Proarti.fr, plateforme de mécénat participatif, propose son aide aux théâtres pour organiser des collectes solidaires et transformer les billets en dons défiscalisés. Au début de la crise, plusieurs théâtres avaient proposé au public de ne pas demander le remboursement de leurs billets, en guise de solidarité.

Depuis sa création, proarti.fr a accompagné 1100 projets et collecté plus de 5 millions €.
Depuis sa création, proarti.fr a accompagné 1100 projets et collecté plus de 5 millions €.

Proarti est devenu en quelques années le géant du financement participatif dans le domaine du spectacle vivant. Il est bien connu des compagnies qui l'utilisent pour boucler leur budget de production. Depuis sa création, proarti.fr a accompagné 1 100 projets et collecté plus de 5 millions d'euros.  

Face à l'ampleur de la crise sanitaire, la plateforme de mécénat participatif propose aux théâtres de créer des collectes en ligne pour leurs spectateurs : le fonds de dotation proarti permettant de transformer les billets annulés en dons défiscalisables, à hauteur de 66%. "Il faut que l'on prenne tous conscience que l'on est dans un secteur économique totalement à l'arrêt pour une durée totalement indéterminée, malgré toutes les aides publiques et la mobilisation des mécènes, il va falloir de beaucoup d'argent pour que ces secteurs survivent", explique Grégoire Harel, le fondateur de proarti, qui espère ainsi participer à la chaîne de solidarité pour sauver le secteur culturel.

En transformant le billet de spectacle en don solidaire, Proarti mise aussi sur la générosité des spectateurs. L'avantage fiscal peut inciter à donner 2 à 3 fois plus que la somme initiale.

Des artistes appellent à sauvegarder la culture

Face à la crise, des personnalités de la culture, parmi lesquelles les acteurs Catherine Deneuve, Omar Sy ou encore Jean Dujardin, ont demandé jeudi dernier la prolongation des droits des intermittents du spectacle d'un an au-delà des mois où l'activité aura été impossible, face à la crise du Covid-19, dans une tribune publiée par Le Monde.

Les artistes se sont adressés directement à Emmanuel Macron : "Monsieur le président de la République, lors de sa conférence de presse du 19 avril, le Premier ministre, énumérant tous les secteurs d'activité, a oublié le secteur culturel. Combien de personnes vivant en France a-t-il oubliées avec nous?"

De son côté, le ministre de la Culture Franck Riester assure ce mardi travailler sur un dispositif de protection des intermittents du spectacle "sur le temps long", à commencer par les mois d'été. Mais il n'a pas encore tranché sur l'éventualité de leur accorder l'"année blanche" qu'ils réclament.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.