L’événement de la rentrée selon Xavier Leherpeur, c’est la diffusion de "No Man’s land" sur Arte.tv. Une série qui travaille l’épique, l’historique et le géopolitique et traite du conflit syrien sans aucun manichéisme. Isabelle Danel, Ava Cahen et Benoit Lagane invités d'"Une heure en séries" sont unanimes.

No man's land
No man's land © Sife.Elamine

Dans l’enfer de la guerre syrienne

Xavier Leherpeur, producteur d'"Une heure en séries" : "Cette formidable série dont France Inter est partenaire nous plonge à la suite d'Antoine dans l'enfer de la guerre syrienne. Nous sommes en 2014, le jeune homme est convaincu d'avoir reconnu furtivement sa sœur dans un reportage consacré aux combattantes kurdes. Saisissante surprise, car il la croyait décédée depuis quelques années dans un attentat au Caire. Une sœur dont il était ultra proche avant que de tragiques événements ne les séparent à jamais. Antoine décide donc de se rendre en Syrie et se retrouve sur un champ de bataille particulièrement sanglant où il croisera la route d'une jeune guerrière kurde et de trois Britanniques engagés dans le djihad... "

Un mode de diffusion inédit pour cette série en 8 épisodes, puisque No man’s land sera disponible dès le 18 septembre sur le site d'Arte uniquement, avant une diffusion télévisée prévue fin novembre. France Inter est partenaire !

En coulisse et à l’écran 

les révélations de No man's land : Souheila Yacoub et James Purefoy
les révélations de No man's land : Souheila Yacoub et James Purefoy © Maxppp / Jens Schleter et Photoshot

" Cette série géopolitique coproduite par Haut et court a été créée par les producteurs Maria Feldman et Eitan Mansuri, écrite par les scénaristes Amit Cohen et Ron Leshem, avec la collaboration de Xabi Molia, écrivain et cinéaste, auteur au cinéma de Comme des rois et Les conquérants. Dans les rôles principaux, Félix Moati que l'on a vu dans A trois, on y va et Le grand bain et réalisateur du très beau Deux fils, Mélanie Thierry, vue récemment dans La douleur et Au revoir là-haut. A noter aussi la présence de Souheila Yacoub (Sarya) qui est pour moi la révélation de cette série B, et qu'on a vue récemment dans Les sauvages, ainsi que l'acteur britannique James Purefoy (Stanley), vu dans Carbone modifié (Altered carbon) et Following."

Les sauvages, la série qui révéla Souheila Yacoub

Ava Cohen, journaliste membre du Cercle sur Canal , est enthousiaste !

C'est une série qui m'a captivée, presque autant que Le Bureau des légendes. C’est très bien écrit et interprété par des acteurs convaincants dont le remarquable Felix Moati !

Felix Moati, un acteur épatant!
Felix Moati, un acteur épatant! / Sife Elamine- arte

"Tout commence par d’épais mystères, on nage dans le brouillard, on entre dans un conflit armé en Syrie, un conflit familial dans les salons parisiens aussi… et petit à petit, on va y voir plus clair, le puzzle se construit avec habileté. C'est très bien écrit. Le récit joue sur plusieurs temporalités, il est traversé par des flash-back qui permettent de saisir davantage les personnages, leur rôle dans l'histoire, leurs motivations. On a plusieurs destins entremêlés : Antoine (Felix Moati) qui cherche sa sœur (Mélanie Thierry) en Syrie, Sarya, combattante kurde entêtée ou encore Nasser, combattant lui aussi, mais dans le camp opposé. "

"Il y a plein d’antagonismes, de zones grises. Il y a aussi des scènes d'action très impressionnantes et d'autres plus tendres qui équilibrent l’ensemble. Quant à l'acteur Félix Moati,  je le trouve remarquable depuis le départ, il est capable d'endosser toutes les peaux. Ici, je le trouve épatant dans le rôle du frère, entêté lui aussi, qui avance en terrain miné. Il est solide, touchant. On croit à son Antoine. Ce jeune homme qui veut réparer les erreurs commises par le passé. Et chaque personnage de cette histoire est porteur du même espoir de se réconcilier avec soi et son passé. C'est une série hantée, passionnante, surprenante. J’avoue que je n’avais pas envie au départ de me plonger dans une série violente et guerrière, mais elle est plus complexe que ça et elle m’a conquise par la qualité d'écriture et d'interprétation des personnages."

