De nombreux inventeurs de génie s'étaient réunis à Chantilly pour la 4e édition de l'Echappée Volée. Léa Minod est allée à la rencontre de ces jeunes ingénieux qui créent le futur.

L'Echappée Volée, un événement qui met en avant des projets technologiques utiles pour le futur
L'Echappée Volée, un événement qui met en avant des projets technologiques utiles pour le futur © Maxppp / La Nouvelle République

Voilà le sujet, entre autre, sur lequel ont planché les intervenants et inventeurs de génie présents à la quatrième édition de l’Echappée Volée les 12, 13 et 14 mai derniers. Un weekend entier à créer le futur, plongé en pleine forêt de Chantilly.

L'Echappée Volée : à la découverte des objets connectés de demain
L'Echappée Volée : à la découverte des objets connectés de demain © Radio France

Ici, un sound system juché sur un vélo se gorge de soleil pour diffuser une musique entraînante. « Il fonctionne à l’énergie solaire … de quoi faire la fête en pleine nature ! » commente un participant.

Là des foodtrucks distillent des odeurs appétissantes à moins que vous ne préfériez les repas en poudre ou les insectes, « plus rapide » mais certainement moins convivial. François lui, a choisi de cuisiner les aliments qu’il a sélectionnés au supermarché grâce à son application Yuka : elle scanne les codes-barres des produits et dispense un verdict sans appel : « bon » ou « mauvais » pour la santé.

Le ciel est à l’orage, le smartphone d’un jeune homme envoie une notification,« pense à prendre ton parapluie ». C’est Oombrella, le parapluie connecté, qui capte les données locales météorologiques. Car ici, même les applications tutoient leur propriétaire : « Bienvenue dans le monde de la startup ! », nous lance une jeune inventrice, un coussin vibrant au bras nommé B.Be.

« Il suffit d’inspirer et expirer quand ça vibre, et de retenir sa respiration s’il n’y a pas de vibration. » Le but du jeu ? Une méditation simplifiée, juste en suivant le rythme des pulsations. « Tu veux faire partie de nos betatesteurs ? » propose Lucile à un curieux venu de Londres.

Dans les bâtiments modernes situés en face d’un château de briques se cache un auditorium bondé où des intervenants se succèdent pour parler de leur projet, et raconter leur histoire. Ils ont tous été coachés par l’un des créateurs de TedX Paris, ces conférences vivantes où l’on raconte des belles histoires, efficaces, sous l’œil sévère d’un chronomètre.

En pleine explication de son projet
En pleine explication de son projet © Radio France
Les curieux qui n’ont pas eu de places dans l’auditorium se retrouvent par dizaines sur des poufs devant un écran qui retransmet les conférences.
Les curieux qui n’ont pas eu de places dans l’auditorium se retrouvent par dizaines sur des poufs devant un écran qui retransmet les conférences. © Radio France

Les curieux qui n’ont pas eu de places dans l’auditorium se retrouvent par dizaines sur des poufs devant un écran qui retransmet les conférences. Eux même plongés dans le petit écran de leur téléphone. Parmi eux, Paul Poupet fondateur de la Hackerhouse Seed-up. Un appartement immense où vivent et travaillent une dizaine de jeune gens ingénieux.

Sur l’écran plat apparaît une jeune femme, avec une drôle de boîte à la main. Sa love-box n’a rien d’érotique : équipée d’un petit cœur, elle recueille des messages d’amour. « J’en ai offerte une à ma grand-mère en maison de retraite, comme ça elle sait que tous ses petits-enfants pensent à elle ». Car mamie ne sait pas écrire ni lire des textos. Voilà qui réconcilie les générations.

« Et si l’amour pouvait changer le monde ? », conclut la jeune femme devant un public conquis.

Une love-box
Une love-box © Radio France

Le soir, la fête bat son plein, les conversations enflammées dureront toute la nuit. Il est temps de regagner le présent, un peu déboussolée par cet avenir, que l’on rêve ici plein d’espoir et de bienveillance.

Si seulement.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.