L'artiste Christo est mort ce dimanche à l'âge de 84 ans. Avec sa femme Jeanne-Claude (morte en 2009), ils ont marqué le monde de l'art contemporain avec des installations monumentales en plein air à travers le monde. Des œuvres éphémères et souvent controversées qui surprennent par leur gigantisme... et leur poésie.

Six oeuvres majeures de Christo et Jeanne-Claude, maîtres de l'art "in situ" dans l'espace public
Six oeuvres majeures de Christo et Jeanne-Claude, maîtres de l'art "in situ" dans l'espace public © AFP

Il a rejoint son épouse et partenaire artistique Jeanne-Claude, disparue en 2009 : l'artiste Christo est mort ce dimanche, à l'âge de 84 ans. Né en Bulgarie en 1935, Christo Vladimirov Javacheff s'était installé à Paris en 1958, où il avait rencontré Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née le même jour que lui. Ensemble, ils ont développé une œuvre considérable depuis le début des années 60, lui dessinant les plans, elle, mettant en place l'exécution de la sculpture monumentale. 

Dans les années 80 et 90, leurs empaquetages de grands monuments publics ont marqué les esprits et souvent défrayé la chronique – les artistes ne travaillaient pas sur commande publique et ont donc souvent rencontré des embûches pour réaliser leurs installations éphémères, et certaines œuvres ont pris plusieurs décennies à être concrétisées. Après la mort de Jeanne-Claude, Christo avait continué à développer son travail. Voici dix exemples marquants du travail de ce duo d'artistes. 

Wall of Oli Barrels (1962)

Le premier geste artistique majeur de Christo et Jeanne-Claude n'impliquait pas du tissu mais… des barils de pétrole. Rue Visconti, à Paris, ils passent la nuit à bloquer le passage à l'aide de 240 barils. Le mur, haut de 4,30m, était censé évoquer le mur de Berlin, que les deux artistes avaient découvert l'année précédente, en pleine construction. Non autorisée, cette œuvre leur a valu un passage par le commissariat. 

Valley Curtain (1972)

C'est le premier projet monumental du duo d'artistes, installés aux États-Unis depuis 1964 : une toile de nylon tissé de 13000 mètres carrés, tendue sur 381 mètres de long entre deux massifs du Colorado. La préparation de cette installation s'étale sur 28 mois, de 1970 à 1972, et l'œuvre est achevée le 10 août 1972. Elle doit être décrochée à peine… 28 heures plus tard, à cause des vents violents

C'est aussi avec cette œuvre que Christo et Jeanne-Claude inaugurent leur mode de financement : refusant toute subvention ou partenariat, ils font financer l'œuvre par la vente de leurs croquis, dessins ou collages préparatoires.

Le Mastaba d'Abu Dhabi, projet toujours en cours (1977)

Christo et Jeanne-Claude devant la maquette du Matsaba d'Abu Dhabi, en 2007 à Saint Paul de Vence
Christo et Jeanne-Claude devant la maquette du Matsaba d'Abu Dhabi, en 2007 à Saint Paul de Vence © AFP / Eric ESTRADE

Ce projet, initié en 1977, est toujours en cours, et serait rien moins que la plus grande sculpture du monde : un quadrilatère en forme de mastaba, les bâtiments funéraires égyptiens, haut de plus de 150 mètres et composé de 410 000 barils de pétrole. Tout au long de leur carrière, Christo et Jeanne-Claude n'ont jamais lâché l'idée de finalement réaliser ce monument, qui serait la seule installation monumentale du duo d'artistes à ne pas être éphémère.

Les Îles emballées (1983)

C'est l'une des œuvres les plus connues – et les plus spectaculaires – du duo d'artistes : 11 îlots artificiels de la baie de Biscayne, à Miami, sont entourés d'un tissu rose, sur une surface totale de 60 hectares. Là encore, les travaux préparatoires sont très longs : les études scientifiques et environnementales commencent dès 1981 puis il faut six mois pour fabriquer ce tissu en polypropène rose. Le tout pour seulement deux semaines d'exposition. 

