Fauve en live
Fauve en live © Fauve Corp

Le collectif Fauve sera notre rédac’ chef d’un jour le mardi 10 février. Toute la journée, découvrez leur univers, leurs envies et leurs contributions exclusives pour franceinter.f. Plutôt discrets, les membres du "Corp", vont prendre les commandes du site de France Inter, découvrir les coulisses et mixer dans la Discothèque Centrale de Radio France.

Toute la journée, retrouvez Fauve depuis les coulisses

À 9h, les "vieux frères" seront les invités de Boomerang d’Augustin Trapenard.

Puis, direction les coulisses et trésors cachés de Radio France, notamment sa discothèque centrale. Ils partageront avec vous leurs découvertes : vinyles, partitions, et autres archives inédites.

Fauve prendra les commandes et publiera un reportage photo. Retrouvez l'intégralité de leur production sur franceinter.fr, toute la journée.

Le 16 février, ils seront en concert à 21h , au studio 105 de la Maison de la radio, dans A'live de Pascale Clark pour un spécial "FAUVE & FRIENDS".

Un projet artistique tous azimuths

Fauve est un collectif et non un groupe avec un projet artistique tous azimuts. Une vingtaine de personnes y contribuent et cinq d'entre-eux se produisent sur scène. Leur musique, elle aussi, est plurielle. Elle puise dans le rap d'Eminem, ou encore le rock de Noir Désir.

Pas de participation aux Victoires de la musique, car les Fauve disent ne pas accorder beaucoup d’importance à cette manifestation. Les festivals et les concerts oui. Beaucoup plus.

Ils ne voulaient pas se montrer par pudeur, et cela a ouvert quelques champs possibles. Ils préfèrent écrire un fanzine sur papier plutôt que de se montrer à la télévision.

Le malaise des 20 -30 ans, la solitude. Ils l'expriment.

130 000 albums vendus sans aucun marketing, 20 Bataclan remplis sans pub, de la promo homéopathique, de 15 000 à 50 000 spectateurs dans chaque festival visité, un modèle d’auto entreprise ou presque, appliqué au développement de l’économie numérique.

L'album Vieux Frères - Partie 2sort le 16 février

"Un album en 3D avec une certaine harmonie"

Didier Varrod, directeur Artistique et de la Musique de France Inter, voit dans ce nouvel album une certaine harmonie, avec une musique en trois dimensions :

Il y a vraiment une musique en 3D chez Fauve. Il y a toujours cette première structure issue du hip-hop et derrière les arrangements qui donnent de l’assise à cette rythmique. Et puis, il y a aujourd’hui cette troisième dimension, qui passe par les cordes - qui d’ailleurs sont accompagnées d’une évolution au niveau du chant, puisque l’on voit bien qu’entre les premiers et les derniers morceaux le collectif est passé du talk-over à quelque chose de plus chanté.

Il y a quelque chose de très néo-Cure sur un morceau qui s'appelle "Sous les arcades" (...) On retrouve dans "Reverence" quelque chose de plus solarien, d'un hip-hop beaucoup plus conscient, beaucoup plus smooth. Et puis "Les Hautes lumières", un morceau orchestral, avec une progression harmonique, avec des cordes, qui font que la voix du chanteur est portée.

Ce qui est singulier chez Fauve c'est qu'ils ne ressemblent à aucune autre formation, mais il y a quand-même une influence majeure du hip-hop américain blanc : il y a du Eminem dans Fauve, mais aussi du NTM. Il y a également cette énergie brute du rock qu'on a identifié à Diabologum lorsque les premiers EP sont sortis, on a aussi parlé de Noir Désir (...) Mais aujourdh'ui nous sommes loin de tout ça, je crois que Fauve ressemble à Fauve...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.