La romancière anglo-américaine Jackie Collins, qui a vendu plus de 500 millions d'exemplaires de ses livres, s'est éteinte après une longue maladie à l'âge de 77 ans.

Née en Grande-Bretagne, Jackie Collins a commencé à faire de la comédie avant de se consacrer à l'écriture
Née en Grande-Bretagne, Jackie Collins a commencé à faire de la comédie avant de se consacrer à l'écriture © Reuters / Lucas Jackson

Elle était peut-être un peu moins lue en France que partout ailleurs, surtout dans les pays anglo-saxons mais aussi en Pologne ou en Russie. Ses livres à l'eau de rose, érotiques, et ses histoires parfois perfides avaient un très grand succès.D'origine anglaise, elle vivait aux Etats-Unis et est morte en Californie. "Elle a vécu une vie merveilleusement remplie et était adorée par sa famille, ses amis et les millions de lecteurs qu'elle a divertis pendant plus de quatre décennies ", selon un communiqué de sa famille à l'AFP, qui précise qu'elle souffrait d'un cancer du sein depuis plus de six ans.

Ne bouge pas, sale pute, ou je t’explose le cerveau !

Elle est entrée dans le monde de l'écriture de manière scandaleuse ; son premier livre publié en 1968 a été censuré en Afrique du Sud et en Australie. Les titres que les fans retiendront sont Le monde est plein d'hommes mariés , Les dessous d'Hollywood ou Ne dis jamais jamais". Hollywood était en particulier son principal terrain d'inspiration. Elle l'expliquait à Paris Match en 2014.

Mais le paysage actuel est hilarant. Les stylistes, les maquilleurs et les coiffeurs créent des stars éphémères qui, une fois rentrées à la maison, redeviennent des filles lambda, sans réelle classe, ni charme véritable. Si aujourd’hui j’inventais James Franco, on ne me croirait pas. Le type poste des photos de sa bite sur Instagram toute la journée… C’est une sacrée matière.

Pour la rédaction de ses mémoires, elle avait prévu ceci :

Ça démarre ainsi : “Ne bouge pas, sale pute, ou je t’explose le cerveau !” C’est une petite histoire qui m’est arrivée un soir en rentrant chez moi…

Jackie Collins se considérait comme féministe, campant des personnages féminins combatifs et elle était elle-même très sensible à la condition des femmes de part le monde. Elle était la sa soeur cadette de l'actrice Joan Collins, âgée de 82 ans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.