En 1977, Amnesty International reçoit le Prix Nobel de la paix, Jimmy Carter devient président des États-Unis, un tremblement de terre détruit la ville de Vancrea en Roumanie, le centre Pompidou est inauguré, La Callas et Charlie Chaplin disparaissent, Mr Klein de Joseph Losey obtient le César du meilleur film, et la France remporte le concours de l’Eurovision avec L’oiseau et l’enfant de Marie Myriam. Et à France Inter ?

On chante Brassens et Louki :

Georges Brassens en 1964
Georges Brassens en 1964 © ErlingMandelmann.ch

Après Studio de nuit , Jean-Louis Foulquier, entré à France Inter comme standardiste, anime Saltimbanques de 1977 à 1978. Ici, la voix très jeune du futur producteur de Pollen accueille le chanteur Pierre Louki entourés de ses amis, dont un certain... Georges Brassens.

Dans la suite de l’émission : Georges Brassens interprète Cupidon s’en fout :

France Inter reçoit un grand chef d'orchestre :

Jacques Chancel
Jacques Chancel © Radio France

Jacques Chancelreçoit dans RadioscopieHerbert Von Karajan, le chef d’orchestre autrichien. Il est à la tête du Philharmonique de Berlin depuis 24 ans. Bien avant la polémique sur son engagement auprès des nazis, il évoque dans un Français parfait les applaudissements, et son départ pour l’au-delà

« Je dois le bonheur à l’orchestre et… à l’amour… »

L’entretien avec se poursuit et on comprend pourquoi le Berlinois s’exprime aussi bien dans notre langue :

Jean-François Kahn est au micro

Avant de diriger L'Événement du jeudi puis Marianne , Jean-Francois Kahn, anime dans les années 70 l’émission Avec tambours et trompette s sur France Inter. Amateur et connaisseur de la chanson française, il prétend ne rien connaître à la politique. Il revient pourtant ici sur le duel qui oppose cette année-là Jacques Chirac à Michel d'Ornano (candidat préféré par Valéry Giscard d'Estaing), en vue des municipales :

Gérard Sire nous quitte

La même année, l’homme de radio Gérard Sire décède. Portrait dans cet extrait de 1991 de Radio Mémoire où l’on apprend qu’il est à l’origine des Scopitones (les ancêtres des clips) et qu’il a participé à l’écriture du film Tout le monde il est beau, tout le monde, il est gentilde Jean Yanne.

Il a aussi été la voix off du film Un homme et une femme . Depuis 1971, il est présente tous les jours un conte dont il est lui-même l’auteur à l’antenne. Dans l’extrait suivant, il fait face à plusieurs femmes qui le cuisinent :

« On m’a choisi pour cette émission humoristique, parce que je suis le plus sinistre. » On voit aussi Gérard Sire ici aux côtés de Jean Yanne, et de Daniel Prévost dans cette vidéo assez savoureuse de 1969 :

Remarquez au passage que la Loi Évin n’est pas encore passée par là.

Article Gérard Sire - Télérama 1970 - France Inter a 50 ans
Article Gérard Sire - Télérama 1970 - France Inter a 50 ans © Radio France

En décembre 1970, Télérama consacrait une double-page à un portrait de Gérard Sire.

On apprend qu'à l'issue de chaque enregistrement, il offrait un verre à ceux qui l'avait aidé à réaliser l'émission.

Pour lire cet article, cliquez sur l'image ci-contre.

Jean Yanne dans son feuilleton d'anticipation L’apocalypse est pour demain raconte les aventures de Robinson Cruzo dernier survivant de l'apocalypse : l'automobile a tué l'Homme.

Il en tirera un livre plus tard qu’il présente ici à Apostrophes : Jean Yanne "L'apocalypse est pour demain"

L'information change : création d'Inter 13

Jean-Pierre Elkabach, rédacteur en chef de France Inter et rédacteur en chef à la direction de l'information de Radio France, quitte ses fonctions pour diriger l'information à Antenne 2. Conséquence :le 13-14 devient Inter 13 , et une nouvelle équipe se met en place :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.