Un séjour dans le château de Dracula, aujourd'hui ou jamais ! Sinon, révisez son arbre généalogique.

Le château de Bran en Roumanie
Le château de Bran en Roumanie © AFP / DANIEL MIHAILESCU

Dans l'antre de Dracula

Niché dans une vallée brumeuse des Carpates, au cœur de la Roumanie, le château de Bran fascine plus que jamais avec ses tours pointues, ses chandeliers et ses craquements lugubres. Il a déjà compté plus de 500.000 visiteurs depuis le début de l'année.

Mais nul mortel étranger aux lieux n'avait jusqu'à présent été invité à y passer la nuit, du moins depuis que la bâtisse, saisie par le régime communiste en 1948, a été rendue à ses propriétaires en 2006.

L'honneur va échoir à un couple, heureux lauréat d'un concours international lancé par la plateforme de location de logements Airbnb, lequel a attiré pas moins de 80.000 participants du monde entier, selon cette société.

Les élus doivent arriver au château en calèche, en début de soirée lundi, et y être accueillis par Dacre Stoker, "expert en vampires" et arrière-petit-neveu du romancier irlandais Bram Stoker, qui donna vie au personnage de Dracula en 1897.

Paradoxe: bien que lugubre à souhait, le château de Bran n'a, jusqu'à preuve du contraire, jamais hébergé Vlad Tepes dit "l'Empaleur", le sanguinaire prince roumain du XVe siècle qui a inspiré l'histoire de Dracula.

Dans le Kent, avec les fantômes

L'église de Pluckley
L'église de Pluckley © Stephen Nunney -Creative Commons

Au Royaume-Uni, un village, en particulier, attire les visiteurs. Pluckley, dans le Kent, détient le record du nombre de fantômes hébergés sur son territoire.

►►►Le reportage de Thomas Giniaux

Les légendes datent de plusieurs siècles.Mais elles continuent d’attirer les curieux et les amateurs de sensations forte.

Au pub The Black Horse on peut se procurer le guide des fantômes de la région : Lady Derring, la châtelaine errante, le maître d’école pendu, le soldat du XVIIIe siècle. 14 apparitions au total, sans compter les phénomènes paranormaux.

La serveuse, Sara Night, affirme que tout ce qui est arrivé dans le pub, s’est passé quand il y avait beaucoup de monde. Verres qui volent, bouteilles, boissons qui tombent des tables ou le piano qui joue tout seul.

Pourtant, rien d’anormal ces derniers jours, le seul changement c’est ce panneau ce qui propose aux entreprises de venir s’installer dans un bâtiment récemment réhabilité.

Faire peur ou séduire, Plukley devra peut-être choisir un jour.

Lisez Vampires : Dracula, Carmilla, Bathory et tous les autres de Jacques Sirgent

Vampires, par Jacques Sirgent
Vampires, par Jacques Sirgent © Editions Ouest France

Ce livre paraît aux Editions Ouest-France et Jacques Sirgent est aussi le créateur d'un musée des Vampires aux Lilas.

Dans ce livre l'auteur remonte à l'origine de la légende de Nosferatu, Dracula ou la comtesse Bathory. Car au-delà de la littérature il faut aller voir du coté des rites anciens.

Pour être vampire il faut :

  • Boire du sang humain
  • Vivre la nuit, avoir perdu son âme
  • Transmettre son état à sa victime
  • La vie éternelle

Jacques Sirgent constate que cela nous revoit à la préhistoire des rites funéraires et des religions.

Boire le sang était un rite de chamans, de certains dieux égyptiens, mésopotamiens ou indiens comme la déesse Kali.

Le vampire représente aussi la peur ancestrale de la nuit c'est ainsi que chouettes et chauve-souris seront diaboliser. Dans nombre de représentations on voit que les démons boivent le sang des damnés. Bref la fascination pour ces créatures nous vient de loin. Et ça continue avec le spectaculaire et cinématographique Dracula de Coppola, l' inquiétant Nosferatu de Murnau, ou le drolatique Bal des vampires de Polanski. Aujourd'hui se sont les séries télé qui prennent le relais avec les inoubliables Buffy contre les vampires et Twilights et la petite dernière très appréciées des ados Chica Vampiro. Bref ce livre est tout à fait dans l'air du temps avec de belles iconographies et un papier façon parchemin. La connaissance et le frisson sont garantis.

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.