Amandine, le premier bébé éprouvette, voit le jour. Le Minitel entre dans les foyers français. Jack Lang crée la Fête de la Musique. Patrick Dewaere se suicide. La guerre du feu remporte le Cesar. Martina Navratilova remporte Roland Garros et tout le monde fredonne Chacun fait c'qui lui plaît .

Et pendant ce temps là sur France Inter.

1982, l’année de naissance d’un 6/9 d’anthologie, dirigé par deux voix, Philippe Caloni et Gérard Courchelle, qui sont aujourd’hui pour de très nombreux journalistes une référence et un modèle.

Le projet est simple, comme l’écrivait dans "Longtemps je me suis levé de bonne heure" Philippe Caloni :

Philippe Caloni
Philippe Caloni © Radio France

> 3h d'antenne (6/9) un magazine "haut de gamme" sous la houlette de 2 journalistes, l'un, rédacteur en chef (Courchelle), responsable de l'harmonie des différentes éditions et assurant en personne celle du journal de 8h ; l'autre producteur-délégué (Caloni), liant le tout, paroles et musiques , pour abattre enfin la barrière séparant au sein d'une chaîne les rivalités ancestrales de l'information et des programmes.

Un projet simple mais totalement novateur pour l'époque : introduire de la musique, classique qui plus est, dans la tranche d'info matinale... et pourtant, le succès fut là et ce nouveau 6/9 durera 5 ans.

Il existe depuis 2007 le Prix Philippe Caloni de la SCAM qui récompense un(e) journaliste ayant fait preuve de talent et d’éclectisme, en particulier dans l’exercice de l'interview ou de l’entretien .Caloni dont Gérard Courchelle disait (Le Monde, 2003) :

C'est sans doute l'une des plus formidables bêtes de micro que j'ai rencontré. Il avait une capacité d'improvisation, de pugnacité et de décontraction à l'antenne qui reposait sur une très grande culture.

Pour Gérard Couchelle , c'est plutôt le terme de "grand monsieur de la radio" qu'il faut utiliser. Une écriture précise et riche, une mise en perspective des informations, une voix profonde.

Ses dix ans de journal de 8h ont marqué durablement la mémoire des auditeurs et des journalistes d’Inter. Et auront également « cassé » à jamais le sommeil de celui qui - depuis - continue à venir à la radio avant l’aube pour écrire ses chroniques musique classique, la passion de ce fan de musique et d’opéra.

Quel est l'auteur du Boléro de Ravel ?

En octobre, et parce qu'il ne veut pas faire condamner l'accusé Yvan Dautin (qui cartonne avec la chanson Boulevard des Batignolles ), Pierre Desproges se lance - avec la complicité active de Luis Rego et devant le public hilare du "Tribunal des Flagrants délires" - dans une savoureuse parodie du jeu des 1000 francs :

Au XVIe siècle, on enseignait la masturbation à deux mains... si vous le voulez bien !

En 1982, Pierre Desproges n'est pas seulement le procureur du Tribunal, c'est aussi Monsieur Cyclopède qui présente sa minute nécessaire sur FR3.Et plus d'une minute est nécessaire pour comprendre par quelles associations d'idées il a transformé le "Jeu des mille francs" en "Jeu des 1000 fesses"....Pour (tenter de) comprendre, plongeons dans les coulisses du "Jeu" :

Let's rock !

Bernard Lenoir 1979
Bernard Lenoir 1979 © Radio France

En 1982 la bande FM vient juste d’exploser, mais Internet n’est encore qu’un embryon. Pour écouter du rock, il faut dévaliser son disquaire ou écouter la radio. Et pour découvrir les nouveautés et des artistes outre-Atlantique, il faut écouter FeedBack , l’émission que Bernard Lenoir présente sur France Inter depuis 1978. Le générique donne le ton : Eruption de Van Halen. Suivent Kate Bush, Dire Straits, Bernard Lavilliers, Joy Division… et les Clash.

En 1982 ils sillonnent la planète cette année-là avec tournée du Combat Rock tour qui, malgré les ventes en pertes de vitesse des albums et les tensions croissantes entre les membres du groupe, est un énorme succès. Live pour live, Bernard Lenoir, l’enfant du rock, offre aux auditeurs une rareté : la diffusion antenne du concert que les Clash ont donné le 5 mai 1981 au Palais des Sports de Lyon.

> 32 ans après, London Calling live… let’s rock !

La lumière du nord couv 1982
La lumière du nord couv 1982 © Radio France

Le Prix du Livre Inter- présidé par Jeanne Bourin - est attribué à Marcel Schneider pour "La lumière du Nord" (Grasset).

Mes cousins de la Forêt-Noire étaient beaucoup plus que mes cousins : des intercesseurs auprès de je ne sais quelles divinités. En communion avec les autres règnes, ils savaient se concilier l'amitié des arbres et des pierres.

Ce recueil de nouvelles évoque de Fribourg au château d'Oubli, en passant par le pays cathare, Constantinople et le Marais, la guerre, les ravages du réel et la force de l’imaginaire.

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Max Gallo est décédé
19 juillet 2017
Culture
Fregula sarda
18 juillet 2017
Culture
Pardulas
18 juillet 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.