Il était l'un des plus grand photographes contemporains. Gérard Rondeau était connu pour ses portraits d'écrivains, ses photos du Chemin des Dames ou du siège de Sarajevo.

Gérard Rondeau
Gérard Rondeau © Gérard Rondeau

Né en 1953 à Châlons-sur-Marne, Gérard Rondeau avait exposé aux Galeries nationales du Grand Palais à Paris, à la National Gallery de Jakarta, à la Maison européenne de la photographie à Paris, au Festival de la Luz à Buenos-Aires, au Musée de l’Élysée à Lausanne, au Martin-Gropius-Bau à Berlin, mais aussi à Istanbul, New York, Sarajevo et Rome. Il photographiait en noir et blanc des scènes réelles qu'il savait rendre extrêmement poétiques. Il avait été élu meilleur artiste plasticien de l’année lors de la cérémonie des Globes de Cristal en 2007.

Les éditions des Équateurs rappellent qu'il avait fait sienne l’une des phrases de l’écrivain du Grand Jeu, Roger Gilbert-Lecomte, dont il se sentait si proche :

Regarder à se crever les yeux, à éclater le crâne, avec les yeux de derrière les yeux, de derrière la tête, comme un aveugle avec un grand cri lumineux.

Baroudeur et observateur attentif du monde, il a accompagné les missions de Médecins du Monde, vécu et chroniqué la vie à Sarajevo durant la guerre et le siège de la ville, dressé un portrait du Maroc contemporain dans un brillant dialogue avec l’œuvre de Delacroix.

Il était l’ami intime des écrivains, des peintres, des musiciens, dont il a fait des portraits sans relâche. Certains d'entre eux étaient publiés régulièrement dans Le Monde pendant vingt ans. Avec ces "témoins" il a photographié l'intime, les objets, le silence de moments suspendus. Il a suivi le peintre Paul Rebeyrolle par exemple, et le romancier Yves Gibeau dans le cadre d'un patient travail d'observation sur les chemins de la Première Guerre Mondiale dans l'Est de la France. Il s'est attaché aussi à la Marne, en tant que rivière, la photographiant comme un portrait humain.

J'avais posé le monde sur la table

En 2015, il avait publié l'ouvrage J'avais posé le monde sur la table (aux éditions Équateurs) dont les photos avaient été exposées à Reims.

RÉÉCOUTEZ || Gérard Rondeau, dans L'Humeur vagabonde, le jeudi 26 novembre 2015

ALLER PLUS LOIN || Le site de Gérard Rondeau et ses dernières actualités

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.