Enfin un spectacle longuement applaudi par des spectateurs, souvent debout ! Après l'enfer et des propositions souvent arides, centrées sur Dieu et la souffrance humaine, voici un spectacle tourné vers l'énergie et la richesse du métissage culturel. On souffle un peu, c'est apaisant, et on est très ému à "Sutra", du chorégraphe et danseur Sidi Larbi Cherkaoui.Dans la Cour du lycée Saint-Joseph, Cherkaoui unit sa danse à la culture des moines bouddhistes du temple Shaolin. C'est une prouesse de marier cette matière brute, les arts martiaux, et la danse. L'écueil est énorme : il ne pourrait s'agir que d'une démonstration technique, or le savoir faire des moines est une composante seulement d'un véritable ballet. Cherkaoui est sur scène, tel un voyageur solitaire, en veste, pantalon gris baggy. Sa rencontre avec un petit garçon espiègle l'amène à découvrir des hommes qui parlent un autre langage du corps, avec des sabres, des gestes de kung-fu. Jouant avec des coffres en bois dans lesquels les interprètes s'allongent, s'accrochent ou se réfugient, l'homme seul et les autres nouent un dialogue. Un orchestre joue en direct une musique originale (de Szymon Brzoska) qui participe à la poésie de cette rencontre entre deux cultures, le danseur occidental qui bouge avec ces hommes initiés depuis l'enfance à une discipline de l'âme et du corps. C'est simple, beau et bon."Sutra" à Avignon jusqu'au 13 juillet, à 22 h, du 16 au 18 juin 2009 à l'Opéra de Lille, du 25 au 27 juin au Théâtre de Chaillot, à Paris et en tournée internationale.

Koen Broos
Koen Broos © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.