Le 5 octobre dernier, Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l'Express, répondait à Sonia Devillers dans «L’instant M» sur la question des délais de paiement aux fournisseurs, notamment aux agences photographiques. Droit de réponse de ces dernières.

« Les délais de règlement de nos factures par les titres de presse se sont allongés et sont hors-la-loi. Rappelons que les délais légaux de règlement sont de 60 jours maximum, conformément à l’article L.441-6 du code du commerce et qu’en juillet 2014 a été signé un code de bonnes pratiques professionnelles entre éditeurs, agences de presse et photographes stipulant que, conformément au droit, les agences et photographes devaient être payés à 60 jours , article 22 du code.

Le mode de gestion cynique et délibéré de certains groupes dont l’Express nous prive sciemment de trésorerie .

A écouter Christophe Barbier, les défauts de paiement de l'Express sont un mode de gestion de l'après-crise qui convient à ses fournisseurs puisqu’ils continuent à travailler.

De tels propos, affirmant et assumant une position hors-la-loi sont inadmissibles et indignes de la part d’un responsable éditorial dont l’entreprise est largement soutenue par des aides d’Etat conséquentes.

La presse, en difficulté chronique depuis des années, reçoit des fonds publics importants pour lui permettre de poursuivre sa mission d’information dans la pluralité. Cet argent public est perçu à des fins de contribution au débat démocratique alors qu'il soutient un système de gestion dont sont victimes nos agences et collectifs et au bout de la chaine les photographes que nous représentons.

Nous rappelons aussi solennellement à Christophe Barbier, comme à l’ensemble des directeurs de rédactions, que l’aide publique et la mission qui est la leur, engagent leur responsabilité et demandent une exemplarité au regard de la loi, des citoyens et de la République.

Nous les appelons à se plier sans réserve à leurs obligations. »

Signataires :Andia, Cosmos, m o d d s , Myop, PAJ, Pasco & co, Picturetank, Signatures maison de photographes, Sipa press, SNAPIG (Syndicat national des agences photographiques d’illustration générale), Tendance Floue, Agence VU’.

Négatifs originaux du photographe Kyoichi Sawada  qui a remporté le Prix Pulitzer en 1966
Négatifs originaux du photographe Kyoichi Sawada qui a remporté le Prix Pulitzer en 1966 © Joe Santa/Corbis
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.