Il est mort il y a cinquante ans aujourd'hui, fauché à presque 37 ans. Il ignorait son cancer, sa femme le lui avait caché. Ses proches ont dit plus tard que le théâtre l'avait sinon tué, du moins usé. Gérard Philipe s'est donné sans retenue pour le théâtre national populaire. Les tournées étaient harassantes, vécues dans de mauvaises conditions, la troupe roulait dans des bus de fortune. Vilar était exigeant. Parce que leur projet de vie l'était : apporter la culture à ceux qui n'y avaient pas accès. Dans les usines, souvent, et bien sûr, à Chaillot et à Avignon, avec des prix modestes. A l'époque, on sortait du spectacle avec le texte de la pièce, offert. Et l'on revenait une semaine suivante rechercher les photos du spectacle, signées Agnès Varda. Gérard Philipe était une star du cinéma avant de se consacrer au TNP et de diriger pour la première fois un syndicat d'acteurs. Il gagnait dix fois mieux sa vie sous les projecteurs, mais son engagement politique au service du théâtre était plus important que son confort (il était compagnon de route du PC, comme Montand et Signoret). Jeanne Moreau raconte souvent que l'on n'imagine pas la célébrité de son ami. Vedette internationale. Quand il jouait au TNP, les filles jetaient leurs culottes sur scène ! Gérard Philipe aurait 88 ans. Peut-être aurait-il cessé d'être une star ou peut-être jouerait-il encore... le roi Lear ? Avant de mourir, il envisageait en tout cas d'incarner "Hamlet", sous la direction de Peter Brook. Jusqu'au 19 décembre, à la Maison Jean-Vilar, à Avignon, une exposition vous invite à revoir les photos d'Agnès Varda. Du 24 novembre au 19 décembre 2009Du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30Le samedi de 10h à 17hEntrée libre Des films sont également projetés du 24 au 28 novembre, à 10h et à 15h :Projections vidéo de films et documents avec Gérard Philipe.Entrée gratuite (les portes de la salle seront fermées dès le début de la projection). Mardi 24 novembre à 10h :Portrait d’un chevalier : Gérard Philipe. Conçu par Alberte Robert pour le 20e anniversaire de la mort de Gérard Philipe, un portrait en quatre parties réalisé par Philippe Prince, 1979. Avec Danielle Delorme, Paul Puaux, Philippe Caubère… (4 x 26mn). Mardi 24 novembre à 15h :L’IdiotLa « première vraie expérience au cinéma » selon les propres mots de Gérard Philipe, film de Georges Lampin, d’après le roman de Dostoïevski. Avec Edwige Feuillère… 1946 (1h30) Jeudi 26 novembre à 10h :Les Grandes manœuvres Film de René Clair, mettant en scène un Don Juan militaire de province. Avec Michèle Morgan et une distribution où l’on trouve grand nombre de comédiens qui illustreront le cinéma de cette décennie, 1955 (1h42mn). Jeudi 26 novembre à 15h :Montparnasse 19Gérard Philipe est Modigliani dans ce film de Jacques Becker qui rappelle les heures sombres du peintre de Montparnasse. Avec Anouk Aimée... 1958. (1h43). Vendredi 27 novembre à 10h :Pot-BouilleTrès fidèle et plaisante adaptation du roman de Zola dont les dialogues n’ont rien perdu de leur verve. Réalisation Julien Duvivier. Avec Dany Carrel, Anouk Aimée… 1957 (1h53). Vendredi 27 novembre à 15h :Gérard Philipe, un prince dans la foule Sans témoignages, un document réalisé en 1994 par Dominique Cazenave à partir de nombreux documents d’archives et des extraits de films (1h10mn).Gérard Philipe, un homme, pas un angeUn film de Michel Viotte et Gérard Bonal, auteur du catalogue de l’exposition Gérard Philipe à la Bibliothèque nationale de France, 2003 (52mn). Samedi 28 novembre à 15h :Les Liaisons dangereuses 1960Transposition modernisée du roman de Choderlos de Laclos à Saint-Germain-des-Prés et à Megève, où Philipe incarne un Valmont bien jeune… Un film de Roger Vadim, avec Jeanne Moreau… 1959 (1h45).

Maison Jean Vilar : 04 90 86 59 64

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.