Editions Futuropolis
Editions Futuropolis © Futuropolis

Le dessinateur Enki Bilal expose au Louvre dans la salle des Sept-Cheminées jusqu'au 18 mars 2013.

Après une exploration solitaire et consciencieuse des collections du plus grand musée du monde, il a photographié quelques chefs-d'œuvre avant de retravailler dessus pour faire naître de nouveaux personnages sur les tableaux.

Sur 400 objets, peintures ou sculptures photographiés, il en a finalement choisi 22, tirés sur toile avant d'intervenir, à l'acrylique et au pastel, pour faire apparaître des fantômes dont il a imaginé l'histoire et le rapport avec l'œuvre originale (voir l'ouvrage qui paraît chez Futuropolis).

Enki Bilal et les fantômes de la Joconde ou de la Victoire de Samothrace

Enki Bilal, Antonio di Aquila
Enki Bilal, Antonio di Aquila © Enki Bilal

Ainsi, on apprend sous la plume d'Enki Bilal, que c'est en se prenant les pieds dans un tapis que la petite Melencolia Hrasny, alors âgée de trois ans, est tombée dans les bras d'Albrecht Dürer , de trois ans son aîné en 1490. Ils tomberont éperdument amoureux et la jeune fille portera son prénom mieux pour toujours.

Pour la Joconde , Bilal a imaginé le personnage d'un assistant de Léonard de Vinci Antonio Di Aquila, au destin tragique.

Enki Bilal est né en 1951 à Belgrade, et vit en France depuis les années 60. Après avoir collaboré à Pilote, ses albums Les phalanges de l’Ordre noir , et La foire aux immortels , premier tome de la trilogie Nikopol , assurent ses premiers grands succès. Dernièrement il a publié Z'Animals .

Le site du Louvre >

Enki Bilal, Enheduana Arwi-A-code de Hammurabi
Enki Bilal, Enheduana Arwi-A-code de Hammurabi © Enki Bilal

Enki Bilal, Arjuna Asegaff - Le Retour de Marcus Sexus
Enki Bilal, Arjuna Asegaff - Le Retour de Marcus Sexus © Enki Bilal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.