Eh oui, rien que ça ! Ali Rebeihi a posé la question : "Comment rater (ou pas) sa vie amoureuse ?"… Les psychanalystes Bruno Humbeeck et Saverio Tomasella ont répondu. Nous avons listé pour vous leurs conseils, découvrez-les ici (ou réécoutez-les )

Parce qu'on a tous envie de vivre ça :

Et autant que possible, éviter ça :

Saverio Tomasella, psychanaliste, affirme que “la question de l’amour n’est pas “est-ce que tu m’aimes ?” mais “est-ce que tu me préfères ” ?”

Démonstration : si je vous donne deux chocolats et que je vous propose d’en choisir un, vous allez le trouver particulièrement bon parce que votre choix est réduit à deux chocolats. Si j’en mets 36, vous aurez une réduction de la tendance à trouver ce chocolat bon : vous vous demanderez pourquoi vous n’avez pas plutôt pris chocolat / pistache ? chocolat / fraise ? chocolat / citron ?

GPS dating
GPS dating © corbis

C’est ce que constate le psychopédagogue belge Bruno Humbeeck. Suivant le même principe, les hommes et le femmes qui ont entre 20 et 50 ans se demandent si celui ou celle qui leur plairait plus ne serait pas encore sur ce site internet ? Comment faire le bon choix face à une liberté effroyable ? Ce qui peut amener à des dilemnes problématiques, tel l’âne de Buridan qui hésite entre deux seaux, l'un rempli d’eau et l'autre de foin, au point qu’il finit par mourir de soif et de faim…

Comment faire pour rencontrer la "bonne personne"

> Ne pas essayer de faire des choix rationnels : la check-liste pour essayer de savoir quel est le partenaire qu’on doit choisir ne fonctionne généralement pas.

S’efforcer d’être lucide par rapport à nos choix - puisqu’on sait que ceux-ci sont déterminés par des inconscients psychologiques, sociaux, biologiques, imaginaires… Il faut, à en croire Bruno Humbeeck, apprendre qui on est face à cette énigme qu’est l’amour. S’écouter et être attentif aux petits agacements suscités par l’autre - puisque toujours selon lui, “l’agacement signale par le corps que l’autre n’est pas attirant”.

> Se détacher de ses idéaux : Saverio Tomasella signale que “les standards physiques ont énormément augmenté. Plus personne aujourd’hui n’est en mesure de se mettre au niveau des images retravaillés sur ordinateur et proposées dans les magazines, à la télévision et au cinéma.” Puisque c'est impossible, arrêtons de nous mettre la pression et oublions ça. Oubliez aussi, si vous en avez, vos idées toutes faites sur la relation amoureuse. Saverio Tomasella note que la grande liberté dans le choix amoureux créée une tension chez l’individu, qui se sent obligé de faire le bon choix et de l’assumer. Le conseil du psy : vivez la vie telle qu'elle se présente .

Zooey Deschanel dans "New girl" : "Mais si cette idée de l'amour que j'ai dans la tête est complètement fausse ?"
Zooey Deschanel dans "New girl" : "Mais si cette idée de l'amour que j'ai dans la tête est complètement fausse ?" © <a target="_blank" href="https://www.tumblr.com/tagged/idea-of-love"> DR </a>

Prendre conscience qu’on vous a trompé : l’amour ne peut pas être confortable et la sécurité n’existe pas . C’est un mythe, un fantasme. Le philosophe Alain Badiou explique : "Il y a cette indication qu’on trouve maintenant toujours : "pour votre confort et votre sécurité". On la met à toutes les sauces. On creuse un trou dans la rue, on met "pour votre confort et votre sécurité" etc. ... Il y a une recherche de l’amour qui soit à la fois confortable et sécuritaire - c'est-à-dire sans risques et avec des garanties quant à la satisfaction qu’il procure. C’est une définition contemporaine de l’amour avec assurance tout risque .

> Prendre du recul avec la question de l’engagement : “Vivre seul pendant quelques années, ce n’est pas grave” rappelle Saverio Tomasella. “On nous parle beaucoup trop de l’attachement. Au début d’une relation, on a pas besoin de penser à l’engagement. Cela ne vient que si on a vraiment le désir de s’engager avec quelqu’un avec qui on se sent bien mais ce n’est pas une obligation.”

Au final,le charme est plus important que le sex-appeal . Le charme parle à l’inconscient de l’autre, c’est lui qui fait qu’on va imaginer qu’une histoire est possible - parce que l’Amour existe pas en tant que tel. Il n’y a pas d’Amour mais des histoires d’amour - une manière de mettre en jeu qui on est à l’intérieur d’une histoire partagée avec quelqu’un d’autre . Ne pas oublier que la passion et l’attachement sont deux choses distinctes . Bruno Humbeeck les définit ainsi : “La passion est un merveilleux moment pathologique où on idéalise l’être aimé et où on se focalise sur lui. Le désir est permanent, on souffre de son absence. Mais, et heureusement, cet amour-là ne dure jamais plus de trois ans. Sinon, physiquement on serait épuisé, socialement on serait complètement improductif et psychologiquement on s’éteindrait. L’attachement, lui, peut être sécurisant, et même doit souvent l’être parce que c’est une histoire à long terme”.

Et comment faire en sorte que la relation dure ?

> Écouter : " l’autre a le droit de dire des émotions et celles ci ne doivent pas être contestées" rappelle Bruno Humbeeck.

> Avoir le souci de l’autre

> Gérer les conflits : des conflits fréquents et / ou intenses abîment les couples> Nourrir le couple : une relation non entretenue tend à s’étioler, de la même façon qu’une maison non entretenue devient très vite inhabitable. L’amour nous demande de faire preuve de créativité !

Quelques livres de référence pour devenir expert sur la question du choix amoureux...

►►► ALLER PLUS LOIN | les impasses de la vie amoureuse

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.