C'est l'année du second choc pétrolier, du premier vol du Mirage 4000, des diamants de Bokassa, du lancement d'Actuel, de la mort de Mesrine, du César de "L'argent des autres" de Christian de Chalonge de "Born to be alive".Mais c'est aussi sur France Inter, l'année...

...de Bedouet avant le téléphone

Le 2 février, le journal de 7h de Pierre Chatignoux s'ouvre sur l'arrivée en Iran de Khomeiny, et de l'accueil plus que chaleureux qui lui a été réservé. La foule était tellement dense que plusieurs personnes ont été écrasées par la voiture de l'ayatollah. A Téhéran, l'envoyé spécial Yves-Paul Vincent met les images en mots.A 8h, le journal d'Alain Bédouet ouvre aussi sur les événements en Iran mais sur l'angle plus politique avec le reportage (la correspondance dit-on en radio) d'Yves Loizeau :

un joyeux Luron

Cette année-là, une forte personnalité présente une nouvelle émission : Thierry Le Luron , qui vient présenter « Le Luron de midi » dans le magazine dominical d’Yves Mourousi :

Vous allez parler de sa sexualité à Dalida ?!

Ce « Le Luron du midi » fait écho à l’émission Le Luron du samedi que l’imitateur présentait en 1977 avec Pierre Desproges. L’émission fut ensuite appelée « Des parasites sur l’antenne ». En 1979, « Le Luron de midi » reprend chaque jour à 12h et jusqu’au « Jeu des 1000 francs » les ingrédients des spectacles de Le Luron : imitations, chansons, faux reportages…

Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?

Le générique de l'émission par Thierry Le Luron :

BONUS > Thierry Le Luron retrouvera Yves Mourousi en 1982 quand il annoncera au journal de 13h de TF1 qu'il se lance... en politique !

Des loups-garous

Quelle meilleure promotion que sa propre antenne ?Après avoir présenté dans "Dimanche magazine" l'émission de Thierry Le Luron, Yves Mourousi reçoit également le jeune Patrice Blanc-Francard qui réveille chaque soir à 20h les auditeurs avec son "Loup garou" nocturne.Le frère de Blanc-Francard lui a fait découvrir quelques mois auparavant un harmoniser qui peut changer la voix en temps réel. Ce qui lui donna l’idée de cette voix de synthèse :

Loup Garou pub 1979
Loup Garou pub 1979 © Radio France

Patrice Blanc-Francard est entré à la radio en 1963, mais de l’autre côté du micro, comme preneur de son. Grâce à son père, lui-même ingénieur du son à Europe 1, qui a fait jouer ses relations.

PBF comme tout le monde l’appelle très vite (encore aujourd’hui) devient assistant de José Artur sur le Pop Club en 1969 où il remplace bientôt Pierre Lattès comme spécialiste du rock.

Loup Garou n’est pas sa première émission : avant elle il y eut Cool , Souvenirs souvenirs (avec Bernard Lenoir) ou encore Bananas . Avec PBF (et avant l'explosion de la bande FM qui verra naître NRJ et les musicales) c’est la musique pop et rock que les auditeurs découvrent.

Loup Garou était suivie à 21h de FeedBack de Lenoir (qui avait été son programmateur sur Souvenirs Souvenirs ). La programmation musicale de Loup Garou en tenait compte : un certain quota de chanson française, des nouveautés américaines, du easy listening…

Un nid, un public

Ils étaient mon nid, et mon public.Leur plaire me suffisait

Kriss chez elle
Kriss chez elle © Radio France / Roger Picard

C'est en ces mots, touchants et vrais, que Kriss évoque Codou et Garretto dans "La sagesse d'une femme de radio".

C'est eux qui lui mirent non pas le pied à l'étrier mais le micro à la main et le casque sur les oreilles.Kriss - Corinne Gorce de son vrai nom - fait partie deL'Oreille en coin avant même ses débuts (elle présenta Shaker avec Emmanuel Den dans TSF 70 , l'ancêtre de l'Oreille).

En 1979, c'est un nouveau rendez-vous interactif qu'elle présente aux auditeurs "parce que nos chefs bien aimés en ont décidé ainsi " :

Une rue qui ne descend jamais

Deux ans auparavant, Daniel Mermet est passé des studios de France Culure pour laquelle il a écrit des histoires pour enfants qu'il conte l'après-midi de sa voix grave et légère, aux studios de France Inter. Il a rencontré l'indissociable duo directorial Codou et Garretto : "Je les ai baratinés pendant une heure. Je leur parlais de jazz... Mais ils disaient que ça ne les intéressait pas ". Ils finissent par mettre Mermet au défi : "Tu serais capable de prendre un morceau de jazz et de dire quatre mots placés comme ça et faire que ce soit une histoire, tout en jouant avec la musique ? ". Mermet relève le défi. Des courtes histoires mises en ondes par l'ingénieur du son Yann Paranthoën. Qui - dans "L'oreille en coin, une radio dans la radio" de Thomas Baumgartner - résume : "Mermet a compris très vite que le son était à prendre en compte ". Les contes laissent place en 1979 à l'émission dont le titre à lui seul est une histoire Dans la ville de Paramaribo il y a une rue qui monte et qui ne descend jamais .

Quarante minutes de sons, de textes, de poésie et de voyage radiophoniques, décrites ainsi dans Télérama :

Dans le studio : Jean Garretto, chef d'orchestre, l'oeil sur la "partition" préparée par Daniel Mermet donne les départs ; Pierre Codou repère les morceaux choisis sur les disques ; Guy Seneaux, au pupitre, soigne le montage.Daniel Mermet est derrière la vitre : cigarette à la main, mains sur les écouteurs de son casque. Il raconte des histoires qui monte à la tête.

La décharge couv 1979
La décharge couv 1979 © Radio France

Le Prix du Livre Inter - présidé par Alain Decaux - est attribué à Béatrice Beck pour "La décharge " (Grasset).

Jamais je n'aurais cru prendre la plume depuis mon départ de l'école. C'est Mlle Minnier, notre ancienne institutrice qui veut : "Ce serait dommage que tout ça soit perdu, Noémie. " Tout ça, c'est surtout la décharge municipale à côté de laquelle on vivait, mes parents, mon frère, mes soeurs et moi même

Le roman raconte la vie des Duchemin, qui s'entassent dans une baraque, entre le cimetière et la décharge publique. Adolescente sensible et surdouée, Noémi rédige ses souvenirs à la demande de son institutrice.

Articles liés
Culture
Max Gallo est décédé
19 juillet 2017
Culture
Fregula sarda
18 juillet 2017
Culture
Pardulas
18 juillet 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.