Décalée de deux semaines, la sortie de la plate-forme de streaming des studios Disney a lieu ce mardi. Pour vous y retrouver dans le catalogue de films, séries et dessins animés, voici quelques idées de programmes moins connus que les classiques vers lesquelles vous allez sûrement vous précipiter.

En France, la sortie de Disney + a été reportée au 7 avril à la demande du gouvernement
En France, la sortie de Disney + a été reportée au 7 avril à la demande du gouvernement © Radio France / JB

Ce devait être le 24 mars, ce sera finalement ce mardi, le 7 avril : annoncée depuis de longs mois et disponible depuis novembre dernier aux États-Unis, la plate-forme de streaming, simplement intitulée "Disney ", débarque en France – avec un débit réduit, pour correspondre aux restrictions induites par le confinement.

Vendu sous la forme d'une application pour smartphones et tablettes, sur un site web, ou sur les box Internet (par l'intermédiaire de Canal ), l'abonnement permet aux utilisateurs d'accéder à un immense catalogue de films Disney, mais aussi Marvel, Star Wars, Pixar, National Geographic, et d'une partie des films et séries de la Twentieth Century Fox, dont "Les Simpson". 

Si les films les plus récents ne seront pas disponibles, en raison des règles françaises sur la chronologie des médias, les grands classiques de ces studios seront bien là, de "Blanche Neige" à "La Reine des Neiges" en passant par "Le Roi Lion". On vous vous déjà frémir d'impatience à l'idée de retrouver tous ces films d'enfance – et par exemple de les faire découvrir à vos enfants. Mais le catalogue regorge aussi de pépites moins connues, ou de nouveaux programmes, dont voici une petite sélection. 

"Saludos Amigos", "Les trois caballeros" et "Coquin de printemps"

Vous n'avez peut-être jamais entendu parler de ces trois films, et pourtant ils font partie de la très officielle liste des "Classiques d'animation Disney", tous sortis entre "Bambi" (1942) et "Cendrillon" (1950). S'ils ne forment pas à proprement parler une "trilogie", ils ont en commun d'être des compilations de courts-métrages plutôt qu'un long métrage, et de mêler prises de vues réelles et personnages animés – à l'époque, c'est une prouesse technique. 

Si une partie des courts-métrages sont attachants (l'histoire du pingouin qui avait trop froid en Antarctique est l'une des plus réussies, dans "Saludos Amigos"), ces films valent surtout pour leur aspect musical et pour la tranche d'histoire des studios Disney qu'ils proposent, dans un après-guerre compliqué pour l'entreprise, qui a produit des films où les populations d'Amérique du Sud étaient regardées avec une certaine condescendance. 

"Oliver & Compagnie" 

Un saut dans le temps d'une trentaine d'années plus tard, nous voici dans une autre période creuse pour les studios Disney. Après des films plutôt sombres ("Rox et Rouky", "Taram et le Chaudron Magique", "Basil Détective Privé"), Disney renoue avec le succès avec ce film inspiré du roman "Oliver Twist" mais transposé dans le New-York contemporain avec… des animaux. Même s'il a attiré plus de 2 millions de personnes en salle en France, et a donné l'impulsion au "second âge d'or" de Disney, il reste moins connu que ceux qui ont suivi, "La petite sirène" en tête. On vous le recommande notamment pour sa BO, avec Barry Manilow, Bette Midler et surtout Billy Joel en têtes d'affiche. 

"Newsies"

Ce film n'est même pas sorti en France au cinéma, il n'a été publié que bien plus tard en DVD. Pourtant, ce film, qui met en scène un tout jeune Christian Bale âgé d'à peine 18 ans, est une ambitieuse comédie musicale sur une grève des livreurs de journaux à New-York à la fin du XIXe siècle, sur des musiques du compositeur oscarisé Alan Menken. Bide commercial et critique à sa sortie, il n'est devenu culte que plus tard, au moment de son adaptation sur scène à Broadway (qui elle aussi devrait faire partie de l'offre Disney ) et surtout après que son réalisateur Kenny Ortega a connu le succès avec une autre comédie musicale, "High School Musical". 

