Djamel Tatah est l'un des peintres français les plus talentueux et radical du moment. A la fondation Maeght, à Saint-Paul-de-Vence, il présente une cinquantaine de toiles, avec des figures énigmatiques, hommes et femmes saisis au coeur de leur époque.

Djamel Tatah, la cinquantaine, est né en France de parents algériens, et travaille dans l'Yonne en Bourgogne. Il entretient un lien mystérieux avec cette Algérie qui inspire parfois sa peinture, mais le monde en général est sa nourriture. Il le rend en représentant des hommes et des femmes , seuls souvent, dans leur singularité. Pas de décor ou d'horizons dans ses tableaux, seul l'être humain contemporain l'intéresse.

tatah polyptique
tatah polyptique © Photo Adam Rzepka © Djamel Tatah, Adagp Paris 2013
tatah détail 2
tatah détail 2 © Photo Adam Rzepka © Djamel Tatah, Adagp Paris 2013

C'est une peinture très sobre , mais c'est un style qui ne ressemble à aucun autre. Pourtant Djamel Tatah dit puiser dans tous les styles de la peinture ancienne. Il parle des maîtres anciens avec une telle actualité, qu'on finit par lui demander de quelle époque il est. Voici sa réponse.

En visitant l'exposition de la fondation Maeght, en parcourant de salle en salle ces tableaux avec ces femmes seules et visages humains perdus dans d'immenses étendues de couleurs, on a le sentiment d'avoir saluer un peuple. Un peuple dont les visages de chaque individu se ressemble, se répondent, ils sont de la famille des solitaires, bras ballant, pieds dans le vide, corps en chute, ou en apesanteur. Ils sont si nombreux et presque tous les mêmes, et posent la question suivante: qu'est ce qu'être en ce monde?

La fondation Maeght > Cette année la Fondation Maeght fête ses 50 ans avec un programme d'expositions pour rappeler son histoire autour d'Aimé Maeght et des artistes comme Miro, Calder ou Giacometti.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.