Depuis sa création en 1996, l’E3 a eu lieu tous les ans, sans faute : mais l’édition 2020 a été officiellement en fin d’après-midi ce mercredi, selon des sources concordantes, pour cause de coronavirus. Cela pourrait même sceller plus largement le destin du salon, déjà en difficulté.

L'E3, plus grand rassemblement professionnel du monde du jeu vidéo, lors de sa précédente édition en juin 2019
L'E3, plus grand rassemblement professionnel du monde du jeu vidéo, lors de sa précédente édition en juin 2019 © AFP / DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

La rumeur courait déjà depuis quelques jours et s'est confirmée : il n’y aura pas d’E3 cette année, pour la première fois depuis sa création 24 ans plus tôt, ont confirmé les organisateurs de l'événement, confirmant une information donnée plus tôt par les médias Ars Technica et Bloomberg. Les organisateurs envisagent de transformer l’événement en "version en ligne" l’été prochain, sans doute via des conférences en vidéo, mais il n’y aura pas de traditionnel rassemblement à Los Angeles pour les professionnels du secteur.

Un éditeur a d’ailleurs vendu la mèche avec humour quelques heures avant l’annonce officielle, en conseillant à tout le monde "d’annuler tout de suite les billets d’avion et les hôtels". Le salon devait avoir lieu du 9 au 11 juin.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En cause, les craintes de propagation du coronavirus : le salon a gagné en ampleur et en fréquentation, en particulier avec l’ouverture au grand public en 2017 (le record absolu datant de 2005, avec 70.000 professionnels réunis). Chaque année, des dizaines de milliers de personnes venus des quatre coins du monde s’y croisent, avant de repartir vers leurs pays respectifs. Et ils préféreront sans doute ne pas revenir avec de nouveaux jeux et des produits dérivés plutôt qu’avec le Covid-19.

Le coronavirus, une goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà bien rempli

Le problème, c’est que l’épidémie n’est pas la seule tuile qui est tombée sur l’E3 ces derniers mois. Le salon avait déjà accumulé plusieurs ennuis, en plus des interrogations sur son utilité même, de plus en plus contestée au fil des années.

L’édition 2019 avait notamment laissé un souvenir amer aux journalistes et youtubeurs qui y avaient participé : une liste complète de leurs coordonnées, créée par les organisateurs, avait fuité sur Internet. L’organisation avait présenté ses excuses mais le mal était fait, et avait provoqué la colère des principaux intéressés, qui craignaient que ça ne déclenche des vagues de harcèlement. De quoi doucher l’envie de revenir.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Plus largement, l’E3 est devenu un passage de moins en moins obligé, aussi bien pour les éditeurs de jeux vidéo que pour les joueurs. Une décennie plus tôt, c’était l’endroit où l’on dévoilait en grande pompe au monde sa nouvelle console ou ses nouveaux jeux : ces dernières années, les annonces marquantes et inédites sont de plus en plus rares.

Pire, certains éditeurs et constructeurs ont carrément court-circuité le concept : Nintendo, par exemple, diffuse directement ses annonces dans un direct vidéo sur Internet depuis 2013 (tout en maintenant une présence, assez symbolique, sur place). Sony, autre poids lourd du secteur qui doit annoncer prochainement la très attendue PlayStation 5, a déjà annoncé qu’il ne participerait pas au salon (comme l’an passé), et devrait passer à une communication plus directe avec les joueurs. D’autres grandes entreprises du secteur ont petit à petit réduit leur présence à l’E3 ces dernières années.

Car participer à un tel salon coûte cher, très cher, bien plus que d’organiser ses propres conférences d’annonces de manière indépendante, y compris pendant que se déroule l’E3, ce qui peut être tout aussi efficace.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L’annulation de cet E3 en particulier est une très mauvaise nouvelle pour le salon en général : 2020 est une année importante pour le jeu vidéo mondial, avec l’arrivée prévue de deux nouvelles consoles (la PS5 chez Sony et la successeure de la Xbox One chez Microsoft). Et elle promettait donc un salon plus intéressant et riche en annonces que les précédents. Pas sûr que l’an prochain, avec une actualité bien plus calme, le monde du jeu vidéo retrouve son enthousiasme pour un salon qu’il boudait déjà un peu.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.