"James et la pêche géante"

Si vous avez aimé le célèbre "Étrange noël de Monsieur Jack", réalisé par Tim Burton, il y a des chances que ce film, moins connu, vous séduise aussi. Produit (mais pas réalisé) par Burton, c'est une adaptation du roman de Roald Dahl James et la grosse pêche, utilisant la technique d'animation de "stop motion" ("animation en volume") retravaillée par ordinateur. Petite mise en garde : si le film est un petit bijou pour petits et grands, les phobiques des insectes se laisseront peut-être effrayer par les très sympathiques mais un peu impressionnants personnages du film. 

Les courts-métrages Pixar

Les films Pixar sont, pour la plupart d'entre eux, des chefs-d'œuvre d'animation. Mais il serait dommage de négliger ce qui a fait la première réputation de Pixar : les courts-métrages. Les plus anciens d'entre eux, petits morceaux d'histoire de l'animation en 3D, ne sont pas proposés sur Disney , mais les plus récents, eux, sont bien là. Et la plupart proposent des partis pris d'animation ou de narration (le plus souvent muette) que les longs-métrages ne peuvent pas se permettre, mélanges de 2D et de 3D, de textures et de lumières, de poésie et de drames. 

"Timon et Pumbaa, la série"

Certainement la meilleure série dérivée d'un long-métrage Disney à succès, cette série qui a duré trois saisons se focalise exclusivement sur la mangouste et le phacochère les plus connus du cinéma… et sur leur humour désopilant. Truffée d'anachronismes, de références, et de ruptures du "quatrième mur" avec des personnages qui s'adressent au spectateur, c'est l'une des séries Disney les plus désopilantes. 

Dans le même esprit, on vous recommande "Le Roi Lion 3" (mieux intitulé "Le Roi Lion 1 et demi" en VO), qui propose de revivre l'histoire du film original… du point de vue de Timon et Pumbaa.

"Fantasia 2000"

Si le film musical Fantasia est un chef d'œuvre réputé des studios Disney, sa suite, sortie près de 60 ans plus tard, est bien moins connue. Et pourtant, les huit numéros musicaux qui composent cette fresque sont fascinants. Chacun utilise un style graphique différent, de l'abstraction géométrique pour accompagner la "Cinquième symphonie" de Beethoven au dessin des années 30 pour le superbe "Rhapsody in blue" de Gershwin, en passant par une cartoonesque séquence de flamants roses (et de yoyos) pour accompagner "Le Carnaval des Animaux" de Camille Saint-Saens. 

"Kuzco, l'empereur mégalo"

Certainement l'un des films les plus sous-côtés de toute l'histoire des studios Disney. Culte pour certains, raté pour d'autres, "Kuzco" raconte l'histoire d'un empereur égoïste transformé en Lama, qui doit affronter les dangers de la jungle en compagnie d'un paysan qu'il vient d'exproprier. Ce qui fait le chic de ce film, c'est son humour porté par les personnages secondaires et par les nombreuses blagues "meta" du film, qui donnent l'impression que chaque personnage sait qu'il joue dans un film. 

"Le monde selon Jeff Goldblum"

Et si l'histoire des objets du quotidien vous était racontée par une icône du cinéma ? C'est le parti pris de ce programme disponible en exclusivité sur la plate-forme. Jeff Goldblum, star de La Mouche et de Jurassic Park, parcourt les États-Unis pour explorer le monde des glaces, du tatouage, des baskets, etc. Il le dit clairement dans la bande annonce de cette série documentaire survoltée : "Je n'ai pas l'intention d'être didactique, mais je crois qu'on va s'amuser". 

Les documentaires National Geographic

Avec Disney, Pixar, Marvel et Star Wars, National Geographic est le cinquième "univers" de Disney … et il serait dommage de l'oublier, tant les documentaires produits par cette chaîne sont de qualité, sur le fond comme sur la forme. Parmi eux, "Free Solo", documentaire lauréat de l'Oscar 2019 du meilleur documentaire, qui accompagne un sportif extrême dans l'escalade – sans cordage – des montages du parc national de Yosemite aux États-Unis.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.