Tous les ans, le grand rassemblement des professionnels du jeu vidéo propose de découvrir ce à quoi nous jouerons sans doute dans les mois à venir. Cette année, faute d'annonce fracassante ou de blockbuster surprise, il fallait fouiller un peu pour trouver des jeux vidéo bizarres, séduisants ou innovants.

"Telling Lies", un jeu vidéo où vous enquêtez à partir de vidéos privées volées
"Telling Lies", un jeu vidéo où vous enquêtez à partir de vidéos privées volées © Annapurna Interactive

Les spécialistes vous le diront : cette édition 2019 du salon mondial du jeu vidéo à Los Angeles était assez décevante. Les plus gros éditeurs se sont globalement contentés de bilans d'étape sur des jeux déjà connus ou annoncés depuis si longtemps qu'on les attend désormais un peu paresseusement (coucou, Final Fantasy VII Remake), les constructeurs n'avaient pas de console révolutionnaire à présenter triomphalement.

Toutefois, en fouillant un peu, nous avons trouvé quelques possibles pépites cachées qui méritent de garder un œil sur elles... On vous les présente ici (et pas uniquement pour justifier les heures passées au bureau à regarder l'ensemble des bandes-annonces présentées durant cette semaine d'E3). Florilège totalement subjectif des idées qui nous ont fait lever un sourcil.

Des oiseaux qui font du skate

"SkateBIRD" est sans doute l'un des concepts les plus bizarres qu'on ait vu passer parmi les jeux présentés à l'E3. Difficile d'être plus clair que le titre du jeu lui-même : un simulateur de skateboard, mais où vous êtes un oiseau. Sur une planche à roulettes, donc. On est d'autant plus curieux que le sous-titre ("un jeu sur le fait de faire de son mieux") nous promet, qui sait, quelque chose de plus profond que son idée loufoque.

Une boucle temporelle mortelle

Deux personnages principaux, des armes, un univers dystopique, un seul à l'arrivée. Rien de très original jusqu'ici, sauf que dans "Deathloop", les deux héros sont condamnés à revivre sans arrêt leur affrontement : quand l'un des deux meurt, tout recommence. On fait confiance au studio lyonnais Arkane ("Dishonored", "Prey") pour nous surprendre avec ce nouveau jeu.

Une mythologie grecque chatoyante

Seule réelle nouveauté de la conférence Ubisoft, "Gods & Monsters" avait le mérite d'être rafraîchissant au milieu de tous ces univers guerriers bien trop sérieux. Dans un univers coloré très inspiré (hum, hum) par le dernier Zelda, "Breath of the Wild", le héros va devoir se frotter à diverses créatures de la mythologie grecque. Une sorte de Kratos en bien plus mignon.

Une enquête en VHS

On avait déjà beaucoup aimé son "Her Story", une enquête policière où le joueur devait trouver la vérité au milieu de plusieurs heures de vidéo de garde à vue de la suspecte d'un meurtre. Sam Barlow revient avec un concept similaire, mais plus ambitieux : "Telling Lies", où vous devrez vous plonger dans la vie privée de plusieurs personnages pour résoudre un mystère dont on ne sait, pour l'instant, pas grand-chose.

Une belle migraine en perspective

Résumer à l'écrit le concept de "Superliminal" est un casse-tête en soi. Tout ce qu'on peut vous dire, c'est que le jeu semble nous plonger dans un univers qui maltraite allègrement notre sens des perspectives. Et qu'il semble aussi vouloir jouer avec notre santé mentale. Évidemment, ça fait tout de suite envie.

Un retour vers le futur, le présent et le passé

Le postulat de départ de "Cris Tales" semble aussi original qu'intéressant : un jeu de rôles où vous jouez simultanément dans le passé, le présent et le futur. Une idée dont on a hâte de voir comment elle se concrétisera manette en main, servie par un design graphique accrocheur entre dessin animé et personnages de papier.

Un loup en quête d'humanité

On l'avoue bien volontiers, on n'avait pas entendu parler de "Lost Ember" avant sa présentation à l'E3 2019. Dans la fourrure d'un loup noir, vous allez partir en quête de l'humanité, disparue depuis bien longtemps. Cerise sur le gâteau : vous pourrez aussi incarner toutes sortes d'animaux dans votre aventure. La bande-annonce, douce et poétique, nous a tapé dans l’œil.

Une chose venue de l'espace

Vous êtes fan de "The Thing" de John Carpenter ? Bienvenue dans "Carrion", un jeu où une créature cradingue et sanguinolente traque de pauvres humains (presque) sans défense. L'originalité, c'est qu'ici, vous ne jouez pas une femme ou un homme, mais bien l'extraterrestre meurtrier. Une "expérience horrifique inversée" qui s'annonce effrayante.

Des meurtres chronologiques

Dans "Lucifer Within Us", vous allez devoir mener l'enquête en reconstituant soigneusement les moments qui ont précédé et suivi un meurtre. Soigneusement au point de créer une frise chronologique minute par minute afin d'y inscrire les différents témoignages, de les recouper et surtout d'identifier celui qui ne colle pas avec les autres. Tout ça dans la peau d'une "médium numérique" qui cherche à purger les suspects de leurs démons... Classique sur le papier, mais original dans sa forme.

Le retour de notre anti-héros préféré

Des suites, on en a vu passer beaucoup (trop) lors de cet E3 2019 (et on est désolé si l'on n'a pas parlé de votre préférée ici). Mais l'une d'elles, passée presque inaperçue au milieu des annonces de Nintendo, marque pourtant le retour d'une série délicieusement barrée et irrévérencieuse dans laquelle on a hâte de se replonger. "No More Heroes 3" semble en tout cas, dès sa bande-annonce, jouer à fond la carte des références geek et de la destruction de quatrième mur. Alléchant.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.