A l'occasion de la sortie de "Strip Tease se déshabille", ouvrage sur les coulisses de l'émission culte, Marco Lamensch, le producteur du mythique "magazine qui déshabille la société", était l'invité de Popopop sur France Inter.

Capture écran du générique de l'émission Strip Tease
Capture écran du générique de l'émission Strip Tease © Strip Tease

Si vous avez vécu dans une caverne, trop occupé(e) à lire et relire les philosophes anciens, vous n'avez en effet peut-être pas goûté aux joies de l'émission Strip Tease, diffusée sur France 3 (pour nous Français) et la RTBF (pour nos amis belges) à partir du milieu des années 1980 et jusqu'au début des années 2000. 

►► Aller plus loin | Réécoutez Popopop, une fois ! Avec Stéphane de Groodt et Marco Lamensch

Alors pour vous la faire courte, Strip Tease ce sont des portraits d'inconnus. C'est ce regard, sans commentaires, un concept unique à la télévision, posé sur la société, sur l'être humain. Tout le monde a une histoire mais Strip Tease la sublime, sans fard ni dentelle. 

Une émission d'information ou de divertissement ?

Pour son producteur, c'est avant tout du documentaire. "Parfois c'est un peu plus journalistique, parfois un peu plus cinématographique". Il est vrai qu'on peut y être ému comme dans cet épisode sur ce couple de personnes âgées séparé par la maladie qui reçoit une récompense du bourgmestre pour la longévité de leur mariage. Rien de plus, juste un hommage fort au temps qui passe et à l'amour. 

On a laissé des ambiguïtés sur pas mal de choses. Mais sur l'extrême droite on a quand même été un peu prudent. 

On a tous ri aux larmes devant cet épisode "Au pays des merveilles" où un entrepreneur se retrouve en proie aux difficultés de l'informatique. Un film "qui va venger les millions de gens agacés, énervés, effrayés, affolés,  terrorisés, épuisés, liquéfiés, brisés, désespérés et humiliés par l’apparition de l’ordinateur et l’apprentissage de l’informatique…" comme le décrivent si bien ses auteurs. 

Comme on a tous été sidérés devant "Tiens ta droite" où un jeune homme, séduit par le néo-nazisme, nous explique qu'Hitler le fait rêver, ou quand plus tard, dans le second volet, il annonce à sa copine enceinte que leur bébé ne sera pas le bienvenu parce que c'est une fille.

Bref, plonger dans l'univers de Strip Tease, c'est choisir d'effeuiller nos émotions au fur et à mesure de nos visionnages. 

La télé a-t-elle fait le choix, une bonne fois pour toute, de la télé-réalité de merde ? 

Quand Antoine de Caunes pose la question à Marco Lamensch, la réponse est directe et réaliste. Pour lui, refaire une émission pareille est impossible. 

Le rapport des gens à la caméra a beaucoup changé. Dès qu'on amène une caméra quelque part, on voit une petite lueur avec des dollars dans l’œil des gens. 

Non seulement la relation à la caméra a changé, mais avec l'avènement des émissions de télé-réalité et de YouTube, le sujet a désormais les cartes en mains. Du moins, pense les avoir. Strip Tease c'est l'anti-télé-réalité, parce qu'au lieu de nous montrer des clichés de personnages que tout oppose, on nous rapproche des gens. 

On essayait d'expliquer aux gens en quoi leur vie nous intéressait, on se tapait dans la main, et puis c'était bon. On ne faisait jamais rien signer au début. Sur 850 films, si on a eu 4 ou 5 procès c'est le grand maximum.

Chose impensable aujourd'hui où tout est sous contrôle de sociétés de production. 

Pour vous consoler, sachez que le bonheur est à portée de mains, enfin de clics plutôt, puisque de nombreux épisodes sont en libre accès sur la chaîne officielle YouTube de Strip Tease (et aussi sur des chaînes moins officielles). Et encore une fois, remercions les créateurs et les contributeurs de Strip Tease qui nous ont ouvert les portes des univers de ces personnages authentiques et ont éveillé nos consciences à l'autre, sans jugements, ni railleries. Une émission qui à sa manière nous a inculqué les valeurs du vivre ensemble. 

►► Aller plus loin | "Strip-tease": l’émission culte venue de Belgique a désormais sa chaîne Youtube

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.