Créé il y a 25 ans par le Conseil général des Landes, Arte Flamenco est le plus grand festival de flamenco hors des frontières espagnoles. Il se déroule à Mont-de-Marsan, chaque première semaine de juillet.

Les plus grands artistes de la culture flamenco viennent y présenter leurs derniers spectacles, parfois s'associer le temps d'un spectacle pour des créations originales... Avec cette année : Cie María Pagés, Diego del Morao, La Moneta, Diego Amador et Dorantes, Mercedes Ruiz, Arcángel et Esperanza Fernández, Cie Anatole del Morao, José Valencia et Pedro El Granaino, Karyne Arys y Familia Hernandez Tomatito, Cie Atlas, José el Chatarra...

Outre les spectacles, le festival propose aussi des conférences, des stages, une masterclass de piano animée par Diego Amador, des expositions (sur les costumes, les affiches du festival...), des scènes ouvertes aux amateurs et aux associations culturelles, un festival Off.

Maria Pagès, Utopia
Maria Pagès, Utopia © David Ruano

A l'affiche

  • Diego Amador et Dorantes : un concert inédit qui réunit les deux plus grands pianistes flamenco actuels (le concert sera suivi d’un bord de scène avec les artistes).
  • Michel Vuillermoz , Sociétaire de la Comédie Française et Dorantes (piano) proposent une lecture du poème Le poète et le duende , d'après des textes de Federico García Lorca.
  • María Pagés: hommage à l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, Utopía est une réflexion sur le désir et l’inclination des êtres humains à se rêver dans un futur meilleur. Un spectacle total dans lequel 7 danseurs interprètent aux côtés de María Pagés l’expérience éthique et esthétique du désir, de l’anticonformisme et de l’utopie.
  • Fuensanta La Moneta :La Moneta, paso a paso est une oeuvre qui nous éclaire sur l’artiste et son baile, sa façon de vivre le flamenco au fil des ans.
  • Compagnie Albadulake :Majaretas , un spectacle de cirque et de flamenco trépidant, empreint d’émotion et de virtuosité
  • ...

Retrouvez toute la programmation sur le site officiel du festival >

Petite histoire du Flamenco

d'après Flamenco Attitudes, de Gabriel Sandoval (Editions Solar, 2003)

L’histoire du flamenco est faite de grandes individualités, de grands destins souvent chargés de peine (comme celui de la danseuse Carmen Amaya ou, plus près de nous, du chanteur Camarón de la Isla), de douleurs et de nostalgies.

Mais le flamenco est surtoutl’expression musicale d’une région, l’Andalousie, d’un peuple, les Andalous, qui ont créé un art que les gitans ont profondément influencé par leur frénésie de vivre, leur sens de la fête et du spectacle. Il y a dans le flamenco, tout comme dans le blues, les chants arabes ou africains, un mystère, un frisson chargé d’une émotion universelle, celle de la voix gardienne du passé d’un peuple, d’une communauté qui nous parle, qui nous émeut, sans que l’on soit ni spécialiste ni érudit en la matière.

Au XVIe siècle, les gitans fascinaient déjà les peintres, comme en attestent les toiles du Caravage ou de Bosch. En Espagne, dès 1613, le grand Miguel de Cervantès témoigne des moeurset coutumes gitanes dans La Gitanilla (Nouvelles exemplaires ), instantané des premières manifestations du flamenco au rythme des romances, ancêtres des tonas.La mode espagnole a déferlé en Europe au cours de la première moitié du XIXe siècle, à travers la littérature des Romantiques qui ont voyagé dans la péninsule ibérique ou qui ont tout simplementdécrit une Espagne fantasmatique : Chateaubriand (en 1807 à Grenade), Victor Hugo (Les Orientales, 1828), Balzac (El Verdugo, 1830), Musset (Contes d’Espagne et d’Italie)… Plustard, Théophile Gautier (Voyage en Espagne, 1843), Gustave Flaubert et Alexandre Dumas se sont également passionnés pour l’Espagne ; mais c’est le peuple andalou, son mode de vie et surtout celui des gitans qui ont inspiré leurs écrits.

Le chant flamenco originel s’est nourri des chants et de la musique populaire andalous. Il s’est transmis oralement au sein de clans sociaux bien déterminés (gitans, paysans, bandits, gens du voyage), généralement a cappella, mais parfois accompagné de danses au son des tambourins ou des crotales – la guitare ne viendra l’enrichir que bien plus tard.

lien image evenement festival de l'été
lien image evenement festival de l'été © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.