Xavier Leherpeur : 

Un enfer de chaleur et de violence dans lequel on plonge à corps perdu. Une série qui n’enjolive rien et reste au plus près de la réalité.

Benoit Laganne, chroniqueur du 5/7 rejoint l’engouement d’Ava et de Xavier Leherpeur :

No man’s land est une série qui questionne sans donner de leçons. Des émotions, pas de bavardage. Une structure sérielle très aboutie. C’est encore mieux que Le bureau des légendes.

No man's land une série qui laisse place à l'émotion
No man's land une série qui laisse place à l'émotion / Sife Elamine- arte

"Le titre évoque bien cette fameuse zone grise dont Ava parlait, c'est ça le No man's land. Je dirais même que c'est plus fort que Le Bureau des légendes parce que ça touche à une émotion, que le Bureau des légendes n’explore pas forcément. C’est Land and freedom de Ken Loach en version série et de façon encore plus puissante. On retrouve le talent et le savoir-faire combiné des Israéliens et celui de Xabi Molia à qui l’on doit la série Sanctuaire sur les combattants basques (Canal ) qui était parfaite. 

Effectivement, le combat kurde, le djihad, tout cela est traité sans aucun cliché. La série questionne sans donner de leçons. Et ça, c'est quand même assez rare. Et le talent des Israéliens à critiquer leur propre service de renseignement, tout en finesse aussi, et leurs méthodes notamment. C'est une série qui n'oublie jamais la dimension universelle de ses personnages et c’est pour ça qu'on y entre aussi facilement et avec autant de tendresse. 

Ces personnages sont tendres, immédiatement et très réussis psychologiquement. Des émotions, pas de bavardage. Une structure sérielle très aboutie qui se permet, avec chaque épisode, des flash-back jamais fabriqués. Un épisode qui va nous permettre de mieux comprendre les jeunes qui partent faire le djihad. Un autre qui nous éclaire sur la trajectoire de la fameuse Hannah, sœur de Félix Moati, interprétée par Mélanie Thierry qui arrive un peu tardivement, et via les flash-back dans la série. 

Mélanie Thierry la soeur mystérieusement disparue de No man's land
Mélanie Thierry la soeur mystérieusement disparue de No man's land / Sife Elamine arte

Isabelle Danel de Bande à part.fr est emballée …

No man's land n'oublie jamais le spectacle. On l'a dit, tout est profond, humain, et évidemment, politique. Les acteurs, la musique, tout est formidable… C’est une très grande série, je n’ai que des choses positives à en dire ! 

"A l'image d'une très belle scène où Antoine découvre qu'en faisant un pas au milieu d'un camp de réfugiés (en Turquie), il vient de passer en Syrie, la série questionne l’idée de frontières, visibles et invisibles. Ces moments où, au figuré comme au sens propre, on passe de l'autre côté. No man's land n'oublie jamais le spectacle. On l'a dit, tout est profond, humain, évidemment politique, géopolitique, et on la regarde. "

No man's land une série géopolitique qui nous éclaire sur le conflit syrien
No man's land une série géopolitique qui nous éclaire sur le conflit syrien / Sife Elamine arte

"Il m'a semblé comprendre beaucoup plus de choses que je n'en ai jamais appréhendées sur la montée en puissance de l'État islamique et la résistance qui s'est mise en place pour le combattre. Il y a quand même une structure en flash-back qui est très classique, basique, qu'on retrouve également dans d’autres séries comme Away par exemple. Sauf que cette structure est incroyablement bien construite, bien montée. 

Le montage est étonnant et il y a comme une avancée concentrique pour que tous ces personnages se retrouvent dans l'ici et maintenant, puisque la série se déroule en 2014. Mais tous ces flash-back avancent les uns vis à vis des autres pour que les personnages se retrouvent dans le dernier épisode. Et je trouve que c'est vraiment extrêmement bien mené, construit et équilibré. Les acteurs sont tous formidables, il n'y a pas que Félix Moati. Souheila Yacoub déjà très intéressante dans Les sauvages, dépasse cette fois tout ce que l’on pouvait attendre. C’est une très grande série."

ALLER PLUS LOIN

Ré-écouter : Une heure en séries du 12 septembre 2020 

Découvrir : No man's land sur arte tv