Son dernier roman a été l'un temps fort de la rentrée. A l'occasion de sa venue dans Boomerang, Nina Bouraoui nous offre un texte inédit. Un texte sur l'écriture et les interrogations qui l'accompagnent.

Nina Bouraoui
Nina Bouraoui © Getty
1 min

Nina Bouraoui - Les raisons d'écrire

Par France Inter

Je rêve d'un appareil photographique qui restituerait les mouvements de la vie en train de se vivre, de se consumer.
Que rien ne se perde.
Que rien ne s'évanouisse.
Que chaque seconde, que chaque atome soit figé sur une image.
Ce serait un appareil à donner l'éternité.

Je sais qu'il n'existe pas, mais j'aime penser que l'écriture le remplace.
Qu'elle rapporte au plus près, au plus vrai, les voix et les gestes, les lumières et les silences.
Que le livre soit un livre de chair et de souffle, de sueur et de sang.
Que l'écriture soit une écriture vaudou qui annoncerait un événement.

J'ai longtemps cru que j'avais choisi une vie isolée, hors du monde, pour me protéger d'un mal imaginaire qui me rongeait.
J'ai longtemps pensé que j'étais fragile, que j'avais tort, que la vie dans l'ombre n'était pas la vraie vie.

Quand je dis l'ombre, j'évoque la chambre où j'écris.
J'évoque le temps de la création.
J'évoque la solitude.

Mais je me suis trompée.
J'écris parce que j'ai de la force.
J'écris parce que l'écrivain se tient au centre de tout.
J'écris car aucune paroi ne me sépare du réel.
J'avance sans arc ni flèches, sans couteau ni épée.

Je sais le bruissement ou le cri.
Je sais la colère ou l'amour.
Je sais la peur ou la confiance.

Ecrire, ce n'est pas juste faire de la poésie.
Ce n'est pas juste réinventer la beauté quand elle disparaît.
Ecrire ce n'est pas juste bâtir une partition.
Non. 

Ecrire c'est donner une voix aux hommes et aux femmes qui constituent une foule.
C'est rapporter la souffrance et c'est dire les espérances.
C'est trouver la rivière et l'or de la rivière.

Ecrire, c'est épouser le cœur des autres.

(RÉ)ÉCOUTER | Boomerang avec Nina Bouraoui

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.