Juste et simple, sans être simpliste. Koré-Eda croque une nouvelle fois la famille. Celle-ci est recomposée, vit en marge des conventions et a ému le jury du dernier festival de Cannes.

Une affaire de famille
Une affaire de famille © Fuji TV Networkgaga Corporation

C’est l’histoire d’une famille, l’histoire d’un homme qui tente d’assumer son rôle de père et, plus encore, le récit initiatique d’un jeune garçon.

Voilà comment Koré-Eda résume Une affaire de famille. "Depuis le tremblement de terre de 2011, poursuit-il, je m’interroge sur ceux qui répètent sans cesse que les liens familiaux sont importants. Et j’ai donc eu envie d’explorer la nature de ces rapports en m’intéressant à une famille liée par des délits."

Koré-Eda Hirokazu est un habitué des festivals. Depuis 1998 et After Life, nombre de ses films ont été récompensés, notamment à Cannes.

"Il a une manière de regarder cette famille, de croquer le Japon d'aujourd'hui et en même temps d'être dans l'universalité des iniquités sociales et économiques... " disait Xavier Leherpeur en mai dernier dans Le Masque et La Plume consacré au palmarès du festival 2018

Cette palme-là pourrait peut être enfin convaincre le large public de découvrir ce réalisateur et son cinéma.

Une affaire de famille
Une affaire de famille / Fuji TV Networkgaga Corporation

Aller + loin

(RÉ)ECOUTER | Boomerang : Kore-eda en fait son affaire

(RÉ)ECOUTER | Cannes & Co : Histoires de familles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.