Le but de ce colloque est de réexaminer l’élaboration de l’Histoire russe en tant que mythe culturel, depuis l’établissement de l’Empire russe (1547) jusqu’à la veille de sa chute (1905). Deux oeuvres de premier plan marquent les bornes chronologiques de ce processus. La première est la compilation fondatrice du métropolite Macaire, le Livre des degrés de la généalogie impériale, rédigée entre 1555 et 1564. La seconde est le Cours d’histoire russe (1904-1911) publié par Vasilij O. Ključevskij, l’historien russe le plus réputé avant la révolution bolchévique. Entre-temps, des auteurs célèbres, comme Vasilij Tatiščev, Nikolaj Karamzin, ou Sergej Solov’ev, ont apporté d’importantes contributions personnelles au champ, mais aussi des écoles historiques, comme la fameuse « Ecole de l’Etat » née à l’Université de Moscou, se sont affrontées pour produire un scénario cohérent de l’histoire russe, en accord avec l’avancement des sciences à leur époque et avec les besoins de la société russe. Par ailleurs, des étrangers, soit recrutés par des institutions russes, soit travaillant depuis leur pays, ont également tenté de donner un sens à l’histoire russe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.