Milosevic, Ceaucescu, Pinochet, Ben Ali... Aux côtés des grands dictateurs, leurs épouses ont, elles aussi, joué un rôle. Certaines ont participé directement à la terreur, en occupant des fonctions officielles au sein du régim e, d'autres ont par leur position de premières dames, joué un rôle plus diffus, mais tout aussi lourd de conséquences.

Le réalisateur Joel Soler s'est penché sur la face cachée des dictatures dans une série de cinq documentaires intitulée Despot Housewives. Soutiens, complices, ou naïves. Un catalogue glaçant.

Grande dépensières, reines consorts ou caution charme...

Parmi elles, Leila Ben Ali , surnommée "la Régente", dont la famille, le clan Trabelsi, décrit comme une "petite mafia" avait pris la main sur la quasi totalité des investissements en Tunisie, ou encore Imelda Marcos , l'épouse du dictateur Fernando Marcos, qui aux côtés de son époux Fernando Marcos, a pillé les Philippines pendant plus de vingt ans.

Imelda Marcos :

"Tout ce qui est magnifique, j'adore. Tout ce qui est délicieux, j'adore! Je suis la personne la plus cupide au monde c'est un desir naturel! J'aime l'argent, c'est une faiblesse bien naturelle!"

Dans les dictatures de l'ex-bloc soviétique, les épouses n'ont pas été à la traîne de leurs maris. Elena Ceaucescu , [arrêtée et exécutée](iframe width='560' height='315' frameborder='0' marginheight ='0' marginwidth='0' scrolling ='no' src=) en 1989 aux côtés de son époux Nicolae avait occupé le poste de vice-premier ministre de Roumanie. Elle était considérée comme l'éminence grise du pouvoir.

Nexhmije , l'épouse de l'albanais Enver Hoxha a soutenu son époux pendant plus de trente cinq ans de dictature, dirigeant la propagande et devenant députée. "Elle riait de son surnom "l'araignée noire", raconte Joel Soler. "Elle m'a dit quelque chose qui résume l'état d'esprit de beaucoup de ces femmes : "la raison d'état fait faire des choses que la raison elle meme n'explique pas. Elle réalise qu'ils sont allés très loin, mais elle ne ressent aucune culpabilité".

Pas plus de culpabilité chez l'épouse du General Pinochet qui considérait son époux comme un héros.

Joel Soler :

"Pinochet a été mis en place par la CIA, les Reagan et la Maison-Blanche déroulaient le tapis rouge aux Pinochet, Margaret Thatcher a dit jusqu'à sa mort que c'est lui qui a amené la démocratie au Chili. Comment voulez-vous qu'elle voit son mari comme un dictateur?"

Pas de regrets

D'autres, comme Jewel, l'épouse du sanguinaire dictateur du Libéria CharlesTaylor, ont servi de caution à leur mari. "Elle inaugurait des centres caritatifs pour les enfants-soldats alors que le rêgne de son mari était précisément marqué par la plus grande violence, le traffic des "diamants du sang", qui alimentait une guerre auquel lui même faisait participer des enfants de huit ans"

Toutes ces femmes rencontrées par Joel Soler citent comme référence Mère Teresa, dont elles disent avoir voulu imiter l'action. Autre point commun, le sentiment d'être en paix avec leur conscience. Aucun remord d'avoir participé activement ou soutenu des dictatures, malgré leur responsabilité pénale ou morale.

Despot Housewives, tous les dimanches à 20h30 à partir du 20 septembre, sur Planète.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.