Le Pont-Neuf emballé (1985)

Le Pont-Neuf de Paris métamorphosé en 1985 par l'emballage de Christo et Jeanne-Claude
Le Pont-Neuf de Paris métamorphosé en 1985 par l'emballage de Christo et Jeanne-Claude © AFP / Pierre Guillaud

Il faut dix ans à Christo et Jeanne-Claude pour convaincre les autorités d'autoriser le projet, aussi critiqué que salué à l'époque. Le plus vieux pont de Paris est recouvert de plus de 41 000 mètres carrés de toile, attachée par de la corde et des chaînes d'acier. Le monument reste empaqueté pendant deux semaines, et attire plus de 3 millions de curieux. 

Les parasols (1991)

Plusieurs centaines de ces parasols géants ont été installés, de part et d'autre du Pacifique
Plusieurs centaines de ces parasols géants ont été installés, de part et d'autre du Pacifique © AFP / Mike Nelson

Ce n'est pas le projet le plus monumental de Christo et Jeanne-Claude, mais l'un des plus emblématiques et poétiques de leur travail. La particularité de cette installation : elle est conçue pour exister à deux endroits au même moment, dans une vallée du Colorado aux États-Unis et près de Hitachiota au Japon. Ces parasols, jaunes d'un côté, bleus de l'autre, avaient pour but de montrer les différences dans les modes de vie dans ces deux lieux qui, le temps d'une installation, se sont retrouvés très proches. 

Le Bundestag empaqueté (1995)

La foule assemblée autour du Reischtag emballé par Christo et Jeanne-Claude
La foule assemblée autour du Reischtag emballé par Christo et Jeanne-Claude © AFP / WOLFGANG KUMM / DPA

Le projet est imaginé dès 1971, mais c'est en 1995, quelques années après la réunification de l'Allemagne, que le Reichstag, siège du Parlement allemand, est emballé dans 100 000 mètres carrés de tissu, recouvert par une couche d'aluminium. Comme pour le Pont-Neuf à Paris, le projet rencontre de nombreuses oppositions politiques, mais rencontre un grand succès public. 

Les "Portes" à Central Park (2005)

Les "Gates" de Central Park, en 2005
Les "Gates" de Central Park, en 2005 © AFP / DON EMMERT

Comme avec les Parasols quinze ans plus tôt, Christo et Jeanne-Claude font un pont entre deux cultures, en installant à Central Park, à New-York, un parcours de portes orangées, semblables aux portes "torii" issues de la culture japonaise. Quelque 7 500 portiques jalonnent ce parcours long de 37 kilomètres. 

"The Floating Piers" sur le lac d'Iseo (2016)

Des milliers de visiteurs ont marché sur l'eau grâce à cette oeuvre de Christo
Des milliers de visiteurs ont marché sur l'eau grâce à cette oeuvre de Christo © AFP / MARCO BERTORELLO

Après la mort de Jeanne-Claude, Christo continue à imaginer des projets monumentaux, dont celui-ci, qu'il avait à l'origine conçu avec elle dans les années 70 pour le créer en Amérique du Sud. En Italie, il installe des plateformes flottantes recouvertes de tissu jaune sur le lac d'Iseo, dans le nord du pays. Au total, 100 000 mètres carrés de tissu permettent aux visiteurs de marcher sur l'eau. 

Le Mastaba à Londres (2018)

Le Matsaba de Londres, en 2018, flottait sur le lac de Serpentine à Hyde Park
Le Matsaba de Londres, en 2018, flottait sur le lac de Serpentine à Hyde Park © AFP / NIKLAS HALLE'N

S'il n'a pas encore réalisé l'immense Mastaba à Abu Dhabi, une sculpture similaire mais plus petite (20 mètres de haut "seulement") a été installée dans le parc londonien de Hyde Park. On y retrouve l'autre motif récurrent du travail des deux artistes, les barils de pétrole. La sculpture est installée sur des plateformes qui lui permettent de flotter sur le lac Serpentine. 

Et aussi : l'Arc de Triomphe emballé (2020 ?)

Les croquis préparatoires pour l'emballage de l'Arc de Triomphe
Les croquis préparatoires pour l'emballage de l'Arc de Triomphe © AFP / André Grossmann

Trente-cinq ans après le Pont-Neuf, Paris devait à nouveau accueillir un empaquetage monumental de Christo. Initialement prévu pour être présenté du 6 au 19 avril dernier, en parallèle d'une exposition au Centre Pompidou, l'empaquetage avait été repoussé en raison du confinement. L'entourage de Christo assure que le projet sera maintenu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.