Le hasard a fait de moi le voisin d'un médecin de garde, Laurent. C'était lundi soir, au concert unique de "The Divine comedy", de passage à la Cigale, à Paris. Concert acoustique, animé par un Neil Hannon brillant comme à son habitude dans cette formule. Le musicien a joué seul au piano et à la guitare une vingtaine de titres issus de plusieurs de ses disques, de "Liberation" à "Bang goes the knightwood"".

culture et couture
culture et couture © RF

Mon voisin, médecin de garde donc, passe ses soirées dehors, une petite mallette à la main. Il sort au théâtre, à l'opéra, dans les salles de concert. Psychiatre de son état, 31 ans, Laurent est membre d'une association qui permet aux soignants de s'inscrire à telle ou telle soirée et de bénéficier ainsi de deux invitations. A condition de répondre présent en cas de problème. De garde, il faut souvent interrompre sa soirée pour secourir des spectateurs évanouis, bien sûr. Mais la surprise est de taille. On s'évanouit plus aux concerts de musique baroque qu'aux concerts de rock. La rock star, c'est Haendel! "C'est vrai, s'amuse Laurent, vous n'imaginez pas le nombre de malaises lors de représentations d'opéras ou de concerts baroques". Le médecin confie encore avoir été appelé à un entracte pour convaincre un chef célèbre de poursuivre le concert. Celui-ci boudait dans sa loge parce que... la soprano chantait faux. Il a donc fallu négocier avec lui durant 20 minutes. Et c'est en évoquant le grand-père psychiatre du musicien que Laurent est parvenu à apaiser la star. L'artiste adulait son grand-père. Le concert a repris. Le rock n'est pas non plus de tout repos pour le jeune docteur, placé derrière la régie son. Laurent ne sort jamais sans son fil et se ciseaux. Il est amené à recoudre fréquemment des arcades sourcilières fendues par les pogos des spectateurs. Un soir où le groupe "Arcade Fire" se produisait, l'un des blessés lui a même présenté des cicatrices en avouant, crânement: "Celle-ci, c'est le souvenir de tel spectacle, celle-là, de tel autre!" Un autre soir, Laurent a cru que le chanteur allait s'écrouler, ivre, après deux bouteilles et demie descendues à intervalles réguliers durant le concert. Il s'agissait de Pete Doherty qui a tenu le choc, pourtant. Dernière curiosité dans la vie trépidante de ce spectateur pas ordinaire: après certaines soirées, surtout des concerts de rock, des chaussures jonchent le sol. Essentiellement, des chaussures de femmes. "C'est fou, non?", s'étonne toujours le médecin de garde... "Elles repartent pieds nus!"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.