Parfois considérés comme démodés, les puzzles reviennent avec fracas sur le devant de la scène en ces temps de confinement. Ventes équivalentes à la période de Noël, boom des commandes en ligne... le jeu de patience séduit. Parce qu'il n'y a pas que les écrans dans la vie.

Par rapport à la même semaine en 2019, les ventes de puzzles ont bondi de 122% lors de la première semaine de confinement cette année.
Par rapport à la même semaine en 2019, les ventes de puzzles ont bondi de 122% lors de la première semaine de confinement cette année. © Getty / Jessica Nelson

Et si on lâchait l'ordinateur deux secondes pour ouvrir le tiroir du bas et prendre le temps de reconstituer un vieux puzzle ? Depuis le début du confinement en France, le 17 mars, le jeu de patience revient en force. Le chiffre d'affaires et la demande explosent pour les puzzles pour enfants mais aussi (et surtout) pour adultes. Bref les puzzles pourraient bien se retailler une place dans le cœur des Français. Enquête (avec témoignages de mordus de pièces détachées).

Le puzzle plus fort que le Trivial Pursuit

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Rien que durant la première semaine de confinement (comparé à la même semaine en 2019), les ventes de puzzles ont bondi de 122%, constate le cabinet d’analyse NPD. Derrière le Monopoly, la Bonne Paye et le Scrabble, d'accord, mais devant le Trivial Pursuit, s'il vous plaît. Pas mal pour un loisir parfois considéré comme désuet.

"Les consommateurs ont misé sur des valeurs sûres pour toute la famille dès la mise en place du confinement", commente Frédérique Tutt, experte du marché du jouet pour le groupe NPD.

"Les puzzles, ce n'est pas une catégorie dont on parle très souvent, ce n'est pas très sexy. Il est en général acheté par des consommateurs un peu âgés, qui font ça dans un coin de leur salle à manger."

L'experte poursuit : "Dans ce sens, l'entreprise Ravensburger voit une demande absolument hallucinante, équivalente à ce que l'on voit d'habitude à Noël."

Ravensburger, leader du marché du puzzle (70% des parts) abonde. "Ça fait 20 ans que je travaille chez Ravensburger, je n’avais jamais vu ça", lâche Laurent Cochet, directeur marketing. "Sur la première semaine de confinement, les ventes globales ont augmenté de 200%. Sur les puzzles adultes, de 350%." 

Des records de ventes alors que la France est déjà le premier marché des jeux de société et puzzles en Europe, avec un chiffre d’affaires de 578 millions d’euros en 2019, soit 10% de plus par rapport à 2018. Le marché pèse, à titre de comparaison, 392 millions d’euros au Royaume-Uni et 473 millions en Allemagne.

Pièces par milliers...

Il suffit de taper "acheter puzzle" sur un moteur de recherche pour se rendre compte de l’offre pléthorique. Des sites comme planet-puzzle ou rue-des-puzzles proposent un vaste choix. 500, 1000, 1500 pièces… Pour ceux qui ont beaucoup de temps à tuer, sachez qu’un puzzle de 54 000 pièces, rien que ça, sera bientôt mis en vente. Mieux vaut aussi avoir un vaste salon (le puzzle s’étale sur 864 x 204 cm) :

Un puzzle gargantuesque de 54 000 pièces, qui permet de voyager à travers l'histoire de l'Art.
Un puzzle gargantuesque de 54 000 pièces, qui permet de voyager à travers l'histoire de l'Art. / Capture d'écran Planet Puzzle

"Il faut quand même espérer que le confinement ne dure pas assez longtemps pour le finir, celui-là" note avec sagesse Frédérique Tutt, l'experte de l'industrie du jouet. "En tout cas, il y en a pour tous les goûts : paysages, natures mortes, ou puzzles historiques."

Vous pouvez même reconstituer Poudlard, l'école de sorcellerie de Harry Potter, grâce à un puzzle 3D. Magique.
Vous pouvez même reconstituer Poudlard, l'école de sorcellerie de Harry Potter, grâce à un puzzle 3D. Magique. / Capture d'écran

Laurent Cochet, le directeur marketing de Ravensburger, décrit ce qui marche : "On a par exemple une collection qui s’appelle 'City Highlights', des paysages urbains, qui fonctionne bien. Les méchants de Disney aussi cartonnent en ce moment, même chez les adultes !"

