Roman Polanski se penche sur un fait majeur de notre histoire, l'affaire Dreyfus, mais du point de vue du Colonel Picquart à l'origine de son arrestation et de l'enquête qui a permis de trouver le vrai coupable. Avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric

 Le Colonel Piquart (Jean Dujardin et le Capitaine Dreyfus (Louis Garrel)
Le Colonel Piquart (Jean Dujardin et le Capitaine Dreyfus (Louis Garrel) © Guy Ferrandis / R.P. PRODUCTIONS - GAUMONT

Il y a 160 ans, quasiment jour pour jour, une affaire secouait la France. Une affaire qui, 12 ans durant, allait déchirer notre pays.

Dans l'affaire Dreyfus, se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme. Dans son nouveau long métrage, Roman Polanski fait le choix de raconter l'affaire du point de vue du Colonel Picquart. C'est lui qui, lorsqu'il découvre que les preuves contre le Capitaine Alfred Dreyfus ont été fabriquées, met tout en oeuvre, au péril de sa carrière, mais aussi de sa vie pour faire éclater la vérité et réhabiliter Dreyfus.

J'accuse est l'adaptation d'un roman anglais de Robert Harris. L'auteur qui co-signe le scénario avait déjà fourni au réalisateur The Ghost Writer (2010). Voila plusieurs années que Roman Polanski voulait travailler sur l'affaire Dreyfus. Il l'évoquait notamment dans un entretien paru dans le Hollywood Reporter en 2012 :

J’ai longtemps voulu faire un film sur l’affaire Dreyfus, en traitant le sujet non comme un drame en costumes mais comme une histoire d’espionnage. 

"De cette manière, poursuit-il, on peut montrer son absolue pertinence par rapport à ce qui se passe dans le monde aujourd’hui – le spectacle séculaire de la chasse aux sorcières à l’encontre d’une minorité, la paranoïa sécuritaire, les tribunaux militaires secrets, les agences de renseignement hors de contrôle, les dissimulations gouvernementales et la presse enragée."

Pour le rôle du Colonel Picquart, Polanski a choisi Jean Dujardin. Lors de la conférence de presse au festival de Venise où le film a reçu le Grand Prix, l'acteur confiait : "J'ai abordé le personnage avec beaucoup de recul en me disant que la star du film, c’est l’histoire. Roman Polanski est un metteur en scène excessivement exigeant, et c’est aussi intéressant de le voir préparer une scène que de suivre sa direction d’acteurs."

Ce qu'il va me rester, c'est la fierté d'avoir fait un film comme celui-là. Un film qui sert. Ce sont des rôles qui donnent confiance.

Autour de Jean Dujardin, une pléiade de comédiens, y compris dans les petits rôles.

Au cinéma le 13 novembre 2019

Aller + loin

J'accuse de Roman Polanski
J'accuse de Roman Polanski / Guy Ferrandis / 2019 - R.P. PRODUCTIONS - GAUMONT
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.