Samedi matin se déroulait le Grand Prix de Chine, grand prix de formule 1 couru sur le circuit de Shanghaï, très difficile et très technique. L’occasion pour Xavier Mauduit d’évoquer une autre course automobile, réputée elle aussi "très difficile et très technique" et qui nous conduit elle aussi jusqu’en Chine… L’expédition Citroën-Centre-Asie - autrement appelée "la Croisière jaune "… C'estune aventure qui frôle la démesure et que nous raconte Xavier Mauduit dans l'Oeil du Tigre.

Planification de l'expédition de voitures à moteur à travers l'Asie à Washington
Planification de l'expédition de voitures à moteur à travers l'Asie à Washington © Domaine public

En 1931, le grand événement que tout le monde attend est l’exposition coloniale qui se tient à Paris, près de la Porte Dorée. Mais une autre actualité titille la curiosité des amateurs de pays lointains - et d'automobiles : l’expédition que prépare André Citroën avec Georges-Marie Haardt vers l’Asie.

Deux caravanes doivent traverser la Chine. La première, qu'on appelle le groupe "Pamir", part du Liban. Elle compte traverser la Syrie, l'Iran, l'Afghanistan, l'Himalaya pour arriver en Chine en suivant la Route de la Soie .

Le second groupe, appelé "Chine", débarque sur la côté chinoise à Tianjin et doit avancer pour rejoindre les copains partis de l'Ouest.

Les véhicules sont des autochenilles à la pointe du progrès de l'époque, customisés avec un alliage novateur : le durallium. Ils portent des noms à faire rêver : "le Scarabée d’Or", "le Croissant d’Argent", "l’Oeil objecitf", "Les Ondes", "Le Foyer" ou encore "Caducée" et "Engrenage".

Salon rétromobile 2004 : l'une des autochenilles Citroën de l'expédition de la Croisière jaune de 1931
Salon rétromobile 2004 : l'une des autochenilles Citroën de l'expédition de la Croisière jaune de 1931 © MaxPPP

L’expédition, préparée pendant de long mois, est sportive évidemment, mais elle se veut aussi scientifique et technique . Elle est soutenue par le ministère des Affaires Étrangères, celui de l’Instruction Publique, de la Marine, la Société Civile de Géographie, le Muséum d'Histoire Naturelle ou encore l'Institut d'Ethnologie…

Les caravanes rencontrent de sacrés embûches . C'est aussi ça, la Croisière jaune : des séries de galères, un itinéraire sans cesse modifé pour échapper aux troubles politiques, les contrées traversées sont souvent très agitées, mais peu importe : il faut parcourir le monde afin de le découvrir et le comprendre.

Ce que ces aventuriers veulent, c’est : “Partir à la rencontre de l’autre et permettre aux hommes de dialoguer

Les deux groupes se rejoignent dans la province du Xinjiang, à l’ouest de la Chine, en octobre 1931. Puis ils repartent ensemble vers Pékin où ils arrivent en février 1932. La croisière jaune aura duré 13 mois, 12 000 kilomètres sur tous les terrains possibles, plaines et montagnes, neige, sable, roche…

De retour en Europe,la mission Citroën-Centre-Asie reçoit le Prix Henry Deutsch de la Meurthe de l'Académie des sports en 1932 (fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité).

Ci-dessous le documentaire d'André Sauvage, missionné par le groupe Pathé-Nathan sur la Croisière jaune (1934), qui permet d'avoir quelques images d'époque :

►►► En savoir plus | le site des croisières Citroën

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.