Et aussi : Brigitte Finkaly et Lewis Trondheim invité du Mag de l’été de Leïla Kaddour-Boudadi,

et de La Librairie francophone

Coquelicots d'Irak de Brigitte Findakly et Lewis Trondheim est publié à L'Association

►►► Aller + loin : Le précédent livre de Lewis Trondheim, une reprise de Mickey avec Keramidas.

►►► Et toujours, la sélection BD de l'été 2016

D'autres BD pour la rentrée

Derniers articles