L'Académie française édite des dictionnaires depuis 1694. Elle travaille actuellement à la 9e édition. Ces éditions seront bientôt consultables en ligne. On a pu tester la plateforme de consultation en avant-première avec le mot "femme". Plongée dans trois cents ans de patriarcat.

Définition du mot "femme" dans l'édition de 1932 du dictionnaire de l'académie française.
Définition du mot "femme" dans l'édition de 1932 du dictionnaire de l'académie française. © Radio France / Julien Mougnon

Le dictionnaire de l'Académie française est né au XVIIe siècle pour instituer une langue d’État. Ce sera celle de Molière et La Fontaine, celle que les Français utilisent. L'Académie a été créée par Richelieu, sous Louis XIII en 1635. Il a donc fallu 59 ans pour établir le premier dictionnaire. Le rythme ne s'est pas beaucoup accéléré depuis...

En 384 années, il y a eu huit éditions du dictionnaire de l'Académie et une 9e édition est en cours de rédaction. Actuellement, toutes les éditions du dictionnaire sont consultables en ligne sous forme de fac-similés très lourds et peu maniables. D'ici l'automne, ces éditions seront consultables dans une version texte, sur un site dédié, beaucoup plus confortable pour la recherche et la lecture (où l'on peut déjà consulter les 8e et 9e éditions). Nous avons testé ce site, en regardant comment la définition du mot "femme" a évolué à travers les siècles.

"En donnant accès simultanément à toutes les éditions, nous allons montrer l’évolution des mots ; les gens n’ont pas conscience que si les mots évoluent, c’est que la société évolue, et sa vision du monde aussi. En voyant les changements, on verra aussi que rien n'est innocent", explique Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle  de l'Académie. 

En 1694, la "femelle de l'homme"

Dictionnaire de l'Académie française, première édition, 1694 - consultable sur Gallica.bnf.fr
Dictionnaire de l'Académie française, première édition, 1694 - consultable sur Gallica.bnf.fr / .

Selon la définition page 443 du tome 1 de la première édition en 1694 la femme est la "femelle de l’homme".  Le texte est assez sobre (25 lignes sur une colonne), emprunté en partie au registre religieux. La femme est d'abord présentée comme "la femelle de l'homme", mais tout de suite les académiciens citent Dieu, qui "tira la femme de la côte d'Adam". Un cliché suit immédiatement cette référence, les femmes sont "naturellement timides"

"Il y a plus de femmes que d'hommes dans une telle ville, cet homme est adonné au vin et aux femmes. La fréquentation des femmes débauchées est fort dangereuse. Femme mariée." lit-on ensuite dans le français de l'époque. La femme est donc pour les hommes une addiction potentielle comme le vin... 

En 1740, 1762, 1798 la définition n'évolue pas

Dans les éditions suivantes, en 1740, 1762 et 1798, malgré la révolution, le siècle des Lumières et l'émergence d'intellectuelles comme Olympe de Gouges (dont la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est publiée en 1791), il n'y a pas de changement notable dans le dictionnaire

En 1802, une publication complétant la version de 1762, fait apparaître une notion juridique : "femme commune en  biens" pour désigner celle qui partage un mariage sous le régime de la communauté des biens.

En 1832, la femme devient la "compagne de l'homme"

En 1835, page 740 du premier tome, les académiciens sont plus bavards et rédigent 80 lignes. La femme est toujours la femelle de l'homme et devient sa "compagne". Dieu est toujours de la partie, mais l’Académie a beaucoup plus d'exemples à donner. On parle de "maîtresse femme" mais quand on dit "elle est bien femme" c'est pour parler "des défauts et faiblesses ordinaires à son sexe". En lisant on comprend que quand on dit d'un homme que "c'est une femme", c'est pour signifier qu'il n'a "pas de force". Et  en conclusion le texte, qui a commencé par l'évocation du Dieu, finit par celle du diable : "quand le diable bat sa femme c'est qu'il pleut et fait soleil en même temps"

On apprend page 896 que la femme est aussi un homme. Puisque "homme", quand il s'agit de parler d'"un animal raisonnable formé d'un corps et d'une âme, se dit aussi pour les femmes." Il faut plus de deux pages pour décrire toutes les acceptions du mot "homme", soit cinq fois plus d'espace que pour définir "femme".

En 1932, "un caprice de femme"

Arrivée dans les années 30, la définition de la 8e édition (1932-1935) n'est plus tout à fait la même. Le texte est plus long, avec un plus grand nombre d'exemples. On lit : "FEMME. n. f. Être humain du sexe féminin, la compagne de l'homme". Les exemples sont pour le moins parlants : "Un caprice de femme. Une femme mariée. Une jolie femme. Une belle femme. Une femme coquette. Une femme auteur. Une femme de lettres. Elle n'est pas femme à se laisser séduire".  
Dieu réapparaît ensuite, non plus pour la création de la femme, mais pour sa force de volonté. "Prov. et fig., Ce que femme veut, Dieu le veut, Les femmes veulent ardemment ce qu’elles veulent, et elles finissent ordinairement par l’obtenir." 

