Le Centre Pompidou, plus célèbre musée d'art moderne et contemporain en France, va fermer ses portes pendant près de quatre ans, de 2023 à 2027, pour se rénover. Ce n'est pas la première fois que ce bâtiment évolue ; il est aujourd'hui très différent de ce qu'il était à son ouverture en 1977.

Le Centre Pompidou en 1999, ici après deux ans de travaux de rénovation
Le Centre Pompidou en 1999, ici après deux ans de travaux de rénovation © AFP / JEAN-PIERRE MULLER

C'est une fermeture longue qui a été annoncée ce lundi par le ministère de la Culture : de 2023 à 2027, le Centre d'art et de culture Georges-Pompidou, qui abrite le Musée national d'art moderne, va fermer ses portes pour une grande vague de travaux visant à rénover ses infrastructures mais aussi à moderniser l'expérience de visite pour le public. 

"Il y avait deux options, la première était de rester à moitié ouvert, l'autre était de fermer complètement, a expliqué Serge Lasvignes, le président de l'institution, à France Inter. Un Centre Pompidou, établissement de réputation mondiale, que l'on verrait sous les travaux pendant sept ans, ça ne m'a pas paru tenable. J'ai tenu l'option de la fermeture". C'est, pour le centre Pompidou, la plus longue période de fermeture pour travaux (mais ce n'est pas un record à l'échelle de Paris, où le musée Carnavalet, fermé depuis 2016, n'ouvrira qu'au printemps 2021).

Espaces modulables

Mais ce n'est pas la première fois que le célèbre musée va opérer une mue : et la première des métamorphoses a eu lieu avant même que le Centre (alors nommé "Centre Beaubourg") ne voie le jour. Le projet architectural choisi par le gouvernement et conçu par Renzo Piano et Richard Rogers, avait une façade couverte d'écrans vidéo et comportant quelques tubes et escalators. Face aux controverses, les architectes ont imaginé un "geste architectural" prenant la forme d'une longue chenille d'escaliers mécaniques occupant toute la façade – et devenu l'emblème du bâtiment. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

À l'intérieur, le Centre fait régulièrement l'objet de réaménagements, ponctuels ou non. Il faut dire que la structure du bâtiment permet facilement de l'aménager avec une grande liberté : en déportant toutes les conduites techniques à l'extérieur des murs (les fameux tuyaux de couleur), les architectes ont fait des huit niveaux du lieu de grands plateaux vides qui peuvent être modulés facilement. À une exception près : au niveau de la dalle principale (la "piazza"), le rez-de-chaussée est percé par une immense fosse, le "forum". Un espace d'exposition au cœur du lieu, qui accueille, les premières années, les expos les plus folles du Centre, dont une machine épatante conçue notamment par Jean Tinguely et Niki de Saint-Phalle, et une rétrospective Dali, longtemps restée comme le plus grand succès du musée.

En 1979, la grande rétrospective Dali prend place en plein milieu du hall du musée, dans le Forum en sous-sol
En 1979, la grande rétrospective Dali prend place en plein milieu du hall du musée, dans le Forum en sous-sol © Getty / Daniel Simon

Deux grandes rénovations, en 1985 et 1997

La première grande vague de travaux intervient dès 1985, soit huit ans seulement après l'ouverture du lieu. Les collections ont alors presque doublé, il faut agrandir les espaces d'exposition. Sous l'impulsion de l'architecte italienne Gae Aulenti (à qui l'on doit aussi l'intérieur du Musée d'Orsay), les galeries contemporaines sont revues de fond en comble, agrandies, et de nouveaux espaces voient le jour comme la "Galerie du Forum" dédiée aux expositions les plus exploratoires. 

Mais les plus grands travaux ont lieu entre 1997 et le 31 décembre 1999. Pendant plus de deux ans, le Centre Pompidou ferme ses portes pour se refaire une beauté, avec une nouvelle fois Renzo Piano aux manettes, accompagné par un autre architecte, Jean-François Bodin. La métamorphose la plus visible est celle qui accueille les visiteurs dès l'entrée : le Forum a été en grande partie rebouché – et le béton y remplace la moquette. Si un trou est toujours là, ouvert sur le sous-sol, il est désormais plus petit. Et dorénavant, les espaces du Forum accueillent aussi de nouvelles salles dédiées au spectacle vivant. À côté du bâtiment principal, se dresse une annexe, reconstitution de l'atelier du sculpteur Constantin Brancusi.

Fin 1999, le Centre rouvre ses portes avec un Forum dont l'ouverture est considérablement réduite
Fin 1999, le Centre rouvre ses portes avec un Forum dont l'ouverture est considérablement réduite © Getty / Alain Duclos

Les bureaux du Centre ont majoritairement quitté le bâtiment, ils sont abrités à proximité. Et depuis 1992, le Centre de création culturelle (CCI), qui occupait une partie des lieux depuis son ouverture, a fusionné avec le Musée national d'art moderne. Autant de changements qui permettent encore de gagner de la place et d'agrandir, d'une part la Bibliothèque publique d'information, qui dispose de sa propre entrée, et d'autre part les lieux d'exposition, notamment au dernier étage, où deux galeries d'exposition temporaire sont installées. Les galeries qui abritent les collections temporaires, sont revues sous la forme d'une grande rue traversante (toujours existante aujourd'hui) de part et d'autre de laquelle les salles d'exposition se répartissent.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Une évolution continuelle

Depuis cette réouverture pour l'an 2000, le Centre évolue encore régulièrement : en 2004, la grande galerie sud du musée (ex-galerie du Forum), au premier étage, est scindée, laissant une partie de sa surface à l'Espace 315, dédié aux expositions de jeunes artistes. Ces deux parties ont depuis été renommés simplement galerie 3 et galerie 4. Et une nouvelle galerie est née en 2014, dans le Forum en sous-sol, entièrement dédiée à la photographie. 

Les travaux qui vont occuper le Centre Pompidou pendant quatre ans sont avant tout techniques. Mais le président du lieu l'a promis : il vise aussi à moderniser l'expérience des visiteurs. Sans plus de précisions, pour le moment. Reste donc à imaginer ce que sera le Centre Pompidou de la fin des années 2020. Le lieu devrait rouvrir à temps pour fêter ses cinquante ans. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix