Sorti en 2008, Grand Theft Auto IV vous glissait dans la peau d'un gangster en quête de rêve américain, quitte à violer un certain nombre de lois de la ville imaginaire de Liberty City. Son éditeur est plus prudent : il a décidé de supprimer, via une mise à jour, des dizaines de chansons dont les droits expiraient.

En 2008, Grand Theft Auto IV s'est vendu à 3,6 millions d'exemplaires le jour de sa sortie
En 2008, Grand Theft Auto IV s'est vendu à 3,6 millions d'exemplaires le jour de sa sortie © AFP / Olivier Laban-Mattei

Vous connaissez peut-être la série de jeux vidéo Grand Theft Auto : on y joue des anti-héros spécialistes en braquages et en vols de voitures... Des jeux qui se sont vendus à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires partout dans le monde, et où la musique a un rôle important. On peut en effet y entendre des dizaines de titres sur les "autoradios virtuels" des véhicules du jeu.

Le quatrième épisode, sorti en 2008, vient de vivre une mésaventure assez originale : sa bande originale a été amputée de plusieurs dizaines de chansons, une suppression effectuée à distance, jusque sur les consoles des joueurs, pour des questions de droits d'auteur.

► ÉCOUTEZ - Le reportage d'Olivier Bénis

1'16

Grand Theft Auto IV, un jeu vidéo amputé d'un cinquième de ses musiques...

Par Olivier Bénis

Au cinéma, la situation semblerait absurde. On imagine mal certaines scènes cultes accompagnées, dix ans après, d'une nouvelle musique (la danse de Pulp Fiction sur l'air des "Lacs du Connemara", le générique de Star Wars sur la "Cinquième Symphonie" de Beethoven ou une chanson d'Iggy Pop à la place de "Eye of the Tiger" dans Rocky 3). C'est pourtant ce qui vient d'arriver à GTA IV...

Est-ce encore tout à fait le même jeu ?

Dix ans après sa sortie, les droits sur une partie de sa bande originale ont donc expiré. Dans la dernière mise à jour du jeu, l'éditeur Rockstar Games a supprimé certaines chansons, en les remplaçant parfois par d'autres. Des fans se sont amusés à compter ce qui manque : une cinquantaine de titres sont portés disparus, soit un cinquième de la bande originale. Terminées, les courses-poursuites en voiture virtuelle en écoutant David Bowie,  Iron Maiden, Black Sabbath, Electric Light Orchestra ou les Smashing Pumpkins... Une des radios du jeu a même été privée de presque tous ses titres, remplacés par une dizaine de nouvelles chansons.

Sur Internet, la décision attriste beaucoup les joueurs, leurs souvenirs de jeu étant souvent liés à la musique qui les accompagnait... Comme pour le cinéma.

L'affaire peut prêter à sourire, mais elle pose une question plus vaste : si un jeu est une œuvre à part entière, peut-on l'amputer d'une partie de ce qui la constitue ? De quoi faire cogiter les spécialistes du droit d'auteur...

Des précédents (parfois pires)

Ce n'est pas la première fois que le monde du jeu vidéo se retrouve confronté à ce type de problèmes. Un autre épisode de Grand Theft Auto (Vice City) avait ainsi été temporairement retiré de la vente (en version numérique) suite à un conflit juridique autour d'une chanson de Michael Jackson présente dans le jeu.

Parfois, le blocage a des conséquences encore plus gênantes pour les joueurs : en 2014 puis en 2017, l'éditeur Activision avait définitivement retiré de la vente en ligne plusieurs de ses jeux (tirés notamment de licences à succès comme Transformers, X-Men, ou les Tortues Ninja), suite à des problèmes de droits. Certains ont sans doute disparu définitivement, n'existant jusqu'alors qu'en version dématérialisée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.