Le dessinateur argentin Guillermo Mordillo est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 86 ans, à Majorque, île espagnole des Baléares où il habitait depuis plusieurs années.

Les dessins humoristiques de l'argentin Guillermo Mordillo ont fait le tour du monde
Les dessins humoristiques de l'argentin Guillermo Mordillo ont fait le tour du monde © AFP / CHRISTOF STACHE

"Nous sommes très tristes de confirmer que Guillermo Mordillo est décédé dans la nuit du 29 au 30 juin", a déclaré à l'AFP une porte-parole de la société Rubinstein, détentrice des droits sur son oeuvre. Depuis l’annonce de son décès, les fans du dessinateur sont beaucoup à lui rendre hommage. Inconnus ou professionnels des bulles, tous retiennent la poésie qui émanait de l'oeuvre de Mordillo

"Nous avons reçu un grand nombre de condoléances à travers les réseaux sociaux qui reflètent sa popularité à travers le monde et le respect qu’il inspirait à toutes les générations", ont déclaré dans un mail à l’AFP, Peter et Geraldine Radzimn de Art Petrus, une société monégasque qui diffusait les tirages de collection de ses œuvres. Ses dessins étaient imprégnés d'humour noir qu’il définissait lui-même comme “la tendresse de la peur”. Il représentait de grands espaces dans un style très arrondi et avec beaucoup de couleurs. Ses illustrations ont eu un "succès astronomique en Angleterre et en Allemagne" d'après l'éditeur français Glénat. 

Mordillo était connu pour ses personnages arrondis et colorés
Mordillo était connu pour ses personnages arrondis et colorés © Maxppp / HERBERT PFARRHOFER

Un style inspiré par Disney et la France

Mordillo est né à Buenos Aires de parents espagnols en 1932, la même année que son compatriote Quino et que l'illustrateur français Sempé, auxquels il a souvent été comparé. Dessinateur depuis ses 16 ans, l'argentin a d’abord commencé sa carrière dans la publicité avant de se tourner vers l’illustration. Sa vocation lui est venue en découvrant au cinéma "Blanche-Neige et les sept nains" de Walt Disney. Il était resté marqué par le grand nez des nains qu'il donna ensuite à ses minuscules personnages. C’est a vingt ans qu’il a crée Calas, un studio spécialisé dans la production de dessins animés. 

En 1963, Mordillo s’installe à Paris et va publier ses dessins dans Marie-Claire, Pif Gadget ou encore Paris-Match. Comme il l’a expliqué au journal suisse Le Temps c’est à ce moment-là qu’il a trouvé son style. “En été 1966, je me suis retrouvé à Paris, seul, chômeur et ignorant le français. Alors, j'ai créé des dessins de presse humoristiques simplement pour manger. Des dessins sans paroles, puisque j'étais incapable d'écrire une «bulle» en français! Il se trouve que ça dure depuis quarante ans.

Depuis plusieurs années, Mordillo partageait sa vie entre Majorque et Monaco. D'après Art Petrus, une cérémonie devrait avoir lieu jeudi à Majorque pour rendre hommage au dessinateur. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.