Frédérick Sigrist a rencontré Finn Wolfhard (Mike), Natalia Dyer (Nancy) et Joe Keery (Steve). Retrouvez ici l'entretien – garanti sans spoilers sur la saison 3.

La nouvelle saison de "Stranger Things" est sortie la semaine dernière sur Netflix
La nouvelle saison de "Stranger Things" est sortie la semaine dernière sur Netflix © Netflix

Le 4 juillet, paraissait sur Netflix la nouvelle saison de Stranger Things et très rapidement, la série a battu les records d'audience sur la plateforme : en quatre jours elle a été regardée par 40,7 millions de comptes (selon l'entreprise), dont près de la moitié ont déjà fini la saison entière. 

Frédérick Sigrist, qui anime durant tout l'été, sur France Inter, une émission dédiée aux Blockbusters, s'est penché sur cette série étonnante. Il y a consacré une émission (à écouter ici) et a rencontré une partie des acteurs : Finn Wolfhard (Mike Wheeler), Natalia Dyer (Nancy Wheeler, sa grande sœur) et Joe Keery (Steve Harrington, un ami).

6 min

Frédérick Sigrist a rencontré trois acteurs de "Stranger Things" : Nancy, Mike et Steve

L'entretien

Dans des films tels que Les Goonies ou dans la série Stranger Things, on montre des enfants qui jouissent d'une énorme liberté. Est-ce que vous pensez que les enfants avaient plus de liberté dans les années 1980 que de nos jours ?

Natalia Dyer : “Oui je dirais que d’un certain point de vue, il y a plus de liberté physique mais aujourd’hui on a plus de liberté sur Internet et c’est difficile pour les parents de suivre ce que font les enfants. Quand ma mère me parle de son enfance et de son adolescence, elle me dit qu’en fait il y avait un sentiment de confiance, il n’y avait pas de problème de sécurité.”

Finn Wolfhard : “Oui, en fait, on pouvait partir et dire « Je m’en vais, je reviens à 8h du soir » et puis les parents disaient oui et ça s’arrêtait là. Aujourd’hui c’est différent, quand je reviens à 8h du soir, ma mère me dit : « Oui, mais je veux savoir où tu es, il faut que tu m’appelles ».”

Natalia : “Oui il faut être constamment en contact, on s’envoie des textos sans arrêt et tout. On peut contacter les gens en permanence.”

Joe Keery : “C’est parce que ça existe, on peut envoyer des messages tout le temps… C’est un peu comme dans le domaine du travail, les gens regardent leurs mails sans arrêt, parce que c’est possible. Il n’y a pas moyen de faire une pause.”

… Donc cette liberté qu'on avait l'impression d'avoir dans les années 1980, c'est uniquement parce que l'on n'avait pas la possibilité de communiquer avec les enfants ?

Joe : “Oui, c’est ça, la différence c’est la technologie. Si on prenait des gens d’aujourd’hui pour les mettre à cette époque, ce serait la même chose. C’est la technologie qui a tout changé.”

Millie Bobby Brown et Sadie Sink dans "Stranger Things"
Millie Bobby Brown et Sadie Sink dans "Stranger Things" / Netflix

Les personnages féminins dans Stranger Things sont très bien écrits, très forts, beaucoup plus que dans les films d'horreur des années 1980. Qu'en pensez-vous ?

Natalia : “Dans pas mal de films des années 1980 que j’ai vu, les personnages, féminins, ou pas d’ailleurs, étaient des personnages sans grand intérêt, on a l’impression que c’est artificiel, on ne sait pas très bien pourquoi ils sont là, ils sont là pour meubler. Ça existe encore dans le cinéma d’aujourd’hui. Et c’est ça que j’aime chez les frères Duffer [NB : les créateurs de la série Stranger Things], il y a toujours l’essence de ces films mais tous les personnages sont bien plus réels, et bien plus en prise avec la réalité.“

Joe : “Oui je suis tout à fait d’accord, on prend un format que les gens adorent, et on actualise la façon dont c’est raconté, on le met au goût du jour, et je pense que c’est ce que voient les gens au premier coup d’œil.“

Finn : “Aujourd’hui, il y a plein de choses qu’on ne pourrait plus faire sans s’attirer les foudres, comme tirer sur les sous-vêtements de quelqu’un comme dans le film Les 16 Bougies… On ne peut plus montrer ça maintenant, ce ne serait pas du tout cool...“

Natalia : “Je ne sais pas si ça a vraiment été cool un jour…“

Finn Wolfhard et Noah Schnapp dans "Stranger Things", saison 3
Finn Wolfhard et Noah Schnapp dans "Stranger Things", saison 3 / Netflix

Si vous deviez choisir de jouer dans un film d'horreur des années 1980, lequel serait-ce ?

Finn : “Waouh ! très bonne question.“

Joe : “The Thing, avec le rôle de Kurt Russel. Ce film est dingue.“ 

Finn : “The Thing, ça aurait été dingue ou Les Dents de la Mer, c’est génial !“

Joe : “Toi tu pourrais jouer le rôle de Richard Dreyfuss.“

Finn : “Non moi je ferais un bon Quint,. Oui, Les Dents de la Mer, je dirais. À vrai dire il ne me vient rien d’autre à l’esprit. Bon, il y a Vendredi 13...“

Natalia : “Oui mais dans ces films, ils passent leur temps à crier et à courir.“

Joe : “Peut-être Alien ? Oui Alien, ça déchire !“

Finn : “Et Aliens, le deuxième !“

Et vous qui êtes trop jeune pour avoir connu les années 1980, quel est votre sentiment vis-à-vis de cette époque ?

Finn : “C’était une période qui avait l’air géniale, il y avait plein de film supers qui remontent à cette époque, il y a plein de trucs, moi j’adore le look, l’esthétique.“

Natalia : “Moi je dirais que, pour revenir à la technologie, dans les années 1980, il y avait une sorte d’innocence, de mystère... sans Google, le téléphone portable, sans le GPS, vous voyez ?“

On dirait que, dans les années 1980, les gens avaient les pieds sur terre. Ils étaient en prise avec la réalité et ça c’est chouette, et puis il y avait ce sens de l’aventure.“

Joe : “Bon, bah voilà on a tout dit là.“

Natalia Dyer dans "Stranger Things", saison 3
Natalia Dyer dans "Stranger Things", saison 3 / Netflix

Vous pensez qu'on sait trop de choses désormais, qu'on a un peu perdu ce sens du mystère ?

Joe : “Oui, aujourd’hui on a un accès illimité à l’information, 24h sur 24. Nous sommes insatiables.“

Natalia : “C’est vrai qu’on veut savoir des choses mais en mm temps on bourre notre cerveau d’informations qui ne sont pas forcément indispensables.“

Finn : “Les gens de ma génération sont désensibilisés, ils vont dire « Oh mais je n’ai pas d’opinion là-dessus »... C’est ça, ils sont désensibilisés.“

Joe : “À l’époque, il fallait se souvenir des choses, il fallait être un puits de connaissances… Alors qu’aujourd’hui on n’a rien besoin de savoir, on prend les informations sur Internet et ensuite on les recrache.“

Natalia : “C’est triste...“

Aller plus loin

ECOUTER | L'émission de Blockbusters consacrée à Stranger Things

► VOIR | la série diffusée sur Netflix

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.