La notice rappelle d'autres façons d'employer le mot femme : "Bonne femme, outre sa signification ordinaire, veut dire aussi Femme âgée. La bonne femme n’en peut plus. Quelquefois même, Bonne femme se dit par familiarité et par hauteur en parlant à une femme du peuple ou de la campagne. Contes de bonne femme, Remèdes de bonne femme, Contes, remèdes traditionnels et populaires, transmis par la mémoire des femmes. C’est une maîtresse femme, se dit d’une Femme habile, ferme, et qui sait se faire obéir. Elle est femme, elle est bien femme, se dit pour faire entendre que Celle dont on parle a les charmes, tous les traits caractéristiques de son sexe."

Dans les années 30 la 'femme publique' n'est pas une future ministre ou une femme à forte notoriété, c'est une "femme de mauvaise vie ". La définition se termine encore par une évocation du diable : "Prov. et fig., Le diable bat sa femme, et marie sa fille."

En 2019, "Une femme fatale"

Dans l'édition actuelle, la femme n'est plus ni la femelle ni la compagne de l'homme. On peut lire : FEMME: (se prononce fame) nom féminin Xe siècle. Issu du latin femina, "femme, femelle". Être humain défini par ses caractères sexuels, qui lui permettent de concevoir et de mettre au monde des enfants." Exemple d'utilisation du mot : "Ce n’est plus une enfant, c’est une femme, elle est nubile. La voilà bientôt femme. Devenir femme. Femme enceinte. Femme stérile. Dans les sociétés occidentales, la longévité des femmes est en moyenne supérieure à celle des hommes".

Le dictionnaire consacre un paragraphe sur les caractères et apparences possibles : "jolie femme,  charmante, élégante, coquette. Une femme fatale, voir Fatal. Une femme légère, facile. une femme libre, une femme libérée".

Mais enfin libérée on peut rencontrer une "professeur femme" et une femme "chef d'entreprise. Là encore, comme pour autrice, professeuse ou procureuse sont bannis du dictionnaire, car ces mots ne sont plus utilisés, alors qu'ils l'étaient respectivement au XVIIIe et XVIe siècle.

Au XXIe siècle les femmes sont toujours de charge, de chambre, de ménage, ou de service. Le diable n'est plus évoqué, mais les écritures saintes sont citées ainsi que que les Saintes qui suivirent Jésus. Victor Hugo est signalé comme l'auteur du proverbe Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie, prêté à François Ier dans Le roi s’amuse.

Pour information, la définition du mot "homme" est très différente: "Xe siècle, hom, om. Issu du latin hominem, accusatif de homo, "homme, être humain". I. Être humain de l’un ou l’autre sexe. 1. Pour désigner l’espèce humaine en général (le plus souvent au singulier). "Le corps, l’esprit de l’homme. La nature, la condition de l’homme. Il est dit dans la Genèse que Dieu créa l’homme à son image".

En 384 ans de réflexion, l'Académie n'a fait entrer que 9 femmes

Comme le dit l'académicien Dany Lafferière, "parcourir ces différentes versions c'est comme lire un roman, observer des personnages (les mots) apparaître, disparaître et parfois revenir, c'est un véritable suspens. Tout cela varie en fonction de l'influence de certains membres, des tendances auxquelles ils appartiennent. Je me souviens que pour le mot femme, Jean d'Ormesson disait qu'il fallait le définir comme suit : personne que les hommes embrassent, dans tous les sens du terme". 

En 384 ans de réflexion, l'Académie n'a fait entrer que neuf femmes. Cela aussi a dû sérieusement influencer la rédaction de la définition du mot au fil du temps. 

Avant la fin de l’année toutes ces éditions seront en ligne, avec de fonctionnalités nouvelles, telles que l’accès direct à de nombreuses ressources linguistiques, consultables sur tous les supports numériques. Le Dictionnaire de l’Académie française devient aussi une porte d'entrée sur la francophonie en donnant accès à d'autres bases lexicales francophones. De chipote, à sage-femme en passant par femme du soir, on trouvera ici cent autres façons de parler des femmes, et de les sous-estimer, partout dans le monde francophone.

Ecoutez la vie connectée du samedi 9 février 

Tout savoir sur le nouveau site de dictionnaires de l'Académie française 

2 min

Le nouveau site de dictionnaires de l'Académie française

Par Christine Siméone
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.