Thuram
Thuram © MaxPPP

De Nancy Huston à Dany Laferrière en passant par Hubert Reeves et Susie Morgenstern, Étonnants Voyageurs confirme sa grande vitalité, en réunissant à Saint -Malo du 14 au 16 mai, quelques 200 auteurs d'une vingtaine de nationalité, présents pour refléter toute la complexité du monde actuel.

Parallèlement et comme chaque année, le Festival organise un concours de nouvelles auprès des collégiens et lycéens. Cette année le parrain est Lilian Thuram.

Lilian Thuram vous attend sur Twitter le 13 mai à 9h15 avec le #ThuramInter. Posez vos questions dès maintenant.

Etonnants Voyageurs - Les lettres du concours de nouvelles
Etonnants Voyageurs - Les lettres du concours de nouvelles © Agathe du Bouaÿs

L'ex-champion du monde, qui a monté une fondation pour l'Éducation contre le racisme, a proposé de réfléchir sur le thème "Penser l'autre ".Lilian Thuram avait écrit deux incipits pour inspirer les écrivains en herbe, âgés de 11 à 18 ans. Ils ont envoyé 3 000 nouvelles, venues de 30 académies. Les 15 meilleures nouvelles seront publiées dans un recueil imprimé à 15 000 exemplaires.

Trois lauréats ont été choisis pour recevoir leurs prix des mains de Lilian Thuram à Saint-Malo et participer à un atelier d’écriture durant le festival. Les débats entre les membres du jury, réuni courant avril, ont montré leur exigence vis-à-vis des nouvelles envoyées. Parmi eux, des membres de l'Éducation Nationale, des éditeurs mais aussi l'écrivain Yahia Belaskri. Les trois textes préférés par le jury viennent de la Drôme, de Paris, et Montpellier, signés de Lalie Gabriac, Alexandre Meyer, et Emma Bezzina.

Lilian Thuram :

J'ai été bluffé par la qualité d'écriture des enfants de 5e , 4e ou Terminale. Parler, et écrire aussi bien sur le thème du regard sur l'autre, c'était important dans notre actualité. Ils ont beaucoup écrit sur la question des migrants, et cela prouve bien à quel point ils se questionnent sur l'égalité. On a essayé au mieux de trouver l'équilibre entre le témoignage et la qualité des récits. Moi j'ai essayé de rester dans le rôle du lecteur, pour voir les récits qui me procuraient le plus d'émotion et de réflexion. Ces enfants ont plein de qualités et les gagnants sont vraiment incroyables. Dans le texte qui s'appelle La Soue , il est question de cochons dans une ferme pour raconter la difficulté que nous avons nous-mêmes à nous percevoir égaux par rapport aux autres. Cette métaphore montre l'intelligence d'une toute jeune fille et sa finesse de perception. Cela raconte aussi l'impossiblité de l'existence individuelle. L'histoire du racisme, c'est cela, ceux que l'on méprise ne sont pas vus comme individus mais comme groupe. L'auteure a compris intuitivement ce mécanisme de construction des "nous" et des "eux" qui fondent l'idée du racisme. Et lorsqu'on accepte cette construction, on voit les gens par des critères identitaires, par la religion, la sexualité, la couleur de peau, etc. Il y a eu aussi un texte qui m'a beaucoup plu et qui parle de la haine de soi-même. Je reste persuadé que l'on doit développer chez les enfants l'estime de soi. C'est ce qui permet d'aller vers l'autre plus facilement.

ALLER PLUS LOIN |

France Inter accompagne le festival Étonnants voyageurs et sera en direct de Saint Malo, dimanche 16 mai, avec :

►►► Cosmopolitainede Paula Jacques , en direct de 14h à 15h►►► Sur les Épaules de Darwin de Jean-Claude Ameisen en enregistrement de 15h30 à 16h30►►►Pop Fictions d'Ali Reibeihi en direct de 17h à 18h

Un évènement France Inter >

Étonnants Voyageurs >

Les conseils de Lilian Thuram pour les jeunes écrivains >

Quand Lilian Thuram lisait Astérix, "je devenais courageux" >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.