C'est un très beau défi que se lance Angelin Preljocaj, le chorégraphe basé à Aix-en-Provence, il fait danser les autres depuis 25 ans après avoir été danseur, et là, il danse à nouveau. L'artiste a triomphé au festival Montpellier danse en juin, il est actuellement au théâtre des Abesses à Paris. Ce qui est beau, déja, c'est sa motivation : la littérature de Genet lui a donné l'envie de redevenir danseur, à 52 ans. Comme un toréro face à l'animal, Preljocaj torée avec les mots de l'écrivain qu'il lance au public et qui mettent son corps en mouvement. Angelin Preljocaj est fou de ce texte court de 1955, "le funambule". Jean Genet dicte une conduite à son jeune amant Abdahlla, un funambule. Le poète écrit, à la deuxième personne, une sorte de savoir vivre à cet artiste seul, courageux sur son fil, flirtant avec la chute . "Tu dois risquer la mort physique", écrit l'auteur . Le problème du spectacle, c'est peut-être : Genet. Son adresse au jeune artiste qu'il aime est un peu froide, c'est presque un manifeste qui défend les idées du poète sur la vie, le désir, la mort, mais sans grande émotion. On peut rester un peu à la porte et c'est dommage car Preljocaj se re-met en mouvement avec beaucoup de grâce. Il a travaillé avec une scénographe et designer Constance Guisset qui invente un espace un peu chic, mais très élégant. Les couleurs passent délicatement du bleu à l'orange. En tee shirt blanc, pantalon crème, puis torse nu, Preljocaj alterne le jeu et la danse. Ce n'est pas un acteur, mais il se débrouille bien avec la parole, on le sent investi, touché, et sa conviction l'emporte.

La silhouette du danseur se reflète sur le sol, Preljocaj avec des jeux d'ombres et de lumière ou des jeux de miroir semble se démultiplier. Un dialogue inédit entre la voix, les mots et les mouvements du corps s'invente, au milieu de parchemins blanc qui tombent des cintres. C'est très beau, un peu froid, mais c'est une vraie proposition d'un artiste toujours en recherche. La danse, ici, et c'est nouveau, devient une expression littéraire, un moyen d'entrer en littérature.

Le funambule, Genet-Angelin Preljocaj, jusqu'au 15 septembre, au théâtre des Abbesses à Paris.Il sera du 23 au 27 novembre à Aix-en-Provence, au Pavillon noir, et du 8 au 12 décembre à la maison des arts de Créteil .

Jean-Claude Carbonne
Jean-Claude Carbonne © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.