"Paterson" raconte une histoire tranquille, sans conflit dramatique à proprement parler, résume son réalisateur

Adam Driver et Golshifteh Farahani
Adam Driver et Golshifteh Farahani © Mary Cybulski, Window Frame Films

Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes (de William Carlos Williams à Allan Ginsberg) aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

Paterson sur France Inter

► Jim Jarmush avec Augustin Trapenard dans Boomerang
► Jim Jarmush dans On aura tout vu
► Ennuyeu ou savoureux ? Les critiques du Masque et la Plume

La structure du film est simple explique Jim Jarmusch : il s’agit de suivre sept journées dans la vie de ses personnages. Paterson rend hommage à la poésie des détails, des variations et échanges quotidiens.

Le film se veut un antidote à la noirceur et à la lourdeur des films dramatiques et du cinéma d’action. C’est un film que le spectateur devrait laisser flotter sous ses yeux, comme des images qu’on voit par la fenêtre d’un bus qui glisse, comme une gondole, à travers les rues d’une petite ville oubliée.

Le réalisateur réunit le héro de Star Wars VII, Adam Driver et l'actrice iranienne Golshifteh Farahani.

Marvin
Marvin © Mary Cybulski, Window Frame Films
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.