Plus de livres de reportage et d’actualité, moins de romans. En 2020, les habitudes de lecture des Français ont changé. C’est le résultat de l’enquête que l’institut IPSOS réalise une fois tous les deux ans à la demande du CNL, le Centre National du Livre. Elle révèle, cette année, une baisse du lectorat.

En 2020, les habitudes de lecture des Français ont changé : plus de livres de reportage et d’actualité, moins de romans.
En 2020, les habitudes de lecture des Français ont changé : plus de livres de reportage et d’actualité, moins de romans. © Getty / Catherine Falls Commercial

Les Français sont encore nombreux à lire. Selon le baromètre IPSOS réalisé à la demande du CNL, 86% déclarent avoir lu au moins un livre au cours des douze derniers mois. Mais cela représente une baisse de 8% par rapport à l’enquête de 2018. Une diminution notable, certes, mais moins importante que ce que craignaient les professionnels du livre, relativise Régine Hatchondo, présidente du Centre national du Livre (CNL) récemment nommée (elle a pris ses fonctions en novembre dernier). "La France reste une nation de lecteurs, insiste Régine Hatchondo. 76% des personnes interrogées affirment avoir offert des livres au cours de l’année. 80% assurent avoir fait leurs achats en librairie. Le livre demeure la première industrie culturelle en France."

Les Français ont eu un peu moins envie de lire 

Comment expliquer alors cette érosion ? La présidente du CNL émet l’hypothèse que "cette lassitude est liée au fait que la porosité entre le domicile et le travail, du fait du recours au télétravail, a diminué la perception du livre comme objet de plaisir. Les Français ont lu beaucoup de documents pour leur travail, les étudiants pour leurs études et donc le livre-plaisir a perdu un peu de son aura."

Autre enseignement de cette enquête : la désaffection relative vis-à-vis du roman, de la BD et des livres pratiques. Ces catégories demeurent reines dans les préférences des Français, néanmoins indique Régine Hatchondo, on note "une baisse de 7%, en déclaratif, du désir de romans et de livres pratiques, au bénéfice des livres de reportages et d’actualité qui progressent de 6%. Je pense que cette année très particulière a donné envie aux Français de comprendre le monde dans lequel ils vivent." 

On ne peut pas traverser une crise comme celle que nous avons traversée sans s’interroger. 

Il convient de garder à l’esprit que ce baromètre IPSOS (réalisé au téléphone auprès d’un échantillon représentatif de plus de 1 000 personnes) se fonde sur les déclarations des personnes interrogées et non sur une mesure effective des actes d’achat, des emprunts en bibliothèque et des lectures réelles. Cependant, réalisé une fois tous les deux ans depuis huit ans, c’est le seul outil dont on dispose pour établir un état des lieux de la lecture. 

Régine Hatchondo, qui souhaite faire une tournée des librairies pour mieux cerner les attentes du milieu, annonce une série d’initiatives via les réseaux sociaux pour toucher le public jeune.