Et si on veut rehausser davantage le challenge, les puzzles monochromes se vendent aussi très bien : "Vous devez faire votre puzzle juste en vous basant sur la forme des pièces." À réserver aux plus patients d'entre nous. 

Le puzzle monochrome. À mettre entre les mains des passionnés les plus patients.
Le puzzle monochrome. À mettre entre les mains des passionnés les plus patients. / Capture d'écran Planet'Puzzle

... et pièces manquantes

En période de confinement et face à l’explosion des commandes, les boutiques en lignes ont dû s’adapter. "Durant cette période de crise sanitaire, les puzzles sont très demandés ce qui nous oblige à limiter les commandes que nous acceptons. La Poste permet des expéditions exclusivement les mercredis, jeudis et vendredi, et uniquement à 70% de nos envois habituels", indique Éric Lathière Lavergne, le président de Planet’Puzzles, 10 138 puzzles en stock : "Nous avons fait le choix de n’accepter que les commandes que nous pouvons expédier." En raison de la limitation du nombre de colis imposée par La Poste, leur site accepte ainsi jusqu'à 800 commandes, pas plus.

Message du même acabit sur le site fou-de-puzzle, qui a mis en pause ses ventes en ligne. Afin de traiter le boom des demandes en période de confinement, rue-des-puzzles a aussi suspendu les commandes pour le moment : "Afin de traiter toutes les commandes en cours, nous ne prenons plus de commandes avant le lundi 6 avril, 14h."

Et pour ce qui concerne les puzzles Ravensburger, "les gens peuvent encore les acheter dans les supermarchés, alors qu’ils font leurs courses alimentaires, et aussi sur notre site marchand", signale Laurent Cochet, le directeur marketing, "même si les livraisons type UPS ou Amazon sont retardées". Il souligne que leur site de production est basé dans le land Bade-Wurtemberg en Allemagne, et donc non concerné par des mesures de confinement.

Témoignages d'adeptes confinés

Depuis le 17 mars, les amateurs s'en donnent à cœur joie. "J'en ai reconstitué deux", rapporte à France Inter Timothy, qui fait des puzzles quand il n'a "vraiment rien d'autre à faire" : "Chacun fait 200 pièces. Ce sont des puzzles personnalisés que j'ai commandés sur Photoweb : on envoie une photo de son choix et on reçoit le puzzle." Résultat en image : 

"Je teste plusieurs tailles, là j’en ai fait un de 500 pièces", témoigne de son côté Jojo, qui n'a pas non plus l'habitude de faire des puzzles, surtout par manque de temps : "Pour ma part, je fais avec ce que j’ai à la maison."

Pour Maï, déjà adepte "sans excès" de puzzles en temps normal, "peu importe le type et la taille" : "Mais je préfère les grands puzzles, avec plus de 1000 pièces".

"Ils ont un effet presque méditatif"

Ève vante avec détails les bienfaits de l'activité : "Je pense que les puzzles développent l'acuité visuelle et permettent de mieux distinguer les détails. Ils sont également utiles pour affiner le sens de l'observation et la logique. Enfin, ils ont un effet presque méditatif : puisqu'on a les mains et l'esprit occupés, on parvient à faire le vide dans sa tête. C'est très relaxant ! Et c'est satisfaisant de voir que les pièces s'emboîtent, c'est une petite victoire qui fait plaisir." En gros, résume Maï, "ça détend un maximum".

Même constat de Timothy dans cette période d'enfermement : "Dans le contexte du confinement, un puzzle apporte de l'évasion, c'est un bénéfice plus que magique." Attention, ceci dit, à se contrôler : "Un certain sens de la patience est utile, mais maîtriser ses nerfs, quand une pièce ne trouve sa place nulle part, c'est pas mal aussi."

L'avènement du puzzle roi ?

Et cette question : le puzzle tient-il  sa revanche grâce au confinement ? "Eh bien peut-être que oui", juge Maï. "Clairement !", estime de son côté Timothy : "C'est à la portée de tous et toutes et ne nécessite ni connexion Internet ni écran."

Mais Ève ne partage pas cet avis : "La plupart des gens aujourd'hui préfèrent les jeux vidéo, ils ont Netflix. Je pense que les gens sont trop 'speed', collés à la technologie, pour revenir à un simple puzzle. Mon frère, par exemple, est incapable de rester concentré suffisamment longtemps pour en faire."

Ah, le puzzle... Art de la patience que certains ont effectivement du mal à appréhender, comme le montre cette vidéo. À déconseiller aux amateurs de puzzles sensibles :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.