Dans une chapelle, Agnès Varda expose ses photos des années 50 : le TNP de Vilar avec ses jeunes acteurs souvent mythifiés par le temps, Philippe Noiret, Jeanne Moreau, Gérard Philipe, Marguerite Moréno, Alain Cuny, Charles Denner, Michel Bouquet, Monique Chaumette... Des adolescents visitaient lundi l'exposition où des tirages en noir et blanc s'affichent sur des murs en pierre, avec une austérité toute vilarienne. Devant l'image de Jeanne Moreau aux joues rebondies (Jeanne Moreau invitée pourtant dans la Cour d'honneur pour lire "Quartett" de Muller, aux côtés de Samy Frey), aucun ne réagit. "C'est qui? Jeanne qui? Moreau? Non, connais pas. Et lui? C'est pas le type qui est mort cette année, euh... Noiret? " Cette galerie funéraire ne leur évoque aucun passé grandiose et ne provoque aucune émotion. A quoi bon alors exposer cette mémoire? Y a-t-il une transmission possible du passé? Heureusement, oui. Agnès Varda, en limitant le choix de ses photos et en variant les formats (tirages petits ou géants, avec au centre, un formidable collage de photos autour de Jean Vilar qui se regarde dans un miroir, étonné d'être toujours Harpagon bien qu'il soit sprti de scène et que les applaudissements retentissent encore, sans doute) réussit à provoquer une forme de curiosité. Peu à peu, les jeunes visiteurs s'accaparent le passé. Devant Vilar dans "L'Avare", ils s'arrêtent sur son costume, interrogent leurs parents sur sa frise, s'étonnent que les trois enfants de l'acteur aient visiblement peur de leur père quand ils le voient sur scène, en sévère Harpagon. Ca discute, la parole circule. Enfin, on devise théâtre et on se dit que c'est gagné. Ils viendront, ils reviendront peut être dans une salle de théâtre! Hier, à la Maison Jean Vilar, Jeanne Moreau se souvenait; elle a connu la première édition en 1947 et elle se livre avec grâce et humour, au jeu des souvenirs. Soudain, un homme de 64 ans se saisit du micro et se rappelle son adolescence, justement. "Madame, je vous aime. Je vous aime depuis que j'ai 15 ans! Ma chambre était tapissée de bleu. Au-dessus de mon lit, il n'y avait que des trous. Ma mère et ma grand mère vous en voulaient! J'avais punaisé tout le mur de vos images... Je vous aimais, Madame, et je vous aime encore". Le public a souri, Jeanne Moreau aussi. Puis en quittant les spectateurs, elle s'est dit prête à revenir au festival, pour le public, ce public là précisément, venu lui témoigner sa fidélité. Il y a au festival cette belle évidence, répétée chaque jour de juillet. Ce lien ténu entre l'acteur, le texte, le spectateur, cet amour et cet échange d'amour, entre les pierres d'Avignon.

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.