Cette adaptation sur Switch d'un excellent titre de la Wii U respecte scrupuleusement l'esprit des épisodes précédents sur Super Nintendo, y compris leur difficulté assez traître pour un jeu au style si décontracté. Et ce, même avec l'ajout d'un nouveau personnage pour pouvoir s'y détendre un peu plus.

Le retour d'une licence vénérée par les joueurs (les plus patients)
Le retour d'une licence vénérée par les joueurs (les plus patients) © Nintendo

Après trois épisodes sur Super Nintendo de 1994 à 1996, la famille Kong a vécu une traversée du désert, entre remakes dispensables et passage mi-figue mi-banane à la 3D. Jusqu'à un retour triomphal en 2013 avec Donkey Kong Returns, réjouissante cure de jouvence orchestrée par un éditeur coutumier du fait (Retro Studios, à qui l'on devait déjà un dépoussiérage brillant de la série culte Metroid sur Game Cube). Succès immédiatement suivi d'une suite, Tropical Freeze, rééditée ce mois-ci sur Switch.

Voilà pour l'Histoire. Pour ce qui est des jeux, ce dernier épisode est l'héritier direct de ses glorieux ancêtres, optant pour une jouabilité aussi classique qu'efficace sous un vernis graphique tout neuf. DKCTF (vous permettez que je vous appelle DKCTF ?) est techniquement au niveau de son époque, mais surtout artistiquement irréprochable : des personnages poilus aux décors variés et fourmillants de détails, tout est au diapason de l'ambiance cartoon et loufoque de Donkey Kong.

Gare aux gorilles

Un aspect mignon qui contraste (c'est un euphémisme) avec la difficulté du titre. Car la série des Donkey Kong Country, c'est exactement la même chose qu'un vrai gorille : à regarder de loin, ça a l'air mignon et sympa, mais de près, il ne faut pas oublier qu'il peut être sacrément agressif.

Une partie de DKCTF, c'est donc assez rapidement une succession d'échecs. C'est bien simple, le jeu est déjà corsé dès les premiers niveaux, et s'amuse à enchaîner les petites gifles au joueur, parsemant sa route de pièges sournois, de sauts millimétrés, et d'ennemis coriaces. Heureusement, la version Switch met un peu d'eau dans son jus de banane, en proposant un cinquième personnage jouable (Funky Kong) plus résistant et capable de prouesses acrobatiques qui lui sauveront souvent la mise. Pas vraiment un mode "facile", cela dit : plutôt un mode "un peu moins difficile".

Ça pique, mais c'est bon

On recommandera fortement ce nouveau personnage à ceux qui manquent d'expérience dans les jeux de plateformes, ou tout simplement à ceux qui cherchent avant tout à se relaxer devant l'écran. On le répète : le défi est assez brutal, et peut facilement décourager.

Ce qui serait dommage, car ce que DKCTF réclame en termes de patience, il le rend au centuple en termes de plaisir de jeu. Derrière son agressivité, le jeu fait aussi preuve d'une sacrée générosité. Beau, plein à craquer de défis gratifiants et de niveaux particulièrement bien conçus, il est le fruit parfaitement mûr d'années voire de décennies d'expérience dans le jeu de plateformes. Un genre dans lequel, incontestablement, Kong est toujours un des kings.

DONKEY KONG COUNTRY: TROPICAL FREEZE - Disponible sur Wii U (version originale) et Switch (version remake)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.