Avril 1966 : le premier Festival mondial des arts nègres ouvre ses portes à Dakar. Les plus grands noms des scènes culturelles d’Afrique et de la diaspora s’y donnent rendez-vous. L’événement deviendra l’un des moments clés de la mise en scène de la négritude, courant littéraire et politique développé par le président Léopold S. Senghor. Plutôt qu’une approche documentaire, l’exposition s’intéresse aux traces et aux représentations visuelles produites pour saisir, voire instrumentaliser, une telle manifestation. Se dessinera une réflexion autour des enjeux culturels et politiques investis dans un événement qui a marqué les imaginaires du panafricanisme à l’époque de la guerre froide…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.