Plusieurs expositions, un dialogue dessiné, des colloques, des animations, des rencontres… Le Festival Central vapeur et les Rencontres de l’illustration rendent hommage au dessinateur d’origine alsacienne. L’occasion de faire plus ample connaissance avec l’œuvre d’un grand artiste.

Affiche de l’édition 2019 des Rencontres de l’Illustration de Strasbourg par Blutch
Affiche de l’édition 2019 des Rencontres de l’Illustration de Strasbourg par Blutch © Blutch Photo : Blutch

« Je suis né à l’image à Strasbourg ». C’est par les BD souvent populaires achetées au bureau de tabac, mais aussi par la télévision que Blutch (Le petit Christian, Blotch, Peplum, L’une l’envers, Vue sur le lac, Variations…) a rencontré les arts visuels :

Comme nous vivions dans une ville frontalière, nous captions les chaînes allemandes. Comme elles étaient très américanisées, elles diffusaient des tas de films hollywoodiens. Je m’en suis gavé de manière forcenée, comme plus tard dans les cinémas de Strasbourg. 

Un cinéma avec lequel il a tissé un compagnonnage dès les débuts de sa vie d’artiste (Péplum, Mitchum, Piccoli…) - la figure du cow-boy est un personnage récurrent de ses dessins… Cette passion cinéphile mêlée de répulsion a été synthétisée dans l’un de ses albums, Pour en finir avec le cinéma.

Dans le Musée Tomi Ungerer, le travail d’illustrateur de Blutch 

L'affiche de Blutch refusée pour le film de Léo Carax présentée dans le Musée Tomi Ungerer
L'affiche de Blutch refusée pour le film de Léo Carax présentée dans le Musée Tomi Ungerer © Radio France / AD/France Inter

La passionnante exposition « Blutch, un autre paysage dessins 1994 - 2018» du Musée Tomi Ungerer de Strasbourg, présente les œuvres hors BD du dessinateur. Un lieu judicieux pour présenter le travail celui qui place l'auteur jeunesse d'origine alsacienne décédé récemment dans son panthéon. 

Dans ce musée aussi, le cinéma n’est jamais loin. Avec les affiches refusées pour le film Holy Motors de Leo Carax et celles, pourtant audacieuses, acceptées pour les trois derniers films d’Alain Resnais : Les herbes folles, Aimer boire et chanter, et Vous n’avez encore rien vu. « Le maître me soutenait à fond », se souvient Blutch, qui regrette que « le dessin ait perdu du terrain » dans les affiches du 7e art. 

On (re)découvre aussi que Blutch a été dessinateur de presse, qu’il a travaillé pour le Figaro littéraire, et qu’il sait croquer assez finement l’actualité, mais aussi le jazz, les paysages suisses et les femmes, comme le montrent ses carnets. Son humour très distancié, spirituel, peut être féroce, quand il s’agit de l’après-Charlie par exemple. 

Au MAMCS (Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg) l’inscription de Blutch dans une filiation artistique

Tableau de Marc-Antoine Raimondi "Sur le chemin du Sabbat" peint vers 1520 présenté dans l'exposition Art mineur de fonds au MAMCS
Tableau de Marc-Antoine Raimondi "Sur le chemin du Sabbat" peint vers 1520 présenté dans l'exposition Art mineur de fonds au MAMCS / Musées de la Ville de Strasbourg / Mathieu Bertola

Lorsqu’on on regarde les œuvres qu’il a choisies parmi les collections du Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg pour les faire dialoguer avec ses planches (tirées de Lune l’envers, La beauté, Vitesse moderne, Péplum), les influences américaines semblent loin.

Au départ, Blutch voulait des œuvres abstraites. Comme elles manquaient, c’est vers l’Europe du Nord qu’il a jeté son dévolu : des créations en noir et blanc et sur des thèmes souvent sombres des peintres allemands comme Dürer, Marx Ernst ou Max Klinger (L’Île aux morts). Il a brassé les époques comme les courants. Pour lui, pas de hiérarchie. Et les points communs entre ses dessins et les gravures anciennes sautent aux yeux.

Son choix est souvent teinté de mélancolie, lié à sa conscience très forte de « l’inéluctable » contre lequel se dressent les artistes. A ses nus charbonneux de femme, vus comme des ensembles de formes, Blutch a mêlé ceux, plus gourmand, de d’Alsacien Tomi Ungerer. 

Dessin extrait de La Beauté de Blutch paru chez Futuropolis en 2008
Dessin extrait de La Beauté de Blutch paru chez Futuropolis en 2008 / Futuropolis/Dargaud

Quand il parle de son trait, toujours très pensé, Blutch parle pourtant « d’envie d’échapper à lui-même, à une routine ». Il dit que, pour cela, « il galope dans tous les sens. » Si on l’interroge sur le sens de son œuvre, Blutch, assure qu’il n’y en a pas : « c’est seulement la même personne qui la produit. »

A la médiathèque André Malraux, l’enfance de l’art de Blutch et le "Tif et Tondu" à venir 

Dans la médiathèque André Malraux à Strasbourg, l'exposition Hors-la-loi met en avant  le travail de Blutch de jeunesse, et la BD Tif et Tondu à venir
Dans la médiathèque André Malraux à Strasbourg, l'exposition Hors-la-loi met en avant le travail de Blutch de jeunesse, et la BD Tif et Tondu à venir © Radio France / AD/France Inter

A la médiathèque André-Malraux, dans l’exposition Hors-la-loi, on peut découvrir quelques croquis de jeunesse, dans lesquels percent déjà la rigueur et le talent.  Et quelques planches du futur Tif et Tondu à paraître en 2019. Un album qu’il dessine avec son frère Robber depuis 2015. 

J’ai trouvé passionnant de m’emparer de ces personnages un peu lisses, de les tordre en accentuant leurs défauts et leurs qualités ; de les chahuter gentiment, et leur faire faire et dire des conneries. Bref, de leur insuffler la vie ! 

S’il ne dessinait plus, Blutch aimerait tourner dans des films (il l'a déjà fait dans Mammuth, Bécassine…) : c’est, pour lui, comme partir en colonie de vacances, une expérience tellement différente de son quotidien. Il assure toutefois qu’il ne pourrait pas faire que ça, car quand il ne dessine pas, il ne sent pas très bien. Heureusement pour nous ! 

Tif et Tondu de Blutch et Robber à paraitre chez Dupuis
Tif et Tondu de Blutch et Robber à paraitre chez Dupuis © Radio France / AD/FI

Regarder sa leçon de dessin sur Variations 

📖  Plus d’informations sur Blutch à Strasbourg jusqu'au 30 juin.

📖  Le magnifique catalogue : Blutch, un autre paysage est paru chez Dargaud. Et celui sur le dialogue de dessins au Shadok avec Anne-Margot Ramstein est édité par les éditions 2024

📖  Lire les commentaires de planches par Blutch d'une planche de Tardi, du Grand Duc, et de La grande traversée

Détail de la couverture d'Un autre paysage de Blucth
Détail de la couverture d'Un autre paysage de Blucth / Blutch/Dargaud
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.