Couvertures de différents livres de la série "Arsène Lupin" de Maurice Leblanc
Couvertures de différents livres de la série "Arsène Lupin" de Maurice Leblanc © MaxPPP

Arsène Lupin, le héros de la série inventée par Maurice Leblanc est tombé depuis 2012 dans le domaine public ; on peut donc lui imaginer de nouvelles aventures. On en parle dans le Nouveau Rendez-vous autour de Laurent Goumarre... Mais avant de parler des suites éventuelles, Julia Molkhou propose de faire le point sur la carrière du gentleman cambrioleur et de tenter de comprendre pourquoi elle fait si pâle figure comparée à son homologue anglais Sherlock Holmes.

Arsène Lupin

Arsène Lupin n’a plus été porté à l’écran depuis 2004 où Jean-Paul Salomé s’est pris un four avec son adaptation extêmement coûteuse avec, notamment, Romain Duris (Arsène Lupin) et Kristin Scott Thomas (la Comtesse Cagliostro).

La série avec Georges Descrières, quant à elle, date du début des années 1970. Pour ceux qui le savaient pas, le générique était signé Jacques Dutronc et vaut le coup d'œil :

Sherlock Holmes

Sherlock Holmes, lui, n'a pas cessé d'inspirer les auteurs :

Treize jeux vidéo sont sortis depuis 2004 Au cinéma, Guy Ritchie l’a remis sur les écrans depuis 2009, avec Robert Downey Jr dans le rôle de Sherlock Holmes et Jude Law en docteur Watson… Enorme carton mondial - rien qu'en France, le premier volet de Sherlock Holmes par Guy Ritchie a rassemblé plus de deux millions d’entrées.

Depuis 2010, deux séries ont bousculé les codes : Sherlock avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman, qui a pour particularité de situer l'histoire dans le Londres d’aujourd’hui. Les Américains s’y sont aussi essayés avec Elementary , qui se passe cette fois à New York cette fois et, sutout, avec Lucy Liu en Dr Watson. A noter aussi, une autre série s’est largement inspiré de Sherlock Holmes : Dr House, avec sa cannes, ses drogues et son fidèle collaborateur James Wilson.

Benedict Cumberbatch et Martin Freeman
Benedict Cumberbatch et Martin Freeman © BBC (British Broadcasting Corporation)

Comment expliquer le succès de l'un et l'oubli (tout relatif) de l'autre ?

Julia Molkhou a une hypothèse : si Sherlock Holmes a su conquérir le public, c’est parce qu’on a su exploiter ses faiblesses, ses zones d’ombres… Ce qui n'est pas le cas du personnage d'Arsène Lupin dont on ignore presque tout : ses convictions, ses origines. Qui est Arsène Lupin lorsqu’il n’est pas gentleman cambrioleur ? Un type au moins aussi génial, névrosé et vaniteux que son homologue anglais, le surpassant même si on en croit la version de Maurice Leblanc, qui le voyait vaincre d’Herlock Sholmes.

Le personnage d'Arsène Lupin va revenir sur les écrans bientôt cependant, puisque le réalisateur Jérome Salle a annoncé que le tournage de sa version d’Arsène Lupin débutera en septembre 2016.

Réécoutez la chronique de Julia Molkhou :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.