La ministre de la Culture ne s'est pas encore prononcée sur les propositions du rapport Bonnel et les tensions actuelles entre le théâtre subventionné et le théâtre privé qui connait es difficultés économiques.

Quelles solutions pour venir en aide aux théâtre privé ?
Quelles solutions pour venir en aide aux théâtre privé ? © Le théâtre de Paris

Parmi les dossiers sur le bureau de Françoise Nyssen, la ministre de la culture, il y a les tensions entre le théâtre public et le théâtre privé.

Le théâtre privé se remet difficilement de la crise financière et des attentats de 2015 qui ont entraîne une baisse de sa fréquentation et des surcoûts supplémentaires liés à la sécurité.

Les directeurs des théâtres privés ont lancé un SOS à l'État

Le mois de septembre a été encourageant, avec une hausse des entrées payantes de 2 %, mais les salles sont bien loin de connaitre un taux de remplissage maximum. 

Les directeurs du privé ont tenté un moment de faire pression sur leurs collègues du public, pour que les théâtres en région programment plus de spectacles parisiens dans leurs saisons. Devant un refus catégorique, Bernard Murat, le metteur en scène et président du Syndicat national du Théâtre privé, a cherché d'autres pistes, plus pérennes : "On fait tous le même métier, on oeuvre tous dans la même direction", explique Bernard Murat "je suis pour la discussion la plus large et pour arrêter toute polémique. On pourrait imaginer un fond de soutien qui marche bien, or en ce moment, il est dans une situation critique. Et d'autre part, pourquoi une pièce de théâtre ne pourrait-elle pas bénéficier d'un crédit d'impôts ?"

Bernard Murat s'appuie également sur un rapport rendu en avril dernier par René Bonnell qui est aujourd'hui député de La République en Marche.

Il préconise, dans ses conclusions, une disposition qui fait polémique : une taxe ponctionnée sur les billets du public pour soutenir le théâtre privé. Et pour l'instant, la rue de Valois n'a pas rendu ses conclusions sur cette possibilité qui fait grincer les dents dans le secteur subventionné. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.